matérialisme dialectique

11 oct 2017

Ernesto «Che» Guevara et le chiot assassiné

Submitted by Anonyme (non vérifié)

C'est le réalité qui détermine la conscience et celle-ci doit saisir le principe de la synthèse pour parvenir à comprendre le mouvement de la matière dans l'espace-temps.

Nous soulignons à ce titre, parce que les communistes ont une vision plus approfondie aujourd'hui qu'auparavant, la signification qu'il y a à reconnaître la dignité de la matière vivante.

18 juin 2017

Selon le matérialisme dialectique, la matière se développe par saut qualitatif. Ce saut qualitatif obéit à la loi de la contradiction : il ne s'agit pas simplement de l'existence de deux aspects, mais du rapport dialectique entre ces deux aspects.

C'est là une dimension essentielle. Le matérialisme dialectique ne considère pas qu'il existe deux aspects, l'un se séparant de l'autre. Les deux pôles forment un tout, une contradiction.

C'est cette contradiction qui forme la contradiction interne d'un phénomène, impulsant son évolution. Cette évolution franchit des caps ; la matière connaît, dans son développement des étapes, des paliers...

15 juin 2017

Il est une chose qu'il ne faut jamais perdre de vue : le matérialisme dialectique considère que tout mouvement est une contradiction ; or, qui dit contradiction dit deux aspects.

Cela signifie que pour comprendre la contradiction, il faut parfaitement connaître les deux aspects, et non simplement un, ni même la « contradiction » comme forme abstraite.

Sans ces aspects, on rate la dimension concrète du mouvement, qui repose justement sur la dialectique propre aux deux aspects pris spécifiquement...

10 juin 2017

De la contradiction de Mao Zedong a particulièrement marqué les esprits ; sa force a été particulièrement reconnue. Pourtant le matérialisme dialectique était déjà l'idéologie largement diffusée depuis l'URSS, alors pourquoi l'œuvre fut-elle si marquante ?

La raison en est que le document de Mao Zedong est particulièrement clair, la dialectique y est présentée de manière très vivante. Il y a de véritables sentences, qui résume admirablement la conception communiste...

8 juin 2017

Le matérialisme dialectique est une science et il est donc tout à fait normal d'en parler comme d'une découverte. C'est même la science absolue, qui touche tous les aspects de la vie ; c'est la clef pour la compréhension générale de la nature et de la société, de tous les phénomènes.

Mao Zedong rappelle de la manière suivante ce qu'est l'idéologie communiste : « Depuis la découverte de la conception matérialiste-dialectique du monde par les grands fondateurs et continuateurs du marxisme, Marx, Engels, Lénine et Staline, la dialectique matérialiste a été appliquée avec le plus grand succès à l'analyse de nombreux aspects de l'histoire humaine et de l'histoire naturelle, ainsi qu'à la transformation de nombreux aspects de la société et de la nature (par exemple en U.R.S.S.) ; l'universalité de la contradiction est donc déjà largement reconnue et nous n'aurons pas besoin de l'expliquer longuement. »...

6 juin 2017

Mao Zedong ne serait pas, en quelque sorte, aussi inquiet dans De la contradiction, si ne faisait face au matérialisme dialectique que ce qu'il appelle « un idéalisme réactionnaire patent ». Il y a également un « évolutionnisme vulgaire » qui a été lancé par la bourgeoisie, pour contrer le matérialisme dialectique.

Cela signifie que les choses se compliquent : il n'est pas aussi simple que cela d'être matérialiste, dans la mesure où l'on peut justement être contaminé par cet évolutionnisme vulgaire. Mao Zedong présente de la manière suivante la base idéologique de ce dernier : « La métaphysique, ou l'évolutionnisme vulgaire, considère toutes les choses dans le monde comme isolées, en état de repos; elle les considère unilatéralement...

5 juin 2017

C'est en août 1937, dans la base rouge du Yenan, que Mao Zedong a écrit une œuvre d'une importance capitale pour le matérialisme dialectique : De la contradiction. Le contenu en fut expliqué à l'Université anti-japonaise, ayant une nature politico-militaire, puis révisé pour publication. L'œuvre devint un classique, étant produit par la révolution chinoise et permettant à la révolution démocratique chinoise de disposer d'un fondement solide : une juste compréhension du matérialisme dialectique.

De la contradiction fut immensément appréciée également dans les autres pays; il s'agit d'une œuvre explicative d'une très grande portée, présentant la substance du matérialisme dialectique d'une manière parfaitement lisible et avec un grand esprit de conséquence...

1 juin 2017

Récapitulons : Michel de Montaigne est un averroïste politique. Il appuie la faction dite des politiques, car elle lui semble le plus propice à la mise en avant du matérialisme, au moins relativement. Pour ce faire, il écrit des Essais où il dit tout et son contraire, afin de feindre l'incohérence pour mieux développer des thèmes laïcs et matérialistes sans que cela soit ostensible. Il s'oblige à saluer le catholicisme, mais ses raisonnements et sa culture puisant dans une Antiquité gréco-romaine est entièrement politique et morale, et nullement catholique.

Pour ce faire, il prétend uniquement être un naïf tourné vers l'esprit pratique ; il se veut candide : « Ma philosophie réside dans l’action, dans la pratique naturelle et immédiate, peu dans la spéculation. Ah ! Si je pouvais prendre du plaisir à jouer aux billes et à la toupie ! »...

9 fév 2017

Le matérialisme dialectique oppose, par définition, le nouveau à l'ancien ; le mouvement éternel de la matière procède par sauts qualitatifs et aucun retour en arrière n'est possible.

Le nouveau, inévitablement, est faible, frêle, fragile, initialement, avant de triompher ; Mao a résumé cela par la formule « la voie est sinueuse, l'avenir est lumineux »...

25 Jan 2017

Comment comprendre historiquement que Karl Kautsky ait été la grande figure de la social-démocratie, mais soit devenu ensuite ce que Lénine appellera un renégat?

La source de ce mystère tient bien entendu à la matrice idéologique même de Karl Kautsky. Le problème essentiel de celui-ci est la séparation complète qu'il réalise entre le matérialisme dialectique et le matérialisme historique. S'il reconnaît la dialectique dans la nature comme dans la société, il considère qu'il y a des modalités spécifiques, n'ayant pratiquement rien à voir...

7 Jan 2017

Karl Kautsky représente l'approche orthodoxe du marxisme ; à l'opposé d'en France, la direction de la social-démocratie reconnaît le marxisme comme science.

La différence est fondamentale entre le socialisme de type français, éclectique, anti-idéologique, Jean Jaurès lui-même n'ayant jamais formulé de corpus théorique, et le marxisme défendu par la social-démocratie allemande...

5 Jan 2017

Karl Kautsky est né à Prague le 16 octobre 1854. Sa famille appartient alors au milieu du théâtre ; sa mère est actrice et écrivain, son père peint dans les théâtres. Installée d'abord à Prague, ensuite à Vienne 1875, Karl Kautsky étudia à l'université de cette ville, jusqu'en 1878, dans les domaines de l'histoire, de la philosophie, de l'économie.

Influencé lors de ce parcours par un enseignant à la maison appartenant au hussitisme, il devint un démocrate radical, avant que la Commune de Paris ait un impact significatif sur lui, l'amenant au socialisme...

25 déc 2016

Noël et la question du folklore

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Étant donné que le christianisme réformé réfutait les saints, il était nécessaire de placer quelque chose à la place de Saint-Nicolas. C'est pour cette raison qu'il y a le Chriskind (l'enfant Christ), une invention de Martin Luther, qui apporte des cadeaux les 24 ou 25 décembre, en tant que jeune ange, souvent féminin.

Mais comment est-il possible que le Christkind soit une coutume en Autriche, quand c'est là-bas le catholicisme qui l'hégémonie culturelle idéologique ?..

6 déc 2016

Le matérialisme dialectique et l'art

Submitted by Anonyme (non vérifié)

A partir du moment où l'être humain a commencé à travailler, c'est-à-dire à interagir de manière technique avec la nature, son esprit s'est agrandi, c'est-à-dire que ses raisonnements ont été toujours plus nombreux, parallèlement à la transformation matérielle de la réalité.

La nature de ces raisonnements n'acquière une dimension authentiquement matérialiste qu'avec l'émergence de la bourgeoisie ; le caractère dialectique de ce matérialisme apparaît avec la classe ouvrière.

Pour cette raison, les reflets de cette transformation dans l'esprit ont pu prendre, avec le matérialisme et le matérialisme dialectique, une nature troublée, brumeuse, déformée...

1 nov 2016

Un mouvement est, dans sa définition limitée, un transport, un déplacement, un changement de situation dans l'espace. Le résultat du mouvement est une modification de l'endroit entre la période avant le mouvement et celle après le dit mouvement.

Le mouvement est, dans cette perspective, l'expression d'un déplacement dans l'espace, ayant pris un certain temps...

23 oct 2016

Nous voulons dépasser la contradiction villes-campagnes. Le développement des villes a permis l'émergence de la culture, mais ainsi l'Humanité a rompu avec la possibilité d'une vie naturelle.

Le commerce et le capitalisme qui s'est développé dans les villes a, de plus, façonné les campagnes, entamant un processus aboutissant à l'écocide...

15 oct 2016

Un aperçu facile d'accès sur nos valeurs

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Voici un tableau que nous pensons utile, dans la mesure où il permet de bien distinguer nos valeurs. Comme il n'y a que deux classes fondamentales, nous exprimons ici notre point de vue matérialiste dialectique, en le comparant avec les deux faces de la vision bourgeoisie du monde.

La liste ne prétend pas à l'exhaustivité, mais suffisamment de thèmes sont ici présentés pour avoir matière à réflexion...

17 sep 2016

On l'aura compris, Anton Pannekoek dénonce au fond le Parti dirigeant tel que la social-démocratie l'a théorisé. Voici comment il voit les choses :

« La social-démocratie a toujours vu dans le parti (lié aux syndicats) l'organe servant à mener la révolution à bonne fin.
Ceci ne veut pas dire forcément l'emploi exclusif des méthodes électorales; pour sa fraction radicale, le parti devait utiliser la pression conjointe des moyens parlementaires et de moyens extra-parlementaires tels que les grèves et les manifestations, afin de faire valoir la puissance du prolétariat...»

15 sep 2016

Ébullition et loi de la contradiction

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le principe fondamental du matérialisme dialectique est la loi de la contradiction. Si le texte de Mao Zedong posant les bases sur cette question, De la contradiction, est plutôt limpide, il n'est pas toujours évident de réussir à mettre en pratique ce qui y est écrit, notamment du fait de certains automatismes de pensée avec lesquels nous avons grandi.

Un des thèmes centraux de la loi de la contradiction est l'importance des causes internes dans l'analyse d'un objet ou d'un phénomène...

26 aoû 2016

Enfin, il faut noter un point capital. Il va de soi que Lénine a parfaitement compris qu'il existe une fuite dans les mathématiques. C'est le paradoxe qu'il note, de manière parfaitement dialectique : il y a deux aspects dans le développement.

Lénine note ainsi : « Telle est la cause première de l'idéalisme « physique ». Les velléités réactionnaires naissent du progrès même de la science. Les grands progrès des sciences de la nature, la découverte d'éléments homogènes et simples de la matière dont les lois du mouvement sont susceptibles d'une expression mathématique, font oublier la matière aux mathématiciens »...

25 aoû 2016

Ce que remarque Lénine, c'est que les auteurs attaquant le matérialisme dialectique utilisent les découvertes en physique de telle manière à appuyer leur offensive. A chaque fois est trouvé par ces gens un nouveau prétexte pour affirmer que le matérialisme est dépassé, que ce qui a été découvert change tout, qu'il faut modifier, changer, réviser les conceptions anciennes, etc.

Lénine note ainsi ce qu'il y a de révisionniste dans cette entreprise : « Il nous est, d'autre part, impossible de toucher à la littérature de l'école de Mach ou à la littérature traitant de cette doctrine sans y rencontrer des références prétentieuses à la nouvelle physique, qui a, paraît‑il, réfuté le matérialisme, etc., etc. »...

23 aoû 2016

Lénine soulève ensuite un point important. Critiquant le principe selon laquelle la pensée formerait elle-même une « économie », avec donc la logique du « moindre effort », il rejette bien entendu cela au nom de la théorie du reflet qu'est la pensée.

Ce n'est pas la pensée qui détermine la réalité, sa qualité, sa substance. Il prend un exemple concret : « Est‑il plus « économique » de « penser » que l'atome est indivisible ou qu'il est composé d'électrons positifs et négatifs ? »...

21 aoû 2016

On comprend que Matérialisme et empirio-criticisme soit une œuvre d'une grande richesse, tout en étant très complexe. Lénine passe en revue les points de vue des pseudo-marxistes adoptant l'empirio-criticisme, et de cette négation de la négation du marxisme, il propose une définition correcte du marxisme.

La reconnaissance des sens contre l'idéalisme, oui, mais uniquement avec la reconnaissance de la conscience comme reflet, et avec la pratique comme véritable élément permettant d'assumer la réalité en tant que telle...

20 aoû 2016

La pensée est pour le matérialisme un reflet de la réalité, mais est-elle un reflet authentique, complet ?

Si l'on réfléchit à cela, alors on doit bien se rappeler que pour le matérialisme dialectique, la matière n'est pas statique. Chez Aristote, la pensée est un reflet mais comme le monde est statique, la pensée authentique culmine dans la contemplation de l'ordre naturel, cosmique, universel....

18 aoû 2016

Il y a lieu de résumer ce qu'est l'empiriocriticisme, ou néo-kantisme, etc. de manière relativement simple, car on s'y perd facilement dans cet embrouillaminis d'une théorie entre idéalisme et matérialisme.

Tout devient très simple si l'on comprend la logique suivante : l'idéalisme nie la réalité au profit de l'esprit. L’empiriocriticisme ne le fait pas : il reconnaît les sens, mais il ne leur accorde qu'une valeur partielle. Il est empirique - il se fonde sur l'expérience - mais il n'est que critique, il n'en fait pas une suite...

17 aoû 2016

Lénine mentionne dans Matérialisme et empiriocriticisme un argument tout à fait logique, qui remet en cause la thèse de la toute-puissance de la vie intérieure.

Si le monde n'existe qu'à travers notre appréhension de lui, alors comment se fait-il que le monde existait avant nous ? En fait, le développement autonome de la réalité, sans notre regard humain, est impossible aux yeux du néo-kantisme, de l'empiriocriticisme, etc., qui ne sont que des formes d'expression de la prétention bourgeoise à transformer la réalité selon ses simples besoins, dans une logique par ailleurs totalement anthropocentristes...

16 aoû 2016

L'empirio-criticisme est ainsi un mélange d'idéalisme et de matérialisme, il est d'autant plus difficile à saisir que bien entendu ce mélange est particulièrement confus, tentant de masquer sa propre nature finalement idéaliste par des positions qui ont l'air matérialiste.

Lénine note de ce fait : « Eduard von Hartmann, idéaliste conséquent et réactionnaire conséquent en philosophie, qui voit d'un œil bienveillant la lutte des disciples de Mach contre le matérialisme, se rapproche beaucoup de la vérité en disant que la philosophie de Mach représente « un mélange confus (Nichtunterscheidung [sans distinction concrète]) de réalisme naïf et d'illusionnisme absolu »...

12 aoû 2016

Lénine écrit au début du XXe siècle en Russie, dans un pays où la monarchie absolue tente de développer le pays, soutenant le capitalisme, alors que la féodalité est encore massive, portée par une aristocratie profondément réactionnaire. La religion, le christianisme orthodoxe, est ici la clef de voûte du dispositif idéologique.

Le matérialisme et le marxisme ont alors eu une influence notable sur les couches éclairées et surtout sur la classe ouvrière, au point que les représentants intellectuels des couches dominantes devaient y faire face...

11 aoû 2016

Matérialisme et empiriocriticisme est une d'une importance capitale dans l'histoire du matérialisme dialectique. Lorsque Lénine l'écrit en 1908 – il sera publié en 1909 – il ne fait en apparence que défendre les enseignements de Karl Marx et Friedrich Engels dans le cadre du développement des sciences à l'époque.

En pratique pourtant, il approfondit de manière essentielle la connaissance du matérialisme dialectique, en le replaçant au centre de préoccupations des révolutionnaires représentant la classe ouvrière. Sous l'impulsion de Karl Kautsky en effet, les partisans du marxisme tendaient toujours plus à se focaliser sur le matérialisme historique, mettant de côté ou effaçant la signification scientifique complète des enseignements de Karl Marx et Friedrich Engels...

10 aoû 2016

Depuis le développement du socialisme scientifique par Karl Marx et Friedrich Engels, un thème très important a été la question de la nature de la dictature du prolétariat. Rappelons ici ce qui est dit dans la lettre à Joseph Weydemeyer du 5 mars 1852, où Karl Marx explique de la manière suivante quelle a été sa contribution :

« Maintenant, en ce qui me concerne, ce n’est pas à moi que revient le mérite d’avoir découvert l’existence des classes dans la société moderne, pas plus que la lutte qu’elles s’y livrent. Des historiens bourgeois avaient exposé bien avant moi l’évolution historique de cette lutte des classes et des économistes bourgeois en avaient décrit l’anatomie économique. Mon originalité à consisté :

  1. à démontrer que l’existence des classes n’est liée qu’à des phases historiques déterminées du développement de la production...

9 aoû 2016

Le matérialisme dialectique et la notion d'imitation

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le matérialisme dialectique considère que l'esprit est façonné par la réalité, c'est-à-dire que les pensées ne sont que le reflet, plus ou moins synthétisé, de la matière.

C'est le propre du matérialisme, dans son opposition à l'idéalisme, de réfuter la théorie du « libre-arbitre », de la spiritualité, et ce au profit de la seule réalité matérielle...

2 aoû 2016

La conception matérialiste dialectique refuse d'isoler des éléments, de les séparer les uns des autres. L'Univers est un ensemble unifié, une seule unité qu'il est impossible de diviser.

Toutefois, la nature de cet ensemble unifié est en mouvement et sa nature est dialectique. Pour cette raison, ce qui existe en particulier n'est pas isolé, mais relève d'un aspect relatif du général qui, lui, est absolu. Et, en même temps, ce qui existe en particulier relève d'un aspect général qui, lui-même, est une expression du particulier...

25 juil 2016

Le matérialisme dialectique et le langage

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le langage est un dispositif d'échange d'informations entre différents être vivants disposant d'une capacité de synthèse. Le langage, au sens strict, se distingue donc du « langage » informatique qui est une diffusion de données, utilisées selon des programmes, sans capacité de synthèse.

Pour cette raison, le langage utilisé, par les humains et les animaux, est bien plus développé dans sa forme que le langage de type informatique. L'esprit de synthèse du récepteur n'est, en effet, possible que si les données elles-mêmes correspondent au façonnement d'un reflet dans l'esprit, d'une forme synthétique...

14 juin 2016

Selon le matérialisme dialectique, chaque société se détermine par son mode de production. Ce qui compte, c'est la manière avec laquelle la société reproduit la vie de la société et de ses membres, dans quelle mesure elle élargit les moyens économiques permettant cette vie.

Par conséquent, pour saisir la nature d'un mode de production, l'attention doit être portée sur la production réelle, pas sur la manière dont cette production est ensuite répartie. L'une des thèses récentes et fondamentalement erronée vise par exemple à faire des prostituées des « travailleurs du sexe ».Cela n'a aucun sens, car ce qui compte ce n'est pas la rémunération, mais la contribution à la production, qui n'existe pas pour les prostituées. Il en va de même pour toute une série de fonctions sociales...

9 juin 2016

Le matérialisme dialectique et la notion de folie

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Qu'est-ce que la folie ? C'est un dérangement, un déréglement des raisonnements et des comportements. Une personne folle agit et pense en décalage plus ou moins complet avec la réalité.

Cela l'amène à s'égarer, à considérer que des choses qui existent n'existent pas et inversement ; elle peut causer du mal à elle-même ou à une autre personne. Elle est malheureuse surtout de par son inadéquation au monde, ce qui la rend tourmentée...

6 juin 2016

Le matérialisme dialectique se fonde sur le principe de la contradiction, c'est-à-dire de contraires dont le rapport est le moteur de la transformation de la réalité, mais aussi la base de la réalité elle-même.

Par conséquent, de par la nature de ce développement, chaque élément contraire ne peut pas exister sans l'autre. Sans le haut, il n'y a pas le bas ; sans la droite, il n'y a pas la gauche.

Pour cette raison, le matérialisme dialectique parle de l'unité des contraires. Chaque contraire est uni à l'autre, ne pouvant exister l'un sans l'autre. Pour cette raison, l'identité de ces contraires tient à la contradiction elle-même...

29 mai 2016

La notion de catégorie est indispensable à toute interprétation scientifique du monde. Il s'agit, en effet, pour mieux les comprendre, de dresser une typologie des choses et des phénomènes, de former des catégories.

La formation de ces catégories ne doit toutefois rien au hasard ni à la subjectivité. Historiquement, Platon considérait que les catégories préexistaient aux choses, avec des « idées » existant dans un monde « idéal », les choses n'étant que leur reflet. Au Moyen-Âge, le débat sur le nominalisme, sur la valeur du nom d'une catégorie, tenait au débat et à la remise en cause de cette conception idéaliste...

22 mai 2016

Le matérialisme dialectique et le concept d'écho

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le terme d'écho désigne un son renvoyé de manière plus ou moins distincte. Jusqu'à présent, ce terme n'a pas été utilisé au sein du matérialisme dialectique et c'est sans doute un tort de par la formidable conceptualisation qu'on puisse en faire.

Comme on le sait, en effet, le matérialisme dialectique considère que l'esprit reflète la matière ; la pensée n'est qu'une synthèse plus ou moins développée de la réalité...

12 mai 2016

Le décalage entre le mouvement général de la matière et l'humanité est à l'origine de ce qu'on appelle la science. On ne peut pas se fier aux apparences, car les choses sont en mouvement. Si l'on prend en compte un phénomène uniquement par rapport à soi, alors on est en décalage avec l'essence réelle de ce phénomène.

Mao a ainsi pu dire : « Il faut analyser le fond de chaque chose et ne considérer les manifestations extérieures que comme une avenue menant à la porte dont il faut franchir le seuil pour saisir vraiment le fond du problème. C'est là la seule méthode d'analyse, sûre et scientifique. »
(Une étincelle peut mettre le feu à toute la plaine)...

27 avr 2016

Le matérialisme dialectique considère que l'univers est uniquement matériel et qu'il se développe qualitativement. Il n'y a pas de retour en arrière qui est possible de manière générale dans ce processus de synthèse, de complexification.

Pour cette raison, il semble que les communistes d'Union Soviétique et de Chine populaire ont fait une erreur en considérant que l'énergie nucléaire pouvait,dans un cadre civil et non militaire, servir positivement le développement de l'humanité...

6 avr 2016

Le matérialisme dialectique et la pensée-guide

Submitted by Anonyme (non vérifié)

L'une des caractéristiques du mouvement de la matière est le développement inégal. Le développement ne se fait jamais de manière uniforme ; il existe un décalage entre les parties en développement.

Cela tient au fait que la réalité est complexe et qu'il existe des variations, plus ou moins grandes, entre les parties de la réalité, même si à terme ces variations disparaissent avec le saut qualitatif qui a lui une valeur générale...

29 mar 2016

Le matérialisme dialectique affirme que tout obéit à la loi de la contradiction. La matière est, en elle-même, porteuse du mouvement ; toute chose, tout phénomène obéit à la loi de la contradiction.

Une question peut pourtant se poser : qu'en est-il de l'Univers ? Obéit-il lui même à la loi de la contradiction ? Si rien n'est indivisible, comme l'a affirmé Mao Zedong, est-ce le cas de l'Univers ?...

26 mar 2016

La grande caractéristique de l'URSS de l'époque de Staline a été la planification de l'économie : un organisme central établissait un plan qui était suivi par toutes les entités productives, elles-mêmes collectivisées.

Contrairement au capitalisme où c'est le marché, par la concurrence, qui décide de ce qui est produit, le matérialisme dialectique considère qu'il est possible de prévoir ce qu'il faut produire, le plan étant établi de manière quinquennale, avec des adaptations trimestrielles et annuelles...

25 mar 2016

Le matérialisme dialectique et l'espace-temps

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le matérialisme dialectique a une position concernant l'espace-temps qui, bien entendu, est l'opposé de la conception idéaliste. Cela a des conséquences très importantes, faisant que le matérialisme dialectique se tourne, comme Aristote, vers la physique, alors que la conception idéaliste se tourne, comme Platon, vers les mathématiques.

Pourquoi cela ?...

 

22 mar 2016

Dans la conception idéaliste du monde, on retrouve le principe de l'identité. Selon ce point de vue, si on nomme quelque chose A, on peut dire que A = A, c'est-à-dire qu'une chose est elle-même et reste elle-même.

Pierre est Pierre ; il n'est pas Paul et il ne le sera jamais. Tout existe de manière séparée, avec ses particularités, ses propriétés, son identité. Le capitalisme, qui se fonde sur la reconnaissance de capitaux multiples dans la concurrence et d'un capital unique avec le monopole, systématise cette approche...

15 mar 2016

Ce qui fait la force du romantisme, c'est la mise en valeur d'un individu ayant l'air autonome, capable d'initiatives de lui-même, en toute indépendance. Cet individu apparaît, dans le romantisme, comme ayant une nature supérieure à l'individu appartenant à une organisation sociale étendue dont il n'est, somme toute, qu'un rouage.

Karl Marx, dans Le Capital, constate cela de la manière suivante : « Les connaissances, l'intelligence et la volonté que le paysan et l'artisan indépendant déploient, sur une petite échelle, à peu près comme le sauvage pratique tout l'art de la guerre sous forme de ruse personnelle, ne sont désormais requises que pour l'ensemble de l'atelier. »

10 mar 2016

L'une des plus grandes erreurs qu'on puisse faire au sujet de la notion d'impérialisme serait de penser que Lénine « regretterait » son émergence. A ses yeux, c'est en effet inévitable, cela fait partie du parcours amenant du capitalisme au socialisme, c'est un élément du processus de socialisation de l'industrie.

Lénine ne fait pas que s'opposer au kautskisme qui valorise l'impérialisme comme étant en soi le processus de socialisation, et dont le mitterrandisme des années 1980 a été un avatar en France, avec ses nationalisations. Il s'oppose aussi aux partisans du retour en arrière, qui voient en l'impérialisme une excroissance erronée du petit capitalisme...

8 mar 2016

Le matérialisme dialectique considère que chaque chose a deux aspects, dont la contradiction forme le moteur du mouvement, du développement. Il n'est pas difficile de voir que chaque espèce animale connaît deux sexes, dont la contradiction a comme moteur la reproduction.

Pour cette raison, dans l'histoire de l'Humanité, la femme a possédé une reconnaissance particulière. Durant la première étape, celle du matriarcat, la femme était considérée comme un équivalent supérieur de l'homme, puisqu'elle était en mesure de donner la vie après l'avoir portée...

3 mar 2016

Il est bien connu que le symbole communiste est le drapeau rouge frappé du marteau et de la faucille. Le drapeau rouge est le drapeau historique du mouvement ouvrier, qui a versé son sang pour la cause du socialisme. Le marteau représente la classe ouvrière, la faucille la paysannerie, ces deux classes étant unies pour diriger l'URSS à la suite de la révolution de 1917.

Il y a ici quelque chose de très important à saisir : on ne peut pas séparer abstraitement le marteau et le faucille du drapeau rouge, afin de célébrer abstraitement le travail...

26 fév 2016

Quand on pense au capitalisme, on pense à l'individualisme qui va avec. On se dit même que c'est ce qui caractérise le mieux le capitalisme et, d'ailleurs, la religion protestante et son culte de l'individu n'est-elle pas justement l'expression la plus nette du capitalisme lorsqu'il s'est développé ?

Voir les choses ainsi n'est pas dialectique et quand on regarde les faits, on voit bien que cela n'est pas le cas, qu'il manque un aspect essentiel : la coopération...

20 fév 2016

Le matérialisme dialectique et la matière vivante

Submitted by Anonyme (non vérifié)

La matière va au communisme : c'est le noyau idéologique véritable du matérialisme dialectique. Étant donné que la matière – qui est infinie et éternelle – se meut sans arrêt et dans la forme d'une spirale, à travers des sauts qualitatifs, elle avance de plus en plus en termes de complexité et d'organisation. Le communisme est le mouvement vers toujours plus de coordination, d'interrelation, d'interpénétration, de processus profonds de combinaisons. C'est le principe de la synthèse.

L'Humanité a joué un rôle important ici dans la transformation de la biosphère, c'est-à-dire de la Terre comme système vivant, en ce qu'elle a modifié les conditions de manière importante. Le problème est ici d'avoir une compréhension correcte du développement inégal...

9 fév 2016

Il existe une différence essentielle entre concentration et centralisation, deux concepts très importants pour étudier l'évolution d'un phénomène.

Une définition erronée serait de dire que le fait de concentrer signifie réunir en un centre ce qui était auparavant dispersé : on ne verrait alors nullement la différence avec le fait de centraliser. De fait, dans l'idéologie bourgeoise tend à assimiler les deux concepts...

26 Jan 2016

La matière devient toujours plus complexe, obéissant à la loi du développement qualitatif. Cette complexification procède par bonds qualitatifs et il n'y a pas de retours en arrière possible.

Comment expliquer alors le fait qu'il y ait des destructions, comme avec les guerres et le réchauffement climatique ? N'est-ce pas en contradiction avec la complexification de la matière ?...

30 oct 2015

Pour nous matérialistes, l'esprit est une composante de la matière ; le cerveau, c'est de la matière grise. Cela veut dire que quand on agit, on ne fait pas qu'agir de manière individuelle, on est lié au reste de la matière dans nos choix, dans nos actes, dans notre pratique.

Dans la conception ancienne du monde, celle portée par le capitalisme, il y a une séparation entre le fait de penser et d'agir. On s'imagine que penser n'est pas agir, et inversement. En réalité, il s'agit de deux aspects du même processus, car on ne peut pas penser sans agir, et inversement...

13 aoû 2015

Jean (ou John) Duns Scot (1266-1308) fut un Écossais surnommé le « Docteur Subtil », et s'il fut en effet subtil, c'est parce qu'il a défendu la dignité du réel face au dogme idéaliste de l'abstraction défendue par l’Église catholique.

Ainsi, si Jean Duns Scot a été incapable d'avoir une vision scientifique générale comme l'ont eu Avicenne et Averroès, il a parcouru un chemin inverse y contribuant : au lieu de défendre le matérialisme sur le plan de l'universalité (comme Avicenne, Averroès, Spinoza), il l'a fait sur le plan du particulier...

16 juil 2015

Si Emmanuel Kant fait l'éloge de la science laïcisée, il est obligé de maintenir la fiction d'un Dieu omnipotent afin de justifier l'existence du monde. Mais ce n'est pas l'aspect principal du problème ici posé, car en séparant l'être humain du reste de la matière au moyen de l'entendement « indépendant », il façonne une logique totalement anthropocentrique. Dieu n'est plus qu'un très lointain prétexte.

Ainsi, Emmanuel Kant termine la démarche de Galilée et Isaac Newton consistant à remplacer Dieu par les mathématiques comme « explication » du monde. En fait, on pourrait pratiquement qualifier le matérialisme bourgeois de matérialisme mathématique, par opposition au matérialisme dialectique...

15 juil 2015

Il y a une conséquence gigantesque à la position de Emmanuel Kant sur la science. A partir du moment où il dit qu'on ne peut pas connaître en tant que telle une chose, mais seulement notre rapport avec elle, il y a une part de relativisme qui est aujourd'hui franchement réactionnaire avec le néo-kantisme.

Toutefois, à l'époque, Emmanuel Kant joue un rôle progressiste, dans la mesure où il laïcise la science. En effet, aujourd'hui on peut considérer le kantisme comme un idéalisme, car il reconnaît la « chose en soi », le caractère inaccessible en elle-même de la « vraie » réalité d'une chose...

12 juil 2015

Malgré les prétentions et la récupération faite par le néo-kantisme, Emmanuel Kant est bien un matérialiste : à ses yeux, c'est de la réalité que vient les informations correctes. Comme il le dit :

« Ce que j’ai appelé idéalisme ne concernait pas l’existence des choses (or l’idéalisme proprement dit, au sens communément reçu, consiste à la mettre en doute), car il ne m’est jamais venu à l’esprit d’en douter. »...

11 juil 2015

Emmanuel Kant reconnaît l'espace-temps, et toute son œuvre consiste à tenter d'évaluer de quelle manière la vie humaine doit s'organiser dans cet espace-temps. Il est clairement sur une position matérialiste, cependant il ne fait qu'entrevoir la dialectique, et butte par conséquent sur le rapport entre le corps et l'esprit.

Dans la Critique de la faculté de juger, il dit ainsi qu'Epicure a raison, à ceci près qu'il a tort de ne pas séparer les plaisirs du corps et ceux de l'esprit. Pour Emmanuel Kant, en effet, l'esprit est un prolongement structurel du corps...

10 juil 2015

La grande limitation de Emmanuel Kant est d'attribuer au temps un mouvement qu'il ne donne pas à l'espace. S'il l'avait fait, il aurait reconnu l'espace-temps est tant que tel, et aurait pu saisir le mouvement comme inhérent à l'espace-temps, et donc à la matière qui est sa réalité. C'est le principe du matérialisme dialectique, l'auto-mouvement de la matière, obéissant à la dialectique.

Pour Emmanuel Kant, l'espace-temps n'est au sens strict qu'un moyen pour comprendre les phénomènes auxquels on fait face. Pour lui, ni le temps ni l'espace n'ont de réalité universelle en tant que telle : ils sont liées à une vision que l'on aurait pour ainsi dire automatiquement (et il ne dit pas pourquoi, la seule réponse étant que nous sommes nous-mêmes un élément matériel, une composante de l'espace-temps)...

9 juil 2015

Que nous dit Emmanuel Kant au sujet du temps ? En apparence, il dit la même chose qu'au sujet de l'espace : de la même manière qu'on pense que les choses extérieures à nous se meuvent dans l'espace, on sait qu'il y a une succession de moments.

On ne fait pas l'expérience du temps, on sait à la base qu'il existe, sinon on ne pourrait pas le concevoir, on vivrait dans l'immédiat tout le temps, sans conscience d'un passé ou d'un futur...

5 juil 2015

Comment Emmanuel Kant a-t-il pu reconnaître la nature, et considérer qu'elle se transformait ? Pour comprendre cela, il faut étudier ce qu'il dit d'un côté au sujet de l'espace, de l'autre au sujet du temps. Son point de vue a été expliqué dans son œuvre « classique » : la Critique de la raison pure.

Que nous dit Emmanuel Kant au sujet de l'espace ? Pour lui, on est obligé de reconnaître que l'espace existe. On sait que l'espace existe : on sait que des objets existent par exemple à côté de nous. Ce ne sont pas les objets qui nous le diraient, dans un langage qu'on comprendrait au moyen des sensations, car on sait à la base qu'il y a des choses en plus de nous...

2 juil 2015

Emmanuel Kant est le premier penseur permettant à la science de rompre avec le déisme, justifiant enfin le monde sans besoin d'une « pichenette » divine à l'origine. Citons ici de nouveau Friedrich Engels, cette fois dans l'Anti-Dühring, soulignant l'importance d'Emmanuel Kant :

« La théorie kantienne qui place l'origine de tous les corps célestes actuels dans des masses nébuleuses en rotation, a été le plus grand progrès que l'astronomie eût fait depuis Copernic.

Pour la première fois s'est trouvée ébranlée l'idée que la nature n'a pas d'histoire dans le temps. Jusque-là, les corps célestes passaient pour être demeurés dès l'origine dans des orbites et des états toujours identiques ; et même si, sur les divers corps célestes, les êtres organiques individuels mouraient, les genres et les espèces passaient cependant pour immuables...

30 juin 2015

Emmanuel Kant (1724-1804) est un « philosophe » extrêmement connu, et pour cause : nul autre penseur n'a systématisé autant la démarche bourgeoise dans la théorie et dans la pratique. Il n'est pas d'idéalisme aujourd'hui qui ne s'appuie sur Emmanuel Kant pour s'opposer au matérialisme dialectique ; le kantisme est une étude incontournable pour tout penseur bourgeois authentique.

Toutefois, Emmanuel Kant ne représente pas la pensée idéaliste la plus développée – représentant de la bourgeoisie, il a également porté des aspects matérialistes s'opposant à la féodalité, ce qui fait que comprendre Emmanuel Kant, et le kantisme, exige de ne pas avoir en seule perspective le néo-kantisme...

7 juin 2015

Le mot impression vient du latin impressio, signifiant « action d'appuyer sur » ; le radical indo-européen commun per signifiant « frapper ». Or, qu'est-ce qui est frappé ? Justement la matière grise. C'est pour cela qu'on dit que quelqu'un nous a marqué. Notre cerveau, en tant que matière grise, possède son empreinte.

Voilà pourquoi ont tort les personnes prétendant vivre leur vie selon leurs propres « choix », à la mode de l'existentialisme. Ils prétendent que leur esprit « domine » leur corps, niant que l'esprit et le corps ne forment qu'un seul et même ensemble matériel. Dans leur logique, ils pourraient ainsi mettre de côté des impressions, comme bon leur semble.

L'exemple si commun de la vie en société bourgeoise qu'est la personne niant une relation sentimentale du jour au lendemain tient précisément à cela. Elle pense qu'elle peut gérer de manière « libre », « rationnelle » ; se voulant « pur esprit », elle s'imagine pouvoir mettre de côté les sentiments...

25 avr 2015

Comenius est un penseur formidable, car il a compris la réalité du cerveau ; c'est pour cela qu'il a pu affirmer qu'il fallait enseigner, et qu'il a pu proposer un modèle d'enseignement, d'esprit universel.

Pour les matérialistes, le cerveau est de la matière grise ; comme l'a formulé Aristote, c'est une tablette, on dirait aujourd'hui un disque dur.

Or, on sait bien que le cerveau est bien plus plastique dans la jeunesse : il reflète mieux qu'il ne le fait par la suite...

23 avr 2015

Une compréhension erronée de la dialectique consiste à la voir comme un processus caractérisé par les étapes « thèse antithèse synthèse ». C'est une erreur que Mao Zedong a essayé d'éviter en soulignant qu'il n'existe pas une chose telle que la « négation de la négation ».

En France, une telle façon de voir la dialectique est très traditionnelle, un de son promoteur le plus important étant Pierre-Joseph Proudhon, dont le « socialisme français » est une « synthèse » de la propriété privée et le socialisme conçus comme thèse et antithèse...

22 avr 2015

Georges Politzer (1903-1942), d'origine juive hongroise, a été le grand penseur se consacrant au matérialisme dialectique en France, mais ses limites sont patentes. Dans le plus pur style français, Georges Politzer considère que le matérialisme est un prolongement de la pensée de René Descartes, et que le matérialisme dialectique est un matérialisme amélioré au moyen d'une « méthode » (qui serait la dialectique).

Si ses exposés sur le matérialisme dialectique sont clairs et concis, ils n'ont pas d'âme et de fait le Parti Communiste français, dont il formait les cadres en ce domaine, fut d'une extrême faiblesse.

Il y a une autre aspect important concernant Georges Politzer. En 1928, il publia « Critique des fondements de la psychologie ». Or, selon le thorézien de gauche Louis Althusser, cette œuvre a aidé le bergsonisme...

18 avr 2015

Monisme et négation de la négation

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Sur lesmaterialistes.com, nous défendons le monisme – c'est notre identité fondamentale. Cela signifie que nous considérons qu'il n'y a pas de parties « scindées » dans l'univers, pas de parties du tout : tous les différents éléments sont les composantes de seulement un processus : l'univers lui-même.

Cela signifie que le matérialisme historique n'est qu'une étude de certains éléments de l'univers – l'histoire de l'humanité – mais qu'il ne peut être séparé du matérialisme dialectique, qui étudie le mouvement de l'univers...

26 mar 2015

Voici, enfin, comment Karl Marx, traitant de la chute tendancielle du taux de profit, présente les principaux aspects du mode de production capitaliste :

1. Concentration des moyens de production en peu de mains,
2. Organisation du travail lui-même comme travail social,
3. Constitution du marché mondial...

22 mar 2015

Le capitalisme étend sa domination par l'accumulation de profits de manière toujours plus généralisée, mais en même temps il sape sa propre source de profits qui réside dans l'extorsion de la plus-value, car les prolétaires ont une part toujours moins grande dans la production des marchandises, en raison des progrès techniques.

Plus le capital grandit – et la tendance au monopole est inévitable – plus il met en branle de plus grands projets, avec plus d'ouvriers, élevant les moyens de production et sapant sa propre identité en tant que propriété privée.

Et plus il sape sa propre base, plus le capital s'agrandit pour lancer des projets encore plus grands, pour récupérer par là la plus-value qu'il pouvait obtenir auparavant avec des projets moins grands, en raison des moins grandes avancées techniques...

21 mar 2015

En licenciant, les entreprises perdent la source de leur plus-value, et le taux de profit baisse, alors que pour les capitalistes le fait qu'il y ait des salaires en moins est censé renforcer les profits.

Cependant, cela ne se réalise pas mécaniquement. Karl Marx fait ici une précision très importante, qui peut semble paradoxale.

Il dit que non seulement il peut y avoir plus de prolétaires qui travaillent et baisse tendancielle du taux de profit, mais même que cela doit nécessairement être le cas dans le capitalisme, et que justement cela a un rapport direct avec la baisse tendancielle du taux de profit...

18 mar 2015

La productivité sociale du travail est un critère essentiel. Pour une même exploitation – pour un même nombre d'heures non payées – le taux de plus-value peut être très différent.

Tout est une question de l'importance du capital investi, ainsi que sa forme...

17 mar 2015

La « loi de la baisse tendancielle du taux de profit » est la pierre angulaire du Capital de Karl Marx. C'est la thèse essentielle, qui détermine toute la position du matérialisme dialectique sur le mode de production capitaliste.

Le débat autour de cette thèse a été à l'origine d'un grand débat au début du mouvement ouvrier, dans la social-démocratie. Le révisionnisme – qui révisait donc le marxisme – affirmait que cette thèse de Karl Marx précisément était fausse, que le capitalisme pouvait grandir sans crise et que donc les ouvriers pouvaient en profiter et faire le socialisme par des moyens pacifiques...

14 mar 2015

D'où vient la sensation ? Une telle question est une erreur typique, le produit des approches féodale et bourgeoise, qui séparent le cerveau et le corps. La conception féodale les sépare totalement, tandis que la voie bourgeoise les relie d'une manière tourmentée.

Les deux considèrent que la question de la sensation est relié au corps, à l'interprétation du corps par le cerveau. Un sentiment, une sensation, ne peut pas exister en soi ; cela n'a une existence que dans le cas d'une interprétation par un individu.

La raison de cet anthropocentrisme réside dans la métaphysique. Pour la conception féodale, l'esprit doit quitter le corps et rejoindre l'origine du monde, Dieu, qui est immatériel. Pour la conception bourgeoise, nous ne pouvons pas expliquer l'origine du monde, de sorte que nous devrions nous limiter à l'élaboration d'une théorie sur les relations que nous faisons avec la réalité...

9 mar 2015

Le capitalisme en crise tente deux réponses pour se maintenir : celle qui prône la fuite en avant, dans l'exaltation du nationalisme et de la guerre, et celle qui prône le prolongement de la vie par la dissolution la plus complète par l'ultra-libéralisme total.

Le premier cas est celui bien connu du fascisme et de la guerre, mais la seconde facette, que l'on doit appeler post-moderne, ne doit absolument pas être oublié. On voit d'ailleurs son importance précisément en ce moment, entre le développement des thèmes du « queer », du « genre », des identités « post-coloniales », et Daesh...

7 mar 2015

Le post-modernisme n'a rien à voir avec le matérialisme dialectique. Le matérialisme dialectique est une science, produite par des théoriciens, portée par des mouvements idéologiques et des États, basée sur des concepts très bien définis. Le post-modernisme est une idéologie née dans les universités françaises et américaines, faisant la promotion de la « déconstruction », comme chemin de la « libération totale ».

Ce concept de « déconstruction » peut déjà se retrouver dans les années 1920-1930, avec les avant-gardes artistiques : le surréalisme en France, le cubisme en Tchécoslovaquie, le futurisme en Russie, toutes prétendant être les aspects artistique et psychologique d'une révolution « totale » que la classe ouvrière doit faire...

9 fév 2015

Spirale et non ligne droite anthropocentrique

Submitted by Anonyme (non vérifié)

L'un des soucis évidents que présente le mouvement dialectique de la matière est qu'il faut arriver, à travers les phénomènes, à distinguer ce qui est important de ce qui l'est moins, comprendre quel aspect joue un rôle moteur, quel phénomène il faut privilégier, etc.

Si l'on raisonne en termes mathématiques « classiques », on additionne, on considère de manière « logique » que « 1+1=2 ». Or, le principe même de la dialectique rejette cela, en raison de l'existence de « sauts », les contradictions se résolvant dans une « crise » et donnant naissance à quelque chose de nouveau...

14 Jan 2015

Charlie Hebdo sort aujourd'hui son nouveau numéro, à trois millions d'exemplaires, alors que sa rédaction a été pratiquement anéantie lors de l'attaque par des islamistes il y a une semaine. C'est une volonté d'aller de l'avant, dans la continuité du passé, comme le prouve la couverture, avec un personnage censé représenter Mahomet, qui tient une pancarte « Je suis Charlie », le mot « pardonné » étant inscrit à l'arrière-plan.

Il y a là quelque chose de profondément, si ce n'est stupide, au moins malsain. Surtout alors que des franges racistes radicales mènent depuis plusieurs jours des provocations et des attentats contre des mosquées, tentant de briser le refus par la société française de basculer dans le racisme ou la guerre de religion...

24 déc 2014

Georg W.F. Hegel, nous l'avons vu, accorde une grande place à Baruch Spinoza dans la philosophie moderne ; Ludwig Feuerbach fait de même. « Spinoza est en fait l'auteur originel de la philosophie spéculative moderne », dit-il dans ses Thèses provisoires en vue d'une réforme de la philosophie.

Comme chez Georg W.F. Hegel, Baruch Spinoza est celui qui a assumé la totalité, mais qui a réussi à faire dégager l'horizon religieux encombrant cette perspective. Son panthéisme est l'intermédiaire entre la conception passée de l'univers au matérialisme.

D'ailleurs, à l'époque les anti-matérialistes avaient tout à fait compris les conséquences de la démarche de Baruch Spinoza. Ludwig Feuerbach explique ainsi ce mouvement général aboutissant forcément au matérialisme...

24 déc 2014

Pourquoi donc Dieu le fils n'est-il homme que dans la femme ? Le tout puissant n'aurait-il pas pu apparaître comme homme parmi les hommes d'une autre manière, sans médiation ?

Pourquoi donc le fils s'est-il réalisé dans le sein d'une femme ? Pourquoi, sinon parce que le fils est nostalgie de la mère, parce que son coeur féminin plein d'amour ne peut trouver d'expression correspondante que dans un corps féminin ?

Le fils en tant qu'homme naturel ne passe que neuf mois dans l'asile du sein féminin, mais ineffaçables sont les impressions qu'il y reçoit ; la mère ne sort jamais de l'esprit et du coeur de son fils. Par suite, si. l'adoration du fils de Dieu n'est pas idolâtrie, l'adoration de la mère de Dieu ne l'est pas non plus...

24 déc 2014

Ce qu'en général, et même par rapport aux objets sensibles, on a affirmé jusqu'ici du rapport de l'homme à l'objet, vaut particulièrement pour le rapport qu'il entretient avec l'objet religieux.

Dans le rapport aux objets sensibles la conscience de l'objet est séparable de la conscience de soi ; mais dans le cas de l'objet  religieux la conscience coïncide immédiatement avec la conscience de soi. L'objet sensible existe extérieures ment à l'homme, l'objet religieux en lui, objet intérieur -- qui le délaisse aussi peu que ne le fait sa conscience de soi, sa conscience morale — objet intime, le plus intime, le plus proche.

« Dieu », dit par exemple Augustin, « nous est plus proche, plus apparenté et partant plus facilement connais-sable que les choses sensibles, corporelles »...

24 déc 2014

La doctrine de la création a sa racine dans le Judaïsme ; elle est même la doctrine caractéristique, la doctrine fondamentale de la religion juive. Le principe qui lui est fonda-mental n'est pourtant pas tant celui de la subjectivité que celui de l'égoïsme. Dans sa signification caractéristique la doctrine de la création ne prend naissance que là où l'homme soumet pratiquement la nature uniquement à sa volonté et à ses besoins, et par suite dans sa faculté de représentation la réduit à l'état de pur et simple matière d'oeuvre, à l'état de produit de la volonté.

A présent son existence lui est expliquée, puisqu'il l'explique et l’interprète en dehors d'elle-même, il l'explique dans son esprit. La question : d'où provient la nature ou le monde ? présuppose proprement que l'on s'étonne sur son existence, ou que l'on se demande : pourquoi est-il ? Mais cet étonnement, cette interrogation ne naissent que là où l'homme s'est déjà séparé de la nature pour la réduire à un simple objet de la volonté.

21 déc 2014

Sans contradictions, pas d'univers

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le matérialisme dialectique est l'étude de la contradiction, de l'identité des contraires. Lénine résume ainsi, dans ses « Notes sur La Science de la logique de Hegel » :

« La dialectique est la théorie qui montre comment les contraires peuvent être et sont habituellement (et deviennent) identiques - dans quelles conditions ils sont identiques en se convertissant l'un en l'autre -, pourquoi l'entendement humain ne doit pas prendre ces contraires pour morts, pétrifiés, mais pour vivants, conditionnés, mobiles, se convertissant l'un en l'autre. »...

19 déc 2014

Le point de vue de Ludwig Feuerbach et de Karl Marx est très clair concernant la dimension naturelle de l'être humain. L'objectif, c'est que l'être humain se ressaisisse comme naturel.

Dans L'essence du christianisme, Ludwig Feuerbach explique que :

« L'obscur dans la nature est cependant l'irrationnel, le matériel, la nature même dans les différences avec l'intelligence...

 

19 déc 2014

La religion a été la tentative, idéaliste, de formuler la totalité ; à ce titre la théologie ne doit pas être rejetée, mais absorbée. Feuerbach explique ainsi :

« La philosophie la plus nouvelle est sortie de la théologie – elle est elle-même rien d'autre que la théologie dissoute et transformée en philosophie. »

Il a été dit que pour Feuerbach, le protestantisme a joué un rôle progressiste dans le processus d'abaissement de « Dieu », pour le ramener à ce qu'il est : une vision qu'a l'humanité d'elle-même.

15 déc 2014

Max Stirner (1806-1856) est aux côtés de Ludwig Feuerbach et de Bruno Bauer (1809-1882) le second grand « hégélien de gauche », c'est-à-dire les disciples de la pensée de G.W. Hegel assumant le progressisme, la critique radicale de la religion.

Mais si Ludwig Feuerbach pave la voie à Karl Marx et Friedrich Engels, Max Stirner pave la voie à l'anarchisme. Son œuvre la plus célèbre, L'Unique et sa propriété (1844), est une attaque contre Ludwig Feuerbach.

Max Stirner considère qu'en défendant la nature, Ludwig Feuerbach ne peut pas se passer de Dieu : sa pensée serait finalement religieuse malgré lui...

15 déc 2014

Pour les matérialistes, l'univers est un, il y a unité. Mais l'être humain n'est pas cet univers. Selon Feuerbach, l'être humain a cependant, à l'opposé des animaux, conscience du caractère infini de la réalité.

Il doit l'exprimer, mais comment sa conscience non infinie peut-elle formuler cela ? Précisément en utilisant le concept de « Dieu. » Feuerbach explique dans L'essence du christianisme que :

« L'être de l'être humain différencié des animaux n'est pas que le fondement, mais également l'objet de la religion...

11 déc 2014

De quoi parle la religion ? La religion parle de l'humanité et de la nature. Mais en raison de la situation où sont les humains, ils en parlent de manière voilée, cachée à leurs propres yeux. Ainsi, ils parlent de Dieu, concept qui n'est que le reflet de l'humanité.

La religion n'est ainsi pas qu'un système idéologique visant à justifier une domination, une oppression, une exploitation. C'est le reflet d'un certain niveau de conscience de l'humanité. Une humanité qui n'a pas encore un niveau suffisant de conscience d'elle-même et de la nature utilise « Dieu ».

Naturellement, les fameuses lignes de Karl Marx sur la religion comme opium du peuple puisent directement dans la conception de Ludwig Feuerbach...

7 déc 2014

La thèse de Ludwig Feuerbach est la négation du cartésianisme qui les sens, mais également du courant qui naîtra au début du XXe siècle, et qui sera appelé le béhaviorisme ou comportementalisme.

Le cartésianisme considère que les humains pensent, thèse réfutée par le matérialisme qui considère que la conscience n'est que le reflet de la réalité. Mais le risque est de basculer dans une vision mécanique, où la pensée ne consisterait qu'en une réaction à des stimulis, ce qui est précisément la thèse du béhaviorisme.

Le matérialisme dialectique rejette tant le cartésianisme que le béhaviorisme, car s'il considère que l'être humain ne pense pas, il reconnaît le cerveau comme étant de la matière (la fameuse « matière grise ») et par conséquent il obéit aux principes de la dialectique.

6 déc 2014

Il est bien connu que Karl Marx a été profondément marqué intellectuellement par deux auteurs : Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770 – 1831) et Ludwig Feuerbach (1804 -1872). En France, la figure de G.W.F. Hegel est bien connue ; on sait qu'il a apporté le principe de la dialectique.

Cependant, le figure de Ludwig Feuerbach est absolument inconnu, alors qu'il a assumé le matérialisme. Le matérialisme dialectique profite directement de Ludwig Feuerbach et de G.W.F. Hegel, que Karl Marx a relié...

 

3 oct 2014

Le matérialisme dialectique est le cœur du marxisme, et de ses prolongements que sont le léninisme et le maoïsme. Malheureusement, en France, ce noyau même de l'idéologie communiste n'a jamais été compris ni diffusé.

Dans l'esprit de Pierre-Joseph Proudhon et de Jean Jaurès, et du « socialisme français » en général, la dialectique a été soit considérée comme une sorte d'étrange mystique, soit comme la simple reconnaissance que deux choses contraires peuvent coexister.

Or, le matérialisme dialectique n'est ni une mystique, ni la reconnaissance d'un assemblage « contradictoire » de choses, comme par exemple on pourrait dire qu'il existe une contradiction entre deux équipes de football pour faire un match, ou bien une contradiction entre le caractère divertissant d'un film et son absence d'intérêt culturel, etc...

28 sep 2014

Le mot « épistémologie » n'est pas commun, mais il est important. Il vient du grec et signifie parler au sujet de la connaissance (« episteme »), c'est-à-dire l'étude des fondements de la science.

Par exemple, le fondement de la « science » chrétienne est la figure du Christ, et celui du matérialisme dialectique est la matière considérée comme éternelle et en mouvement.

Le grand révolutionnaire bangladeshi Siraj Sikder exprime ici un point de vue très intéressant, très profond, très intense, très dense. Voici ce qu'il dit...

26 sep 2014

L'anticapitalisme romantique des S.A. et du parti nazi s'appuie sur la conception de l'oppression et de l'exploitation comme venant de « l'extérieur ». C'est la conception de Eugen Dühring, critiquée par Friedrich Engels dans l'Anti-Dühring, ou encore de Pierre-Joseph Proudhon et du proudhonisme qui a suivi.

Cependant, il a bien fallu que cette conception soit adaptée aux conditions allemandes, et elle a été formulée par Gottfried Feder (1883-1941), principalement dans une oeuvre intitulée « Manifeste pour briser l’asservissement aux intérêts de l'argent », publiée en 1919...

9 sep 2014

Le trotskysme anglais sur la dialectique de la nature

Submitted by Anonyme (non vérifié)

La revue en ligne « Que faire ? », produite par des personnes actives au sein du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), vient de publier un article intitulé « La dialectique, la nature et la dialectique de la nature ».

Ce n'est pas dit, à part par un lien vers l'original en bas de page mais en fait il s'agit d'une traduction de l'anglais, d'un article produit par Camilla Royle, dont on peut voir la conférence à ce sujet ici. Bien entendu, cette conférence de 2013 a été faite au sein du « Socialist Workers Party » (SWP), la principale organisation trotskyste anglaise...

2 sep 2014

La nostalgie selon le matérialisme dialectique

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Qu'est-ce que la nostalgie ? C'est une question importante, parce que c'est un sentiment très commun. En fait, nous devrions dire que c'est un sentiment très commun dans la société non-communiste. Pourquoi cela ? Parce que la nostalgie est enracinée dans la non-compréhension d'une contradiction. L'absence de synthèse a amené une situation où la contradiction n'a pas été résolue d'une manière progressiste. En raison de cela, il y a un « cadavre dans le placard ».

Si nous prenons l'exemple de l'amour, ou romance, nous pouvons voir que les raisons pour l'échec ont été des pensées comme « il n'a pas assez d'argent », « elle n'est pas assez belle », « plutôt en sécurité que désolé », « fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve », etc.

L'opportunisme peut exister, mais ne saurait effacer la réalité humaine. Et le cerveau est ici comme un CD non ré-inscriptible. Une fois gravé, rien ne peut être effacé. Mais ce qui est dans le cerveau peut être dépassé, par un processus de synthèse. Pour cette raison, les gens « fous » ont besoin de travailler, de transformer ; ce n'est qu'en transformant la réalité qu'ils comprendront le processus de transformation, et également se transformeront...

19 aoû 2014

L'une des caractéristiques de l'anticapitalisme romantique est son subjectivisme. On n'y retrouve pas la notion matérialiste d'étude, mais seulement la dimension « rebelle », une perspective subjectiviste.

C'est le principe selon lequel l'individu « pense », disposant du « libre-arbitre », au-delà de la réalité matérielle. Voici comment Friedrich Engels précise quel est le point de vue correct à ce sujet...

17 aoû 2014

La démarche d'Eugen Dühring implique que les choix politiques soient décisifs, qu'il n'y ait pas de contradiction interne, que l'économie ne soit pas décisive. L'esclavage est la conséquence d'un « mauvais » choix sur le plan de la moral.

A l'opposé, le matérialisme dialectique reconnaît le caractère central de la nécessité...

 

16 aoû 2014

La grande différence, fondamentale, entre l'approche de Eugen Dühring et de l'anticapitalisme romantique d'un côté et le matérialisme dialectique de l'autre, tient à la notion de mouvement. Pour le matérialisme dialectique, tout est en mouvement, tout est relatif.

Ce n'est pas le cas de l'idéalisme, pour qui par définition une contradiction est quelque chose d'absurde. C'est la raison pour laquelle il n'est pas capable de voir les deux aspects dans la production capitaliste: le travail payé et le travail non payé, ainsi que le double caractère d'un objet, utile d'un côté et marchandise de l'autre, ou encore l'aspect historiquement progressiste du capitalisme dans la mesure où il permet de dépasser le mode de production antérieur qu'est le féodalisme.

14 aoû 2014

L'une des caractéristiques de l'anticapitalisme romantique est de généraliser le principe de « capital ». Puisqu'en effet l'esclavagisme passé serait encore présent, alors ce qu'on appelle capitalisme aujourd'hui et qui relèverait donc de l'esclavagisme existant déjà dans le passé, nécessairement, aurait existé dans le passé aussi.

C'est pour cela, par exemple pour la France, que les « nationaux-révolutionnaires » parlent de « capitalisme » lorsqu'ils présentent en fait des batailles passées relevant en réalité du féodalisme et ayant amené l'intégration historique à la France de la Bretagne ou l'Occitanie.

On est là dans une fiction où un capitalisme éternel affronte un peuple « naturellement » socialiste. C'est le principe même du national-socialisme, en fait...

12 aoû 2014

Si Eugen Dühring est obligé d'introduire la notion d'esclavagisme comme concept fondamental, c'est parce qu'il refuse d'accepter le principe d'exploitation expliqué par Karl Marx, notamment dans Le Capital. L'exploitation des travailleurs se fait par l'intermédiaire de la plus-value, arrachée aux travailleurs ; le capitaliste profite du travail volé, c'est-à-dire de la partie de travail non rémunérée.

Eugen Dühring n'est pas d'accord avec cela. Il a la même vision que Jean-Jacques Rousseau, avec quelqu'un ayant instauré la propriété par la force, et donc arrachant du travail par la force. Dans le capitalisme, selon Eugen Dühring, l'exploitation n'a pas lieu lors de la production elle-même, avec des marchandises ensuite vendues: elle aurait lieu après, en-dehors de la production, dans la répartition...

10 aoû 2014

Friedrich Engels affirme ainsi que ce n'est pas la violence qui a instauré la propriété privée, mais que cela provient de l'apparition de la marchandise, qui a brisé les communautés traditionnelles. Il rappelle par conséquent le principe du « mode de production » et des luttes de classe qui vont avec.

Mais cela signifie une chose essentielle: l'être humain est façonné par le mode de production. Il est un être naturel, et sa pensée est un reflet de la réalité. Bien entendu, chez Eugen Dühring on a la conception opposée: la pensée existe indépendamment de la réalité générale, on a la même conception que chez René Descartes ou les religieux en général, avec la séparation du corps et de l'esprit.

Les erreurs de Eugen Dühring sont alors inévitables, il ne peut que tendre à l'idéalisme..

9 aoû 2014

La raison pour laquelle Eugen Dühring en arrive à l'antisémitisme racial est facile à comprendre. Eugen Dühring refuse de reconnaître la dialectique de la nature. Par conséquent, il est obligé de trouver une raison aux problèmes sociaux. Au lieu de les voir dans le mode de production, il les cherche dans élément extérieur qui viendrait perturber l'ensemble.

C'est le principe de la communauté nationale qui serait « parasitée », empêchant un vivre-ensemble adéquat. Et l'antisémitisme fait ici figure d'anticapitalisme romantique, avec toute une construction idéalisée d'un peuple « aryen » honnête depuis le début des temps, mais confronté à un ennemi perfide et pervers le parasitant, le corrompant...

8 aoû 2014

L'anti-Dühring est dirigé contre les thèses d'Eugen Dühring (1833-1921), même si c'est secondaire par rapport à la mise en valeur de l'idéologie communiste. En fait, on peut voir qu'il s'agit d'une critique de l'idéalisme qui est la base à l'exposition du matérialisme dialectique.

On doit noter d'ailleurs ici que Eugen Dühring appartient au courant du « positivisme », et que ses positions sont les mêmes que ses contemporains Ernst Mach et Richard Avenarius. Or, il y a une critique très connue de Mach et d'Avenarius : celle faite par Lénine dans « Matérialisme et empirio-criticisme ». Lénine a en fait défendu ce qu'enseigne l'anti-Dühring, en profitant des nouveaux acquis scientifiques de son époque...

7 aoû 2014

En 1877, Friedrich Engels publia une oeuvre très importante, intitulée « Le renversement de la science fait par monsieur Eugen Dühring » (la version publiée en français prit comme titre « Monsieur E. Dühring bouleverse la science »).

L'œuvre fut d'abord publiée en plusieurs articles dans l'organe social-démocrate allemand Vorwärts En avant »), du 3 janvier 1877 au 7 juillet 1878, avant d'être publieé sous la forme d'un ouvrage en tant que tel, en 1877, de nouveau en 1878 en Suisse, puis de nouveau plusieurs fois dès 1894.

Son importance fut alors capitale et l'oeuvre devint un classique dont le positionnement fut au coeur de la social-démocratie comme mouvement historique...

18 juil 2014

La circulation du capital a un aspect particulier qu'il y a lieu de comprendre pour saisir le processus général de surproduction.

En effet, le capitaliste peut renforcer son propre appareil productif au moyen du surtravail. Il y a alors un argent virtuel qui apparaît : virtuel, car il n'est pas présent, mais réel dans la mesure où il apparaîtra dans le prochain cycle, avec des marchandises plus nombreuses ou de meilleure qualité.

Ici, le surtravail a permis non pas de produire directement davantage de marchandises, mais de développer les moyens de production, et donc effectivement la production de marchandises, mais lors du prochain cycle...

16 juil 2014

Mais d'où vient la force grandissante du capitalisme ?

Est-ce seulement de la lente accumulation ? Justement, ce qu'il faut voir, c'est qu'à chaque étape de la circulation, le capital a davantage de moyens techniques, il sait mieux comment utiliser les forces de la nature.

Le capitalisme a donc tout intérêt à soutenir le progrès technique, les améliorations scientifiques.

14 juil 2014

La classe capitaliste consomme pour sa satisfaction personnelle, et cette consommation réinjecte de l'argent dans la circulation. Avant d'approfondir cette question, notons déjà un autre aspect qui est relié à cette question.

En effet, la production capitaliste est concurrentielle et technique, et les capitalistes s'achètent les uns aux autres du matériel afin de moderniser leur production. C'est quelque chose qui joue dans la manière dont le capital circule.

Nous allons étudier cet aspect, mais voyons d'abord ce qui manque pour que tout cela fonctionne : l'argent...

13 juil 2014

La question de la provenance des moyens de la circulation, de l'origine de l'argent circulant en plus à chaque cycle, est essentielle.

Comme dit précédemment, elle a été travaillée sans succès par les économistes classiques, par les populistes russes, par Rosa Luxembourg, etc.

La problématique se pose comme suit : on sait que lors de la production, les travailleurs font des heures qui sont payées pour certaines, et pas pour d'autres. Les marchandises vendues, le capitaliste obtient pour cette raison un capital plus grand qu'au départ.

11 juil 2014

Le capitaliste a tout intérêt à ce que la rotation du capital soit rapide. Plus la rotation est rapide, plus le capital devient rapidement argent pour le capitaliste, plus il peut grandir davantage. En ce sens, il amène ce qui a été appelé la « mondialisation », cherchant en effet par tous les moyens à se réaliser.

Karl Marx nous explique ainsi :

« Le capital, suivant ici sa propre nature, se dégage de toute limitation spatiale.

La création des conditions physiques de l'échange – moyens de communication, de transport – devient pour lui une nécessité d'une ampleur toute nouvelle – la destruction de l'espace par le temps. » (G)

Cette affirmation est très importante et elle vaudrait une analyse à elle seule. Restons en ici par contre plus spécifiquement à la question de la circulation en tant que telle...

10 juil 2014

Que signifie le terme circulation ? Il veut dire mouvement, dans un sens, et dans l'autre sens. Il y a l'idée de cercle, c'est-à-dire que le va-et-vient se répond : cela va dans un sens, puis dans l'autre, de manière ininterrompue.

Cette notion est très importante pour comprendre le mode de production capitaliste. En effet, le capital n'est pas statique, puisqu'il existe au départ sous forme d'argent, puis de marchandises, puis d'argent.

Tout cela forme un cycle, qui est par la suite répété : c'est la circulation...

25 juin 2014

Récemment, le Parti Communiste d'Inde (Maoïste) et le Parti Communiste d'Inde (Marxiste-Léniniste) Naxalbari se sont unifiés pour ne plus former qu'un seul parti. En tant que dirigeant du PCI (ML) Naxalbari, le camarade Ajith a exprimé son point de vue dans le document « Contre l'Avakianisme » (Naxalbari n°4, juillet 2013). Il y affirme son opposition à la Pensée-Guide.

Nous allons ici réfuter le commentaire du camarade Ajith concernant la Pensée-Guide.

Dans ce document, il fait référence à notre projet de Pensée-Guide et à la déclaration commune...

29 avr 2014

Akrami Yari sur le capitalisme bureaucratique

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Qu'est-ce que le capitalisme bureaucratique ? La compréhension de cette forme sociale est au plus profond du noyau du maoïsme. Selon le maoïsme, il y a deux types de pays : les pays impérialistes d'un côté, et les pays opprimés de l'autre. Ces pays opprimés sont semi-coloniaux, semi-féodaux.

Dans les pays capitalistes, le marché libre a triomphé et anéanti les restes féodaux. Cela n'est pas le cas dans les autres pays, où la bourgeoisie a été trop faible face à l'hégémonie impérialiste, et où le féodalisme n'existait pas dans une version développée, l'économie du pays étant fondée sur une économie traditionnelle d'auto-suffisance locale...

6 avr 2014

L'argent apparaît alors comme une menace essentielle pour les anciens modes de production, car la production marchande capitaliste, en se développant, procède à la décomposition et la dissolution des anciennes formes.

Les personnes prisonnières des anciens modes de production le ressentent, elles sont écrasées par l'avalanche des marchandises à faible prix, par l'intégration toujours plus grande des masses paysannes appauvries, par la pression financière sur les campagnes, la dépendance au crédit, la production agricole capitaliste elle-même, etc.

5 avr 2014

Revenons au fait que c'est l’État qui fabrique l'argent. Bien évidemment, il ne peut pas le fabriquer comme bon lui semble, il ne peut pas simplement utiliser la fameuse « planche à billets » comme il l'entend.

En effet, cet argent, qui n'est que du papier, a une valeur, et il faut que l’État soit en mesure de lui trouver un équivalent, puisqu'il ne s'agit que de papier, et qu'il faut qu'il soit pour autant « crédible. »

Si l'argent n'a pas de valeur, les capitalistes ne vont pas l'utiliser. C'est la raison du triomphe du dollar, de l'euro, etc. sur d'autres monnaies dont la valeur n'est pas assurée, pouvant s'effondrer, etc...

4 avr 2014

La question des billets de banque et de pièces, c'est-à-dire de l'argent, est difficile, parce que les choses ont changé depuis Marx, non pas en substance bien entendu, mais dans leur forme.

Deux phénomènes se sont produits : d'abord, l'abandon de l'étalon-or pour l'argent, et ensuite l'apparition d'une monnaie commune à plusieurs États, avec l'euro.

C'est donc différent d'à l'époque de Marx, mais naturellement la tendance avait déjà été analysée...

30 mar 2014

Nous avons vu que le capitaliste donne naissance à la force collective, parce qu'il unifie des travailleurs dans une direction de production commune.

Cependant, au-delà de la réalité sociale transformée en tant que telle, lui-même ne se conçoit que comme individu, comme simple capitaliste individuel ayant lui-même décidé ce qu'il voulait. Le protestantisme est la religion adaptée à sa vision du monde, avec l'entrepreneur individualiste et exigeant une société disciplinée, considérant sa réussite comme un signe d'élection divine, etc.

Ce n'est pourtant pas la seule figure qui a été produite par le développement du capitalisme. Il y a également l'avare.

29 mar 2014

Nous avons vu que le capitaliste arrive avec de l'argent, emploie des travailleurs pour produire des marchandises, qu'il revend par la suite, se retrouvant finalement avec davantage d'argent.

L'argent, a cependant, existé avant le capitalisme, et auparavant, la formule capitaliste, le cycle argent – production de marchandises – davantage d'argent, n'existait pas.

Nous avons vu que l'origine de ce surplus de richesse provient du surtravail arraché aux travailleurs.

27 mar 2014

Le paradoxe de l'argent tel qu'il existe dans le capitalisme, et pour le capitaliste, c'est qu'il n'est pas un moyen d'échange ni d'achat en tant que but en soi.

Il est en effet l'objectif du capitaliste, dans la mesure où il représente de la valeur, valeur arrachée aux travailleurs au moyen du surtravail.

Pour les travailleurs, l'argent permet l'accès aux marchandises, pour vivre ; pour les capitalistes, l'argent est le but de l'accumulation, au moyen de la production de type capitaliste.

26 mar 2014

L'argent est une réalité frappante dans le capitalisme. Il frappe l'imagination de par sa puissance ; la conscience est impressionnée par sa présence en tous les endroits.

L'argent est un moyen d'échange se présentant comme universel et en apparence, c'est lui qui ferait le capital et permettrait la richesse.

Voir les choses de cette manière est bien entendu incorrect ; ce n'est là qu'illusion. C'est le travail qui permet la richesse, l'argent n'est qu'un outil dans les mains du capital, il n'est pas toujours capital, et d'ailleurs il existait historiquement avant le capital...

23 mar 2014

Siraj Sikder, matière en soi et matière pour soi

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Siraj Sikder, le grand révolutionnaire du Bengale Oriental, c'est-à-dire du Bangladesh, a formulé une opinion très intéressante concernant l'utilisation de la matière.

Parlant des cliques d'opportunistes qui se forment à l'intérieur du Parti, Siraj Sikder constate que, forcément, il y a une base matérielle pour cela.

On ne peut pas nier les cliques, on ne peut pas nier la réalité. Par contre en comprenant la loi matérielle donnant naissance à ces cliques, on peut les briser et faire en sorte qu'elles n'apparaissent plus, en utilisant alors l'existence de ces cliques à notre profit.

23 mar 2014

Le marxisme nous enseigne qu' « en découvrant la loi de la matière, on peut transformer en conséquence ».

De même, en découvrant la loi des cliques, on peut combattre les cliques, les briser et empêcher qu'il ne s'en forme de nouvelles.

En conséquence, nous pouvons utiliser la connaissances des cliques dans notre propre intérêt. Alors, de matière en soi, elles se transforment en matière pour soi.

 

28 nov 2013

Jacques Derrida a été un contributeur décisif à l'existentialisme, le faisant passer, avec Michel Foucault, à un stade supérieur. A ce titre, dès le début des années 1970, il est accueilli avec un énorme intérêt dans les facultés américaines...

24 nov 2013

Michel Foucault est l'équivalent de Marcuse, Horkheimer, Adorno pour la France. Sa démarche est plus tardive et plus conforme à la rébellion irrationnelle et mystique, dans l'esprit de Henri Bergson et Georges Sorel...

23 nov 2013

Des tentatives de « réconcilier » le matérialisme dialectique et la psychanalyse ont naturellement existé. La première tentative fut effectuée par un disciple direct de Sigmund Freud, Wilhelm Reich (1897-1957), dont les œuvres les plus célèbres sont La Psychologie de masse du fascisme et La Révolution sexuelle...

30 oct 2013

Cet écrasement physique et mental de l'être humain fait face à la collectivisation du travail par la fabrique, ainsi donc dialectiquement l'être humain se réaffirmant dans sa nature, et non plus comme dépendance de l'automate, profite de ce passage historique par l'étape de la fabrique...

19 oct 2013

Le Capital de Karl Marx est connu pour être une œuvre longue et difficile. En réalité, c'est une œuvre très simple d'accès, à condition d'avoir les clefs pour la comprendre.

C'est ce que nous allons faire ici ; nous allons voir pas à pas que ce que dit Karl Marx est absolument limpide. Et pour cela, nous allons non pas regarder Le Capital de l'extérieur, mais avec les yeux de Karl Marx : ce n'est qu'ainsi qu'on peut comprendre ce qu'il a vu, compris et, enfin, expliqué.

Cela sera naturellement un peu long, de par le nombre de détails abordés, mais cela sera toujours limpide dans la mise en perspective. Rentrons dans le vif du sujet...

18 oct 2013

Karl Marx, pour écrire Le Capital, s'appuie sur le matérialisme qui considère que la vie humaine appartient à la nature. Pour les matérialistes, la planète Terre est une biosphère, composé d'organismes vivants s'appuyant sur des éléments chimiques, dans un rapport bien déterminé.

Comprendre cette réalité matérielle, c'est saisir comment la vie se reproduit, dans quelles conditions elle existe. C'est cette réalité dont parle Karl Marx dans Le Capital.

Toute l'oeuvre est parsemée de remarques sur la vie humaine réellement vécue, sur la vie du travailleur qui souffre de se voir malmené par le capital, sur le rapport entre son travail en tant qu'être vivant et le capital, marqué par l'aliénation et l'exploitation physique...

8 aoû 2013

Il ne faut absolument pas considérer que Descartes, en faisant de Dieu un absolu sans manques, serait parti dans une direction opposée aux exigences bourgeoises. Au contraire, c'est un moyen pour Descartes de faire du matérialisme sans le matérialisme.

Pour bien saisir cela, voici ce que dit Karl Marx dans Le Capital, précisément sur cette question :

6 aoû 2013

Descartes parvient donc à un bricolage incroyable : il bricole une perspective morale protestante sans protestantisme. L'individu se voit affirmer, mais sans donc le garde-fou que représente la Bible et ses valeurs. C'est en ce sens que Descartes est apparu comme appartenant au matérialisme : en apparence, on a un être tourné vers la matière de manière rationnelle.

31 juil 2013

René Descartes est un penseur bourgeois, mais un penseur bourgeois français, à une époque où la bourgeoisie n'a pas encore rompu avec la féodalité. Tel Joachim Du Bellay, il tente d'affirmer la conception bourgeoise, tout en restant dans le cadre de la monarchie absolue...

26 juil 2013

Avec la lumière et la joie

Submitted by Anonyme (non vérifié)

« Nous, humains, sommes de simples fragments du temps et des battements de coeur, mais nos actes resteront pour des siècles, marquant de leur empreinte génération après génération. Nous peuplerons la Terre avec la lumière et la joie. »

7 juil 2013

Quelle est la clé du révisionnisme, en URSS et en République Populaire de Chine? C'est l'idéologie, il y avait un espace ouvert pour révisionnisme en URSS et en République populaire de Chine, où les éléments bourgeois ont pu s'agglutiner et ensuite faire un coup d’État.

En URSS, cet espace était dans le domaine de la biologie. La conception bourgeoise de l'ADN comme support de tout ce qu'est la vie a été bien comprise comme une illusion réactionnaire.

Néanmoins, cela a été confronté avec la conception erronée de modifier la matière depuis l'extérieur, sans suivre le principe selon lequel la contradiction est interne...

1 juil 2013

lesmaterialistes.com: l'esprit de synthèse

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Il est impressionnant de voir comment Internet a intégré la vie de la société française, sans que pour autant rien ne change vraiment. Les Encyclopédistes du 18e siècle auraient par exemple rêvé de pouvoir utiliser quelque chose comme Internet ; leurs idées se seraient plus largement diffusées, les échanges auraient été plus nombreux.

Avec internet, il est plus facile d'apprendre des choses, toutefois les faits sont là : le capitalisme écrase tellement la culture et la civilisation qu'Internet est surtout un simple jouet pour le capital et des individus repliés sur eux-mêmes. Internet est donc le reflet de la société, rien de plus.

C'est là qu'il y a une contradiction qui doit être résolue historiquement. Il est possible de faire quelque chose de formidable : un mouvement dialectique conforme à la réalité en mouvement...

18 mai 2013

Nos valeurs

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Rien n'est indivisible! L'univers est éternel! La loi de l'unité des contraires est la loi fondamentale de la nature et de la société et donc aussi la loi fondamentale de la pensée!

13 mai 2013

Engels sur la cause et l'effet

Submitted by Anonyme (non vérifié)

La cause et l'effet sont des concepts rejetés par le matérialisme dialectique. Ici, le point de vue MLM tel que formulé par Friedrich Engels.

 

Ce qui manque à tous ces messieurs, c’est la dialectique. Ils ne voient toujours ici que la cause, là que l’effet.

Que c’est une abstraction vide, que dans le monde réel pareils antagonismes polaires métaphysiques n’existent que dans les crises, mais que tout le grand cours des choses se produit sous la forme d’action et de réaction de forces, sans doute, très inégales, — dont le mouvement économique est de beaucoup la force la plus puissante, la plus initiale, la plus décisive, qu’il n’y a rien ici d’absolu et que tout est relatif, tout cela, que voulez-vous, ils ne le voient pas ; pour eux Hegel n’a pas existé…

F. Engels, Lettre à Conrad Schmidt, 27 octobre 1890

13 mai 2013

Le matérialisme dialectique est la théorie générale du Parti marxiste-léniniste. Le matérialisme dialectique est ainsi nommé parce que sa façon de considérer les phénomènes de la nature, sa méthode d’investigation et de connaissance est dialectique, et son interprétation, sa conception des phénomènes de la nature, sa théorie est matérialiste.

Le matérialisme historique étend les principes du matérialisme dialectique à l’étude de la vie sociale ; il applique ces principes aux phénomènes de la vie sociale, à l’étude de la société, à l’étude de l’histoire de la société...

13 mai 2013

Qu'est-ce que le diamat ?

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le matérialisme dialectique est, pour nous communistes, la science qui permet de comprendre l'Univers et ses lois. Cette science a été développée par Karl Marx et Friedrich Engels, notamment par ce dernier dans La dialectique de la nature.

 

Puis Lénine a approfondi la compréhension de celle-ci, redécouvrant certains principes alors qu'il ne connaissait pas certains documents très importants de Friedrich Engels, notamment La dialectique de la nature. La révolution russe de 1917 est directement issue de la compréhension par Lénine du matérialisme dialectique, notamment dans le grand classique Matérialisme et empirio-criticisme...

13 mai 2013

Le communisme

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le degré le plus élevé, le plus progressiste, du développement social est la société communiste. La société communiste passe par deux phases de développement : une phase inférieure, appelée socialisme, et une phase supérieure, appelée communisme.

13 mai 2013

Le mode de production socialiste

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Dans le mode de production capitaliste, la force de travail est une marchandise ; tous les bénéfices sociaux et culturels de la production vont aux détenteurs des moyens de production, à la bourgeoisie en tant que classe sociale. Dans le mode de production capitaliste, le travail a un caractère privé et il n’est pas organisé à l’échelle du pays.

13 mai 2013

La révolution socialiste

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le triomphe du nouveau sur l’ancien est une loi, et par conséquent le renversement du mode de production capitaliste est inéluctable. Mao Zedong a rappelé quels étaient les principes du socialisme scientifique concernant ce renversement : « Les changements qui interviennent dans la société proviennent surtout du développement des contradictions à l’intérieur de la société, c’est-à-dire des contradictions entre les forces productives et les rapports de production, entre les classes, entre le nouveau et l’ancien.

12 mai 2013

Nous sommes ici dans ces circonstances, certains pensent qu'il s'agit d'une défaite. Ils se leurrent! Qu'ils continuent de rêver. C'est tout simplement un détour, rien de plus, un détour sur notre route! La route est longue, nous la parcourrons et puis nous triompherons! Vous le verrez, vous le verrez!

12 mai 2013

Gonzalo et Shakespeare

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Gonzalo avait saisi ce qu'était l'art, et il appréciait hautement Shakespeare. Son nom vient-il alors de la pièce de Shakespeare intitulé la Tempête, où un Gonzalo propose un âge d'or, en paraphrasant Montaigne ? Et qu'avons-nous dans cette pièce ? Un Gonzalo faisant un célèbre discours politique...

12 mai 2013

Le sens de la prose poétique de Gonzalo

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Voyons ici quelques points importants au sujet de la pensée Gonzalo. Le premier point est l'origine de la prose poétique utilisée par Gonzalo. Ce n'est pas ici une question de style; en utilisant la prose poétique, il a voulu montrer que ce qu'il dit, son esprit, est un produit du mouvement de la matière, pas un produit de son esprit seul.

Le second point est la compréhension subjectiviste de la pensée Gonzalo, qui a apporté beaucoup de problèmes sur le plan pratique.
12 mai 2013

Une question est importante pour la compréhension du maoïsme : dans quel mesure Gonzalo a-t-il des positions conformes aux enseignements de Mao Zedong comme quoi « rien n'est indivisible » ? Doit-on considérer Gonzalo comme celui qui a porté le drapeau du maoïsme, après la contre-révolution en Chine populaire en 1976 ?

12 mai 2013

La culture populaire est intégrée à l'art roman, dans le processus de formation d'une idéologie à l'échelle de la société toute entière. Elle est également intégrée de manière concrète aux églises.

Mais alors pourquoi le moyen-âge ne fut pas une meilleure période sociale, alors que l'art roman se développait en tant qu'idéologie ? ...
12 mai 2013

A partir du moment où l'art roman est une synthèse idéologique d'une époque historique, alors on doit retrouver dans ses formes des rapports avec les valeurs culturelles-idéologiques dominantes.

Ainsi le plan des églises est en croix, les voûtes formant l'antichambre matérielle au miroir divin, avec la figure du Christ comme intermédiaire...
12 mai 2013

Le clergé avait déjà une existence et une idéologie, consistant en le « monachisme » ; dans les siècles précédents la formation d'un État véritable, le clergé vivait à l'écart du monde. Il cherchait un appui dans la population, sans se mêler véritablement du cours des choses.

L'art roman va de pair avec un nouveau christianisme, un christianisme qui capte la société elle-même, l'aspire...
12 mai 2013

Charlemagne est alors un empereur régnant sur des peuples différents, mais les unifiant sous une idéologie unique : le christianisme, en tant que vecteur de la connaissance, du savoir, de l'érudition, en tant que pourvoyeur du personnel administratif de l'Etat.

C'est cette fusion-assimilation du christianisme par les royautés qui donne naissance à l'art roman...
12 mai 2013

Ce sont les carolingiens qui vont instaurer le principe du statut de « vassal » allant de pair avec la réception d'un « fief », c'est-à-dire le principe de la féodalité. Et c'est Charlemagne qui va attribuer aux monastères et églises des fonctions très importantes dans la constitution des valeurs d'éducation et de religion...

12 mai 2013

Publié en 2008 par Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont Saint-Michel est un ouvrage important, car il représente la point de la ligne « identitaire » occidentaliste dans son offensive contre la falsafa et Averroès. Le sous-titre de l'oeuvre est d'ailleurs explicite : « Les racines grecques de l'Europe chrétienne »...

12 mai 2013

Le 10 décembre 1270, l’évêque de Paris Etienne Tempier condamne 13 thèses dont l’enseignement est interdit. 13 thèses qui préfigurent le matérialisme et le matérialisme dialectique. "Le monde est éternel." "La proposition : l’homme pense est fausse ou impropre." "La volonté humaine veut et choisit par nécessité." "Le libre arbitre est une puissance passive, non active, qui est mue par la nécessité du désir."

12 mai 2013

La religion chrétienne a réagi tout comme l'Islam et a immédiatement saisi l'ampleur de la menace représenté par la philosophie d'Averroès. Il fallait pour elle à tout prix stopper le développement de cette philosophie au sein des différentes facultés d'Europe. Cette tâche va être effectué par l'italien Thomas d'Aquin, qui sera remercié pour ce travail en devenant la plus haute figure théorique de l’Église chrétienne.

12 mai 2013

La pensée d'Averroès a deux aspects. Le premier aspect, d'importance pour nous, c'est la pensée pré-matérialiste qui se fonde sur les travaux d'Aristote, et qui se développe par des commentaires des œuvres d'Aristote. Le second aspect, c'est la tentative de défense d'Aristote face à la religion islamique. Ce second aspect, est purement défensif ; il est tactique, une chose facilement compréhensible si l'on étudie le contexte historique. Ce second aspect est cependant précisément « pris au sérieux » par les réactionnaires, qui l'utilisent de manière contemporaine.

12 mai 2013

Giorgione (1478 - 1510) était un grand peintre ; en tant que maître de la Renaissance vénitienne, il a produit un travail que le socialisme reconnaîtra comme l'une des plus importantes peintures: les « trois philosophes. » A travers trois personnages, dont Averroès, le tableau décrit trois étapes: la philosophie grecque, qui a commencé la science. La culture arabo-persane, qui l'a continué. Et puis la Renaissance, qui a continué le processus.

12 mai 2013

Avec Al-Fârâbi et Avicenne, la philosophie a pu se développer d'une manière étonnante, venant toujours plus près du matérialisme. Mais l'étape importante, la meilleure percée, qui a eu une conséquence historique pour le monde, a été la conception d'Averroès.

Averroès est une clé majeure de l'histoire. Il est un géant qui doit être reconnu par l'humanité comme l'un de ses titans. Le matérialisme dialectique met en avant Averroès comme l'un des plus grand producteur de pensée...

12 mai 2013

Le système d'Avicenne est un pré-matérialisme où la matière « pense » par elle-même au moyen d'une sorte d'ordinateur central, les humains n'étant que des sortes de composante. Au sens strict, chez Avicenne il y a un Dieu qui donne naissance à « l'ordinateur central » permettant à la matière de prendre forme.

Mais ce Dieu est étonnamment inactif pour un Dieu...
12 mai 2013

Avicenne promeut une conception pré-matérialiste en utilisant un Dieu actif. Averroès a essayé de construire le matérialisme par un Dieu éternel passif. Il sépare radicalement Dieu du monde - et, ce faisant, il met Dieu dans le monde, comme un moteur simple. Il s'agit d'un système matérialiste masqué par un système religieux.

12 mai 2013

Ibn Rushd, comme avant lui Ibn Bajja, fut touché de plein fouet par les salves des littéralistes et des fanatiques. On doit alors peu ou prou, directement ou indirectement, ressentir la vague de terrorisme intellectuel qui touchait ce pays. Cette situation met celui qui étudie l'histoire de la philosophie et de la pensée en général devant la délicate tâche de comprendre la nature de ce terrorisme intellectuel, et de le prendre en compte lorsqu'il s'agit d'évaluer la production de cette époque...

12 mai 2013

Le problème de l'ancien matérialisme grec, c'est que l'univers était statique, il n'a pas de mouvement, la réalité n'a pas pu être observée et étudiée, parce que la matière était tout mais n'avait pas de mouvement, aucun sens elle-même. Alors qu'avec l'aristotélisme, l'univers est en mouvement, même si c'est seulement en cercles, de manière répétitive. Ainsi, il est possible de comprendre cela.

Avicenne et Averroès sont allés plus loin que cela. Ils poussent la logique d'Aristote à un sommet. Comme il y avait une cause primaire à tout, alors, logiquement, le hasard est devenu une impossibilité. La porte était ouverte pour comprendre le monde comme un système global.

12 mai 2013

La Belle époque de la bourgeoisie a produit un phénomène très particulier : une rébellion à la fois individuelle et sociale, avec des actions tentant d'ailleurs de combiner élan individuel et esthétique: l'esprit fasciste est déjà là. On a en effet une tentative de remettre à zéro la société, à travers des actions purement individuelles visant le bourgeois...

12 mai 2013

Avec l'affaire Dreyfus, le nationalisme a compris que la république bourgeoise avait réussi à s'affirmer, à atteindre un certain niveau de modernité. Il y a alors eu la tentative de dépasser clivage monarchie / république, en appelant à une république aristocratique.

Trois appels vont avoir un succès très important. Si le premier, formulé par le Cercle Proudhon, n'aura jamais qu'un succès intellectuel, les manifestes surréaliste et futuriste vont avoir des succès fulgurants.

Dans les trois cas, la bourgeoisie va soutenir la genèse et le développement de ces fausses avant-gardes, devant happer les forces vives intellectuelles de la révolution pour les conduire dans la rébellion esthétique...

12 mai 2013

Face au matérialisme dialectique, la bourgeoisie a produit des thèses racialistes, puis elle a tenté de formuler une idéologie de mobilisation nationaliste, butant toutefois sur l'épineux problème du modèle: Royauté idéalisée à la manière romantique ou bien République élitiste?

12 mai 2013

Au 19ème siècle, le marxisme n'a pas réussi à s'implanter en France, et pire encore, c'est l'idéaliste Georges Sorel qui a feint de le représenter, pour le détourner dans la voie anti-politique appelée "syndicalisme révolutionnaire".

12 mai 2013

Face à l'aristocratie, la bourgeoisie portait un élan humaniste et universaliste. Un opéra comme La flûte enchantée de Wolfgang Amadeus Mozart était une arme de guerre en faveur du progrès.

Arrivée au pouvoir, de manière certaine et nette et sans risque de contre-révolution aristocratique, la bourgeoisie n'est plus que réaction, et l'opéra n'est plus que divertissement. Aida sert aux fêtes d'inauguration du canal de Suez. Giuseppe Verdi, son compositeur, sera déçu que seule une aristocratie mondaine puisse assister aux représentations, mais tel est désormais le statut de l'artiste : un producteur de marchandises culturelles au service du divertissement, de l'idéologie bourgeoise...

12 mai 2013

Les Lumières françaises ne sont donc pas « tombées du ciel », elles sont bien une production, et non pas une création « géniale. » Elles sont le fruit de l’humanisme né avec les débuts du capitalisme, notamment en Italie et en Hollande, bastion des arts et des sciences, du protestantisme ainsi que du matérialisme anglais, expression du capitalisme anglais qui s’exprime largement depuis la révolution anglaise au 17ème siècle.

12 mai 2013

La religion est toujours le masque idéologique d’une classe sociale, le reflet d’une époque bien déterminée. Les luttes de classes en France ont donc, du XVe au XVIIe siècle, pris l’apparence de guerres de religion.

Ces guerres ont été nombreuses : huit dans la seconde moitié du XVIe siècle, avec des prolongements aux XVIIe et XVIIIe siècles. La raison en est que le protestantisme s’est largement développé, mais pas assez pour asseoir une hégémonie...

12 mai 2013

Quand nous regardons l'histoire, quand on voit que la vie est matière en mouvement, il est alors inévitable que nous pouvons voir une contradiction entre la recherche par chaque vie de sa propre préservation et la nécessité de mettre sa propre vie en danger dans la lutte pour le progrès.

D'un côté, la tendance générale de la révolution pousse l'individu à l'action. De l'autre côté, l'individu vit déjà, il a une famille, il a des amis, une relation amoureuse peut avoir commencée, les enfants sont peut-être déjà là, etc...

10 mai 2013

Spinoza défend un épicurisme scientifique, un aristotélisme tourné vers la matière seulement.
Autrement dit, le bonheur est possible, sur une base naturelle par une démarche rationnelle, en se tournant vers « Dieu » c'est-à-dire l'Univers, dont on est une composante et dont l'esprit n'est que le reflet...

10 mai 2013

La béatitude n'est pas le prix de la vertu, mais la vertu elle-même... L'objectif n'est plus ici la sagesse permettant de saisir abstraitement le monde, comme chez Averroès, mais la sagesse permettant de synthétiser le monde.

10 mai 2013

En affirmant que Dieu a des attributs dont la réalité fournit les « modes » d'existence, Baruch Spinoza dit la chose suivante : le monde n'existe pas sans Dieu et inversement, car Dieu éternel ayant fait quelque chose le fait forcément à la base et pour l'éternité (sinon il serait un homme divin « choisissant » et pas Dieu).

Mais alors, forcément, on retombe sur la théorie averroïste de ce que nous appelons le « reflet »...

10 mai 2013

Avicenne et Averroès ne pouvaient pas se débarrasser de Dieu, et ce pour une raison très simple expliquée par Baruch Spinoza, qui a buté sur le même problème. En effet, en l'absence du matérialisme dialectique, on tombe forcément sur une logique où il y a des causes et des conséquences.

Ce qui se passe alors, c'est qu'à un moment donné, il faut bien s'arrêter et trouver la « cause des causes. » Le matérialisme dialectique rejette cela, concevant l'univers comme s'auto-transformant et composé de couches infinies (tel une sorte d'oignon éternel et infini).

10 mai 2013

La définition même de Dieu dans l'Éthique ne prête à aucune confusion. Ce que Baruch Spinoza appelle Dieu, on l'apprend dès le départ, c'est « un être absolument infini, c'est-à-dire une substance constituée par une infinité d'attributs dont chacun exprime une essence éternelle et infinie. »

Il est très étonnant que les commentateurs bourgeois aient réussi à effacer autant la clarté limpide de la pensée de Baruch Spinoza, même s'il est vrai qu'il a tout fait pour masquer la nature réelle de sa pensée.

9 mai 2013

Rousseau a développé la conception de l'ordre bourgeois, avec la propriété individuelle au centre. La conséquence est le refus du matérialisme, au profit de l'empirisme, le culte bourgeois de l'expérience personnelle comme critère, ainsi qu'une une vision déiste de Dieu. On a là la base du culte de l'être suprême, un Dieu statique réfutant les tendances religieuses.

 

9 mai 2013

Rousseau a théorisé le contrat social, dans une perspective bourgeoise ultra-démocrate. Il affirme la république française, mais déjà il en établit les bases comme république bourgeoise mondiale. Napoléon ne dira pas autre chose, car il a été un aboutissement logique de la république française établie sur les fondements de la conception de Rousseau.

9 mai 2013

 Rousseau au 17ème siècle eut été un fervent révolutionnaire, en pointe de la cause pour la cause du progrès... Mais au 18ème siècle, il arrive bien tard, trop tard ; prisonnier de la bourgeoisie se développant, il ne peut plus assumer totalement l'humanisme... Il ne peut plus rompre avec Aristote...

9 mai 2013

Rousseau a critiqué de fond en comble le psychodrame à la française issu du théâtre, dans sa fameuse Lettre à d'Alembert, connue par la suite sous le nom de « Lettre des spectacles. » Une critique authentiquement bourgeoise de la féodalité ne pouvait pas ne pas remettre en cause le culte des apparences et le « style » retenu et posé d'une aristocratie masquant émotions et sentiments, pour mieux tromper les autres comme soi-même.

9 mai 2013

Dans son petit texte sur le « goût », Rousseau, formule admirablement la thèse de l'épicurisme en France alors que les convenances formelles dominent avec la naissance de la France en tant que nation, par la monarchie absolue puis la République « des ingénieurs », soit somme toute la France « mère des armes et des lois », c'est-à-dire des techniques et du droit !

9 mai 2013

Ce que Marx dit sur Feuerbach est vrai pour Rousseau, notamment ces thèses :
« Le plus haut point auquel arrive le matérialisme intuitif, c'est-à-dire le matérialisme qui ne conçoit pas le sensible comme activité pratique, c'est l'intuition des individus singuliers et de la société civile. » « Le point de vue de l'ancien matérialisme est la société civile ; le point de vue du nouveau est la société humaine ou l'humanité sociale. »

1 mai 2013

éditorial du 1er mai 2013: vive le maoïsme !

Submitted by Anonyme (non vérifié)

A l'occasion de ce premier mai, nous mettons à la disposition un document en PDF intitulé : « La pensée-guide de la révolution : le cœur du maoïsme. »

C'est le fruit d'une collaboration entre le PCMLM de France, le PCMLM du Bangladesh et l'Organisation des Ouvriers d'Afghanistan (MLM, pM), avec le soutien du Centre MLM de Belgique...

29 avr 2013

Akram Yari, le grand maoïste historique de l'Afghanistan, a-t-il fondé l'approche matérialiste dialectique de la psychologie? Il s'agit d'une question très importante. Il y a de nombreux d'éléments qui peuvent nous laisser considérer que c'est le cas. Revenons à une phrase écrite par Akram Yari :

« La pérennité de l'individu est une cause de surplace et est un agent passif, mais le sacrifice pour la classe [ouvrière] est un agent dynamique et actif. »...

20 avr 2013

Entre la Renaissance italienne et les Lumières françaises, on a un moment historique largement négligé et pourtant d'une importance capitale. L'humanisme français a été faible, et c'est ce moment qui a comblé les manques français. Ce moment, c'est le matérialisme anglais, d'une vigueur exceptionnelle, qui va abattre les fondations de la pensée féodale.

18 avr 2013

Les camarades du Bangladesh ont traduit en anglais des documents de Siraj Sikder, ce qui est une grande contribution à l'histoire du mouvement communiste international, mais aussi pour le champ actif de l'idéologie qui est le nôtre.

En particulier, l'importance du document intitulé « Sur certains slogans », de Janvier 1971, est à souligner, car dedans Siraj Sikder exprime l'approche fondamentale du matérialisme dialectique...

15 avr 2013

"La réforme de la conscience consiste uniquement à rendre le monde conscient de lui-même, à le réveiller du sommeil où il rêve de lui-même, à lui expliquer ses propres actions (...) On verra alors que, depuis longtemps, le monde possède le rêve d'une chose dont il lui suffirait de prendre conscience pour la posséder réellement."

21 fév 2013

Quel est le chemin révolutionnaire? Est-ce gérer la transformation de la réalité, l'obliger à se transformer de façon révolutionnaire? Ou est-ce suivre la nature révolutionnaire de la réalité elle-même, y correspondre?

La question soulevée ici est celle de la nature du matérialisme dialectique. Soit la réalité existe « en dehors de nous » et d'une certaine manière nous pouvons choisir de la transformer, ou la contradiction est interne à la réalité et nous sommes une partie de la réalité, nous transformant d'une manière adéquate.

Il s'agit d'une question très importante, la question fondamentale de la nature du matérialisme, de la réalité. Et cela joue un rôle très important également - ou même un rôle central - de nos jours dans les débats au sein du mouvement communiste international sur le maoïsme...

7 Jan 2013

La pensée-guide - 1. Le contexte

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le PDPA (Parti Démocratique du Peuple d'Afghanistan), parti révisionniste pro-khrouchtchévien allait mener, au milieu des années 1960, une trahison de la révolution démocratique en Afghanistan.

De fait, les rangs de ce parti, idéologiquement, étaient remplis d'intellectuels à l'esprit petit-bourgeois, qui suivaient un modèle idéologique social-impérialiste.

Dans un tel contexte, un « non ! » a été soulevé. Il est venu d'un jeune révolutionnaire, qui ne s'est jamais réconcilié avec le révisionnisme, même pas à un seul moment, ni qui a négligé de le combattre...

1 déc 2012

La différence entre un ordinateur et le cerveau est seulement la matière utilisée. Le cerveau est de la matière vivante, et à cause de cela, il dispose de « plasticité ». Et qu'est-ce que la plasticité ? Rien d'autre que le mouvement dialectique stockant les impressions. Alors, que fait le cerveau ? Le cerveau reflète la réalité...

26 oct 2012

Marx et Engels ne sont pas simplement les théoriciens du socialisme et du communisme; ils ont également établi les principes généraux pour comprendre notre environnement. Ces principes forment une théorie, appelée « dialectique de la nature. »

En fait, la conception du socialisme et du communisme de Marx et Engels est même issue de cette considération sur la nature.

Marx et Engels ont considéré en effet qu’il existait une loi présente dans tout l’univers: la loi de la contradiction.

10 oct 2012

éditorial du 10 octobre 2012

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Qu'est-ce que le maoïsme ? Une démarche s'inspirant des œuvres de Mao Zedong et de sa pratique ? Ou bien une science, le matérialisme dialectique, à son niveau d'aujourd'hui : le marxisme-léninisme-maoïsme ?

Il y a là une question de fond, essentielle, qui est entre autres à la source de la grande division qui se produit dans le mouvement maoïste à l'échelle internationale.

26 sep 2012

Comment faut-il comprendre les enseignements de Gonzalo ?

1. Gonzalo et l'optimisme révolutionnaire

Quand une classe va dans le sens de la prise du pouvoir, il faut construire de solides compétences dans tous les domaines, et bien sûr c'est plus vrai que jamais dans le cas de la classe ouvrière, qui doit avoir un système culturel et idéologique tout-puissant , permettant de comprendre tous les aspects de la société et de le révolutionner...

21 mar 2012

La pensée bourgeoise irrationnelle ne peut pas admettre la conceptualisation. Parce que la conceptualisation signifie le matérialisme, et à notre époque, cela signifie le matérialisme dialectique. Pour cette raison, dans la pensée bourgeoise, conceptualisation cela signifie abstraction, cela signifie le matérialisme dialectique, cela signifie les personnes juives...

10 mar 2012

Certaines affiches de la conquête spatiale soviétique sont époustouflantes, c'est qu'elles reflètent le point de vue communiste initial, le révisionnisme s'appropriant le prestige « technique », mais n'ayant pas encore gommé totalement, sur le plan culturel, la valeur idéologique de la conquête spatiale pour le communisme.

6 mar 2012

éditorial de fondation numéro 1

Submitted by Anonyme (non vérifié)

« Fondation » est l'expression de notre compréhension en France du matérialisme dialectique, et existe en deux versions: une française, une anglaise. Les articles sont une sélection issue du site Voie Lactée (voie-lactee.fr) et défend le point de vue du Parti Communiste Marxiste Léniniste Maoïste, qui peut être résumé en « rien n'est indivisible. »

« Rien n'est indivisible» est le fondement de notre idéologie, le matérialisme dialectique. Une idéologie qui a fait les révolutions russe et chinoise, qui promeut partout dans le monde l'émancipation des masses opprimées. Mais aussi une idéologie qui est purement scientifique, fondée non pas sur les désirs ou les volontés, mais sur le mouvement dialectique de la matière elle-même.

2 mar 2012

L'argent roi, une thématique fasciste

Submitted by Anonyme (non vérifié)

L'argent est un thème majeur de la campagne présidentielle 2012 en France. En fait, l'argent est la thématique principale de l'anti-capitalisme romantique que porte notre époque. Cette thématique de l'argent roi nous envoie en effet directement aux origines du fascisme qui, comme l'historien Zeev Sternhell l'a démontré, prend sa source dans notre pays. Du point de vue de l'anticapitalisme romantique, les juifs auraient les mêmes propriétés que l'argent. Eux aussi seraient « invisibles », transnationaux, quasiment liquides au point de s'immiscer « partout ». Cet article établit aussi un parallèle avec le roman de Zola intitulé justement L'Argent et fortement imprégné d'antisémitisme...

27 fév 2012

La conséquence directe sur le champ de la compréhension de la matière de ce qui a été expliqué dans l'article sur la cosmologie de Mao Zedong dans le GPCR - l'univers comme un oignon peut être une sorte de surprise. En effet, la meilleure compréhension générale par Mao Zedong du mouvement de la matière a donné naissance au principe relié de « pensée. »

Il est tout à fait clair que le principe de « pensée Mao Zedong » mis en avant au cours de la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne (GRCP) est directement relié à cela, et c'est aussi une clé très importante pour comprendre la vie...

23 fév 2012

Mao Zedong a compris que si la dialectique est universelle, alors il est correct de comprendre le macro-monde et le micro-monde eux-mêmes comme des processus dialectiques... Et ainsi, il n'y a rien qui ne soit indivisible... Chaque fois, les scientifiques parviennent à une autre couche, comme si l'univers était un oignon infini...

7 fév 2012

L'idéologie communiste n'est pas simplement une « ligne politique », une stratégie, et elle est encore moins une méthode. L'idéologie communiste est une science, que Lénine a notamment caractérisée ainsi : « La théorie de Marx est toute-puissante parce qu'elle est vraie. » Le révisionnisme nie la toute puissance de l'idéologie communiste, il commence par la relativiser en tant que science, pour la nier finalement totalement.

29 Jan 2012

Alexander Chizhevsky (1897-1964) a été un chercheur soviétique, formé à l'université en dans la jeune URSS et un éminent scientifique, travaillant parallèlement à Konstantin Tsiolkovsky et Vladimir Vernadsky. Il connut d'ailleurs Konstantin Tsiolkovsky dès sa jeunesse. Cependant, Chizhevsky a  tenté d'expliquer tous les phénomènes historiques en fonction des éruptions solaires. Constatant que les cycles solaires sont de onze années, il a considéré qu'il fallait étudier l'histoire du monde par rapport à cela...

3 Jan 2012

Diderot sur l'esprit et la matière

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Cet extrait d'une conversation retranscrite par Diderot est d'une grande valeur pour tous les matérialistes car elle pose directement la question qui sépare les matérialistes des idéalistes. « Dieu existe-t-il ? ». Cette question est en vérité déjà tranchée par les matérialistes. La question de l'existence ou non de Dieu est en effet indissociable de celle de l'esprit et de la matière.

25 déc 2011

Il existe dans les pays impérialistes une profonde tradition révisionniste qui se revendique de Mao Zedong, mais en pratiquant une escroquerie sur les plans politique, idéologique et culturel. Mao Zedong n'est en effet assumé que pour le folklore, que pour la forme ; ses thèses sont modifiées, changées, « adaptées » au besoin du jour...

13 déc 2011

Étape et saut qualitatif

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Si l'on prend l'article "Un effet ne peut pas se produire avant la cause qui en est à l'origine", publié ce 1er décembre 2011, et on le met en rapport avec l'article "Inévitabilité du communisme et thermodynamique" publié le 15 novembre 2010, on a un aperçu relativement clair du principe du saut qualitatif.

8 déc 2011

D'un point de vue matérialiste, la pratique est le critère politique essentiel. La crise générale du capitalisme favorise au contraire l'idéalisation des traditions, du terroir et du folklore, particulièrement en France en raison du poids idéologique de la petite bourgeoisie. La révolution tend vers le monde nouveau tandis que les réactionnaires veulent arrêter l'histoire pour retourner vers un passé idéalisé.

1 déc 2011

Voici une simple phrase qui a l'air toute logique : « Un effet ne peut pas se produire avant la cause qui en est à l'origine. » Cela a l'air logique, en effet. Mais la logique n'est pas le matérialisme dialectique. La logique, c'est la logique, avec des concepts comme par exemple effet, cause, conséquence, origine...

1 déc 2011

Voici une simple phrase qui a l'air toute logique : « Un effet ne peut pas se produire avant la cause qui en est à l'origine. »

Cela a l'air logique, en effet. Mais la logique n'est pas le matérialisme dialectique. La logique, c'est la logique, avec des concepts comme par exemple effet, cause, conséquence, origine.

 

15 sep 2011

Robots et épicurisme

Submitted by Anonyme (non vérifié)

La révolution socialiste sonnera le départ d’une nouvelle civilisation qui dépassera le dépérissement du vieux monde capitaliste. Cette nouvelle civilisation sera celle d’une vie facile, emplie d’arts et de science, une vie épicurienne jouissant des plaisirs de la nature.

15 sep 2011

La dialectique, la loi de l'unité des contraires, est la loi fondamentale de l'univers et la théorie de la relativité d’Einstein, gigantesque avancée scientifique dans la compréhension de la matière, en donne la preuve. Comme toute chose, la théorie de la relativité d’Einstein est elle-même une production de la matière en mouvement et ne surgit pas à son époque (1905) par hasard. Elle découle en fait logiquement de la formulation du matérialisme dialectique par Marx et Engels au XIXème siècle.  

Pour s’apercevoir du bond de géant dans la compréhension de l’univers permise par la théorie de la relativité, nous nous focaliserons sur une expérience de pensée bien connu qui explique un des fondements de la théorie, à savoir que le temps et l’espace ne peuvent se concevoir que relativement au mouvement...

12 mai 2011

Que veut dire Karl Marx ? Il prolonge Averroès, sans le savoir tout en le sachant, car il synthétise la réalité. Il explique en effet que l'être humain et la nature, cela revient au même ; il y a une double raison : l'être humain appartient à la nature, ses sens témoignent de cela, et ensuite par le travail l'être humain modifie la nature...

15 nov 2010

Inévitabilité du communisme et thermodynamique

Submitted by Anonyme (non vérifié)

La révolution socialiste vaincra : c’est un fait qui suit le point de vue de Marx, Engels, Lénine, Staline et Mao Zedong. Pour eux, ce n’est pas une question de possibilité, ou de devoir moral : la révolution socialiste est « nécessaire » et ne dépend pas d’un « choix ».

Suivons les mots de Mao Zedong lui-même :

« En fin de compte, le régime socialiste se substituera au régime capitaliste; c’est une loi objective, indépendante de la volonté humaine. »

26 juin 2009

Connaître la figure de Bergson est impérative quand on s’intéresse à la pensée bourgeoise en France. Le culte de l’intuition et de l’élan vital est au cœur de la culture française bourgeoise, et l’on peut les retrouver partout, de l’appareil d’Etat ( « en France on a pas de pétrole mais on a des idées ») à l’extrême-gauche (anarcho-syndicalisme, spontanéisme, etc.), sans oublier bien entendu les fascistes (culte idéaliste de soi-même, du dépassement mystique, etc.).

1 mai 2009

Maoïsme et lutte de classes

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le Parti Communiste Marxiste Léniniste Maoïste [PCMLM] a comme objectif la révolution socialiste, c’est-à-dire la prise du pouvoir par la classe ouvrière guidant les masses populaires.

Le mode de production capitaliste est fondée sur l’exploitation de la classe ouvrière, ainsi que des masses populaires...

1 mai 2009

Le Parti de la science MLM

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le Parti Communiste Marxiste Léniniste Maoïste [PCMLM] considère qu'il est possible et nécessaire d'avoir un point de vue scientifique en France aujourd'hui.

A notre époque, la science s'effondre : d'un côté, le libéralisme nie la possibilité de comprendre la société et de la changer. Et de l'autre, comme « science sans conscience n'est que ruine de l'âme », les recherches scientifiques s'orientent de plus en plus vers la destruction et la domination...

20 avr 2009

Pour nous communistes, non seulement la pensée de tout individu porte des empreintes de classe, mais tout son déploiement possède les caractéristiques typiques d'une classe. Ainsi, si nous nous intéressons à Clausewitz, non seulement il n'est pas possible de séparer l'individu de son origine aristocratique, mais il faut également comprendre en quoi sa pensée correspond à l'expression idéologique de la classe aristocratique prussienne.

12 mai 1988

PCP: La révolution démocratique (1988)

Submitted by Anonyme (non vérifié)

En arborant, défendant et appliquant le marxisme-léninisme-maoïsme, principalement le maoïsme, le Président Gonzalo a établi que la révolution péruvienne dans son cours historique doit être, premièrement, une révolution démocratique, ensuite socialiste et qu'elle devra réaliser des révolutions culturelles pour passer au Communisme, tout ceci en un processus ininterrompu, en appliquant la guerre populaire et en la spécifiant.

12 mai 1988

PCP: La ligne internationale (1988)

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le Président Gonzalo a établi la ligne internationale du Parti Communiste du Pérou et il nous enseigne qu'en tant qu'internationalistes prolétaires, nous partons du principe de réaliser (développer) la révolution péruvienne comme une partie de la révolution prolétarienne mondiale et à son service, au moyen de la guerre populaire, dans notre marche vers notre objectif inaltérable: le Communisme; en tenant compte du fait que chaque révolution se déroule parmi les zigzags de la politique mondiale.

12 mai 1988

PCP: La ligne de masses (1988)

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le Président Gonzalo réaffirme ce puissant principe marxiste: "Les masses font l'histoire" et il nous enseigne à nous forger dans notre conception communiste qui lutte contre la conception bourgeoise de prendre l'individu comme axe de l'histoire. Il dit: "Les masses sont la lumière même du monde... elles sont la fibre, la palpitation inépuisable de l'histoire... Quand elles parlent tout tremble, l'ordre chancelle, les cimes les plus hautes s'abaissent, les étoiles prennent une autre direction, parce que les masses font et peuvent tout".

12 mai 1988

PCP: La ligne militaire (1988)

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le Président Gonzalo a intégré avec persistance la vérité universelle du marxisme-léninisme-maoïsme dans la pratique concrète de la révolution péruvienne, en combattant et écrasant le révisionnisme et les lignes opportunistes de droite et en appliquant le matérialisme dialectique à la question de la guerre.

C'est pour cela que la ligne militaire exprime aussi la pensée philosophique du Président Gonzalo et résume les lois de la guerre, de la guerre révolutionnaire en général et des lois spécifiques de la guerre révolutionnaire au Pérou.

12 mai 1988

Le Président Gonzalo a établi la ligne de la construction des trois instruments de la révolution en arborant, défendant et appliquant le marxisme-léninisme-maoïsme, principalement le maoïsme. Il nous enseigne que Marx disait que la classe ouvrière crée des organisations à son image, c'est-à-dire, ses propres organisations.

Au XIXème siècle Marx et Engels nous donnèrent une conception scientifique avec sa propre doctrine, son propre objectif et un but commun: comment prendre le Pouvoir et les moyens pour le faire, la violence révolutionnaire.

12 mai 1988

PCP : Sur le marxisme-léninisme-maoïsme (1988)

Submitted by Anonyme (non vérifié)

C'est dans le creuset de la lutte de classes que l'idéologie du prolétariat international surgit comme marxisme, devenant marxisme-léninisme et, postérieurement, marxisme-léninisme-maoïsme. Ils représentent une même unité qui, à partir du "Manifeste", au cours de la plus héroïque des épopées de la lutte de classes, d'acharnées et fructueuses luttes entre deux lignes au sein des partis communistes même et grâce à l'oeuvre des titans de la pensée et de l'action que seule pouvait engendrer la classe et dans laquelle resplendissent trois lumières : Marx, Lénine et Mao Zedong...

12 mai 1988

PCP: Sur la pensée Gonzalo (1988)

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Au cours du processus de son développement toute révolution qui lutte pour le prolétariat comme classe dirigeante et, surtout, pour le Parti Communiste, ce défenseur des inaltérables intérêts de classe, engendre un groupe de chefs et, principalement un qui la représente et la dirige, un chef doué d'une autorité et d'un ascendant reconnus.

Dans notre réalité cela s'est matérialisé, par nécessité et par hasard historiques, en la personne du Président Gonzalo, le chef du Parti et de la révolution.

19 avr 1980

PCP: Nous sommes les déclencheurs [ILA 80] (1980)

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Camarades, nous sommes les déclencheurs, c'est en cette qualité que nous passerons dans l'histoire que le Parti est en train d'écrire en des pages que personne ne pourra détruire...

Nous sommes les déclencheurs.

Cette Première Ecole Militaire du Parti, nous l'avons nommée une clôture et une ouverture, elle clot et elle ouvre.

Elle clot les temps de paix, elle ouvre les temps de guerre.

28 mar 1980

Les dirigeants doivent écouter la plus légère rumeur de la masse, écouter ses fluctuations, scruter le futur dans ses loitains, tout en posant au sol un pied ferme pour enregistrer le plus léger frémissement de la masse. Un dirigeant qui ne ferait pas cela n'en serait pas un.

Nous sommes communistes, Marx nous apprenait que les révolutionnaires doivent par obligation professionnelle organiser la misère pour démolir le vieil ordre, et notre obligation est de le faire scientifiquement, nous qui savons la loi de la lutte des classes et qui savons le but vers lequel marche la classe et le peuple.

Telle est notre obligation, c'est pour cela que nous sommes venus, pour organiser la clameur de la masse, pour la mobiliser, pour l'armer, c'est pour cela que nous sommes venus.

28 avr 1971

Notre grand dirigeant, le président Mao, a indiqué : « Toute chose se divise invariablement en deux. » « La loi de la contradiction inhérente aux choses, aux phénomènes, ou loi de l'unité des contraires, est la loi fondamentale de la dialectique matérialiste. » (De la contradiction)

Cette thèse scientifique du président Mao est une expression profonde de la loi objective des choses et expose de façon pénétrante la quintessence de la dialectique matérialiste.

 

13 aoû 1937

Mao Zedong - De la contradiction (1937)

Submitted by Anonyme (non vérifié)

La loi de la contradiction inhérente aux choses, aux phénomènes, ou loi de l'unité des contraires, est la loi fondamentale de la dialectique matérialiste. Lénine dit : « Au sens propre, la dialectique est l'étude de la contradiction dans l'essence même des choses... ». Cette loi, Lénine dit souvent qu'elle est le fond de la dialectique, il dit aussi qu'elle est le noyau de la dialectique. C'est pourquoi lorsque nous étudions cette loi, nous sommes obligés d'aborder un vaste cercle de problèmes, un bon nombre de questions philosophiques. Si nous pouvons tirer au clair toutes ces questions, nous comprendrons dans ses fondements mêmes la dialectique matérialiste. Ces questions sont les suivantes : les deux conceptions du monde, l'universalité de la contradiction, le caractère spécifique de la contradiction, la contradiction principale et l'aspect principal de la contradiction, l'identité et la lutte des aspects de la contradiction, la place de l'antagonisme dans la contradiction.

La critique dont l'idéalisme de l'école de Déborine a été l'objet dans les milieux philosophiques soviétiques au cours de ces dernières années a suscité un vif intérêt parmi nous. L'idéalisme de Déborine a exercé une influence des plus pernicieuses au sein du Parti communiste chinois, et on ne peut dire que les conceptions dogmatiques dans notre Parti n'aient rien à voir avec cette école. Par conséquent, l'objectif principal dans notre étude de la philosophie, à l'heure actuelle, doit être d'extirper les conceptions dogmatiques...

8 Jan 1915

Lénine - Sur la question de la dialectique (1915)

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le dédoublement de l'un et la connaissance de ses parties contradictoires (v. la citation de Philon sur Héraclite au début de la IIIe partie (« De la connaissance ») de l'Héraclite de Lassalle est le fond (une des « essences », une des particularités ou marques fondamentales, sinon la fondamentale) de la dialectique. C'est ainsi que Hegel également pose la question (dans sa « Métaphysique », Aristote se débat constamment à ce propos et se bat contre Héraclite et contre les idées héraclitéennes).

La justesse de cet aspect du contenu de la dialectique doit être vérifiée par l'histoire de la science. Habituellement (par exemple chez Plékhanov) on ne prête pas assez attention à cet aspect de la dialectique : l'identité des contraires est prise comme somme d'exemples [« par exemple, le grain » ; « par exemple, le communisme primitif ». Chez Engels aussi. Mais c'est « pour la vulgarisation »...] , et non comme loi de la connaissance (et loi du monde objectif)...

S'abonner à matérialisme dialectique