De l'anticapitalisme romantique

4 mai 2017

« C'est sorti ? ça va mieux ? c'est bien ! » : pour que Marine Le Pen soit en mesure de prendre de si haut Emmanuel Macron, de se moquer ouvertement de lui, cela en dit long sur les faiblesses très graves de ce dernier lors du débat télévisé hier soir à l'occasion du second tour des élections présidentielles de 2017.

3 mai 2017

Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon lancé à l'occasion des élections présidentielles, la « France insoumise », a réalisé une consultation auprès de sa base de 430 000 inscrits (on pouvait en effet adhérer simplement par internet au moyen d'un email – même faux – et gratuitement).

243 128 personnes ont répondu à cette consultation, afin d'indiquer ce qu'elles feraient au second tour des élections présidentielles.

En l'occurrence, on a trois blocs, formant en réalité une contradiction : une minorité compte voter Emmanuel Macron (34,83 % avec 84 682 personnes) ; une majorité compte soit voter blanc ou nul (36,12 % avec 87 818 personnes), soit s'abstenir (29,05 % avec 70 628 personnes)...

26 avr 2017

En 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen était au second tour des présidentielles, sans représenter pour autant une véritable menace, Jean-Luc Mélenchon avait exprimé un avis sans ambiguïtés aucune :

« Mettez des gants si vous voulez, des pinces ou ce que vous voulez, mais votez. Abaissez le plus bas possible Le Pen ! »

Il s'agissait alors de voter Jacques Chirac, le représentant du gaullisme. Cependant, à la suite des résultats du premier tour des présidentielles de 2017, Jean-Luc Mélenchon a refusé de prendre position..

21 avr 2017

Comprendre la question animale ne s'improvise pas. Mao Zedong a expliqué que « qui n'a pas enquêté n'a pas droit à la parole » : avec un tel thème, c'est d'autant plus juste.

Prenons ainsi le point 20 des questions-propositions posées aux candidats par le collectif AnimalPolitique, qui rassemble les principales associations institutionnelles : « 20 - Créer des services d'aide aux animaux appartenant à des personnes en situation de difficulté ponctuelle ou d'exclusion. »

Jean-Luc Mélenchon répond la chose suivante : « Pour ce faire, il faut augmenter les moyens de la SPA et élargir ses prérogatives. »...

18 avr 2017

La question animale, de par sa dimension matérialiste, ne peut pas être résolue par le mode de production capitaliste. L'ouverture aux animaux présuppose, en effet, un rapport communiste qui est absolument étranger à la substance même de la domination du capital.

Ce dernier s'est formé, à la fois lentement et par sauts, à travers différents modes de production, dont le point de départ est l'émergence de l'agriculture et de l'élevage, accompagné par l'affirmation de l'idéologie patriarcale.

Par conséquent, la question animale et la question féministe ne peuvent avoir de réponse que par le développement toujours plus grand du communisme...

2 avr 2017

La candidature de Marine Le Pen est celle de la subversion de l’État par les forces plus agressives du capitalisme, celles qui ne veulent pas simplement imposer par en haut (la droite) au lieu de moderniser (la social-démocratie), mais modifier radicalement les institutions.

C'est par conséquent la candidature du nationalisme, du corporatisme et de la marche à la guerre impérialiste...

1 avr 2017

Jacques Cheminade a déjà été candidat aux élections présidentielles à deux reprises, en 1995 (84 969 voix soit 0,27 % des votes) et en 2012 (89 545 voix, soit 0,25 % des votes). Il est le promoteur en France des conceptions de Lyndon Larouche, un théoricien de la gauche américaine considérant qu'il existe un complot mondial de la part de grands financiers.

Il se pose ainsi comme un réformateur se revendiquant de Jean Jaurès, Charles De Gaulle et Pierre Mendès-France, affirmant plus précisément qu'il est « de gauche comme Jaurès et de droite comme De Gaulle ». Il oppose ainsi la nation à une force obscure désirant sa perte : l'ensemble des problèmes du monde est considéré comme le résultat du complot de la haute finance, qui utiliserait même la « mystification » que serait le réchauffement climatique pour imposer ses exigences...

28 mar 2017

Élections présidentielles de 2017 : Jean Lassalle

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Député des Pyrénées-Atlantiques, Jean Lassalle est un bourgeois de province qui a pris au sérieux les thèses idéalistes sur le « terroir ». S'il a voté pour Nicolas Sarkozy en 2012, il est surtout un partisan de la décentralisation la plus complète, dans un esprit conservateur de soumission aux notables.

Dans cet esprit d'ailleurs typique des notables défendant le « bas peuple », Jean Lassalle est un adepte des coups d'éclats symbolique. Le Parlement est bien sûr une cible particulière, qu'il met en opposition à sa circonscription...

19 mar 2017

Lorsque François Fillon a organisé un rassemblement au Trocadéro, des drapeaux français ont massivement été distribués, pour donner une tonalité patriotique à l'événement. On ne sera pas étonné que Jean-Luc Mélenchon ait fait en sorte que son rassemblement d'hier à Paris soit placé sous le même signe.

On a ainsi pu entendre la Marseillaise entonnée dans une ferveur patriotique marquée par des bonnets phrygiens frappés de la cocarde tricolore et une marée de drapeaux tricolores.

Et c'est à cette foule se revendiquant d'une identité nationale que Jean-Luc Mélenchon a dénoncé « les financiers, parasites et sangsues »...

17 mar 2017

Ce qui est frappant chez Jean de La Fontaine, c'est ainsi un certain pessimisme, fondé sur un regard critique des mœurs de son époque.

En fait, les rapports marchands sont particulièrement présents dans les Fables, la raison en est simple : tout comme chez Jean de La Bruyère et François de La Rochefoucauld, on a la constatation de la prégnance toujours plus forte de la tendance capitaliste...

27 fév 2017

En organisant dans la ville de Nantes pour son premier grand meeting de campagne, Marine Le Pen a choisi la voie de la provocation et l'ultra-gauche est tombée dans le panneau, deux mille personnes manifestant avant-hier et cherchant un affrontement vain et stérile avec la police.

À cela s'ajoute, hier, le caillassage en règle d'un bus transportant des gens allant au meeting. Du pain béni pour l'extrême-droite au moment du début d'une campagne où elle espère pouvoir prendre le pouvoir !...

9 fév 2017

Le matérialisme dialectique oppose, par définition, le nouveau à l'ancien ; le mouvement éternel de la matière procède par sauts qualitatifs et aucun retour en arrière n'est possible.

Le nouveau, inévitablement, est faible, frêle, fragile, initialement, avant de triompher ; Mao a résumé cela par la formule « la voie est sinueuse, l'avenir est lumineux »...

29 Jan 2017

Le problème de l'idéalisme n'est pas seulement de ne pas être matérialisme : c'est aussi qu'il s'intoxique lui-même.

Et là, les idéalistes qui ont célébré le mouvement contre la Loi travail comme un début de soulèvement ont décidé de croire en leur propre mensonge : ils s'imaginent pouvoir perturber, voire empêcher les élections présidentielles. C'est le sens des slogans triomphalistes « 2017 n'aura pas lieu », « la présidentielle n'aura pas lieu » qui se diffusent dans l'ultra-gauche...

21 déc 2016

L'attentat à Berlin et le nouveau féodalisme

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Lundi soir, un poids lourd a foncé sur un marché de Noël à Berlin sur la place Breitscheidplatz ; il y a eu 12 morts, 45 personnes ont été blessées, dont 30 grièvement.

Il y a six mois, quelque chose de tout à fait similaire s'est déroulé à Nice et ici aussi l’État Islamique a pris la responsabilité de l'attentat.

C'est terrible et cela montre de nouveau la capacité historique du féodalisme de se réaliser de manière politico-militaire, dans la mesure où il mène des attaques nihilistes...

13 nov 2016

Il y a un an, notre peuple connaissait une attaque meurtrière de la part de barbares. Trois commandos de l’État Islamique se lançaient dans la spirale du meurtre gratuit, l'esprit entièrement tourné vers la destruction et la mort. 130 personnes innocentes ont été assassinées, 413 blessées, dont 99 grièvement... Des vies fauchées, des vies brisées !

Le sang a coulé, tout comme les larmes de notre peuple débordé d'émotion. La dignité est pourtant resté le mot d'ordre essentiel, avec un refus catégorique des appels au racisme...

22 sep 2016

C'est un phénomène connu du matérialisme dialectique que le petit-bourgeois pris de rage devant le capitalisme le prolétarisant, mais incapable de passer dans le camp du socialisme de par sa propre base sociale liée au capitalisme.

Obligé de trouver une vision du monde conforme à ses intérêts, le petit-bourgeois invente alors des conspirations organisées par une oligarchie empêchant le capitalisme d'être ce qu'il est censé être : naturellement équilibré, sans monopoles, etc...

6 sep 2016

La canonisation de «mère Teresa»

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Quand on pense qu'il y a cinq cent ans de cela, les calvinistes partaient à l'assaut du monstre catholique pour, entre autres, faire cesser le culte irrationnel des saints, on ne peut qu'être frappé par la présentation médiatique française de la « canonisation » de « mère Teresa ».

C'est à croire d'ailleurs, outre le protestantisme théorisé par cette éminente figure historique progressiste historiquement que fut Jean Calvin, qu'il n'y a pas eu non plus de mouvement des Lumières, ni l'Encyclopédie de Denis Diderot...

15 juil 2016

Éditorial du 15 juillet 2016

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Notre pays connaît, de nouveau, une agression terroriste réalisée de manière barbare, avec une perversité particulière dans sa ligne anti-populaire. Il faut, en effet, tout un sadisme pour se précipiter avec un poids lourd sur une foule venue assister à un feu d'artifice. Le bilan est effroyable, avec plus de 70 morts, des centaines de personnes blessées. C'est le peuple qui a été visé, dans un pas en avant de plus dans la barbarie.

A l'ultra-modernité libérale du McDonald's, d'Uber et des films pornographiques répond l'idéalisation du passé accompagné d'un nihilisme meurtrier, le vide moral et culturel au sein de la surproduction matérielle faisant face au vide moral et culturel de la surproduction spirituelle...

27 fév 2016

M6 a diffusé, ce jeudi 25 février, les premiers épisodes de la saison 10 puis a fait une nuit spéciale avec la rediffusion de vieux épisodes choisis par le fondateur de la série. Cette diffusion si peu de temps après le lancement de la série aux États-Unis montre que X-Files est une série qui a profondément marqué culturellement dans les années 1990. D'ailleurs, le niveau des audiences réalisé par la nouvelle saison confirme cet impact culturel : on évalue à 4,6 millions le nombre de personnes ayant regardé M6 jeudi soir (aux États-Unis ce fut autour de 13,5 millions de personnes).

Cette série a été très novatrice à l'époque de sa sortie. Car bien qu'elle garde en aspect le format classique des séries policières avec une suite d'enquêtes, elle a été une des premières avec une trame narrative se construisant tout le long des épisodes...

13 fév 2016

13 février 2006, 13 février 2016 : «Je suis Ilan»

Submitted by Anonyme (non vérifié)

lesmaterialistes.com a toujours accordé une place très importante à la lutte contre l'antisémitisme et à la défense de l'apport démocratique populaire juif. Nous savons que le matérialisme dialectique passe par l'apport historique essentiel de Spinoza ; nous avons tout à fait conscience que l'antisémitisme est une pièce essentielle du dispositif anti-capitaliste romantique du fascisme.

Nombreuses sont les attaques antisémites que nous avons dû subir également : l'antisémitisme et l'anti-communisme ont le même fondement, à savoir la peur du nouveau, la peur de la réflexion intellectuelle, la peur de la rectitude juridique, la peur de la pensée unifiée comme système...

3 déc 2015

La manifestation sauvage contre l'état d'urgence prenant comme prétexte la COP 21, dimanche dernier place de la République à Paris, a été une grossière erreur.

Et pas seulement parce qu'elle a révélé la mentalité anti-sociale des participants, notamment avec le saccage du petit mémorial pour les victimes des attentats, au niveau de la statue. Les images, explicites, de gens prenant des bougies ou des pots de fleurs pour les jeter sur la police, ont profondément traumatisé les masses...

30 nov 2015

Une honte, une infamie, un acte anti-populaire : voilà quels termes – peut-être même ne sont-ils pas assez forts – on doit employer pour parler du saccage du mémorial de la place de la République, à Paris, hier.

Des fleurs et des bougies, mises sur la place avec des lettres, au centre au pied de la statue, afin d'honorer les personnes assassinées le vendredi 13 novembre 2015, ont été utilisées comme projectiles contre la police...

21 nov 2015

Si le matérialisme dialectique raisonne en terme de mode de production – la manière avec laquelle la vie se reproduit dans la réalité – ce n'est bien entendu pas le cas des autres idéologies.

Le fondamentalisme islamique étant un romantisme, il réfute bien entendu tout rapport à la matière ; c'est un idéalisme. Les personnes rejoignant le « califat » s'attendent à avoir de manière « automatique » un appartement, des biens alimentaires, une vie insérée socialement, un mariage...

14 nov 2015

Editorial du 14 Novembre 2015

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le massacre commis à Paris par des islamistes ne répond qu'à une logique : celle de la terreur. Le principe est celui de frapper les esprits par l'horreur et la cruauté, de traumatiser de manière profonde. Le fond de la démarche, c'est la négation du matérialisme.

Car on a affaire ici à un fanatisme, qui correspond à une base féodale existant encore dans la majeure partie des pays du monde. Les pays capitalistes ont, en effet, une fois devenus impérialistes, réalisé des interventions tellement profondes dans les autres pays qu'ils ont mis en place là-bas une base féodale dans les campagnes...

14 nov 2015

Notre pays a de nouveau été le témoin d'une folie criminelle féodale. Pour la première fois depuis nos guerres de religion, au 16e siècle, et les tristement célèbres dragonnades du 17e siècle, des gens ont été assassinés collectivement au nom de la religion.

Dans la ville de Paris, dans un quartier de vie nocturne, des gens ont dû jeter des draps depuis leurs fenêtres pour cacher les corps morts...

26 juil 2015

Symbolisme et surréalisme - 7e partie : À rebours

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Charles Marie Georges Huysmans (1848-1907), connu sous le nom de « Joris-Karl » Huysmans, fit publier en 1884 un roman qui devint en quelque sorte le manuel décadentiste: À rebours.

Y est en effet compté toute une période de la vie de Jean des Esseintes, dandy profondément élitiste et basculant dans le spleen alors qu'il s'est installé à l'écart de Paris...

18 juil 2015

Le romantisme français était un cul-de-sac. Né comme produit idéologique de la restauration monarchique, alors que son équivalent allemand était né à la base contre le formalisme aristocratique, il devait se révéler toujours plus improductif avec le triomphe du capitalisme et la disparition de l'aristocratie.

Certains, tel Victor Hugo, rejoignirent alors le camp de la république, mélange de démocratie-chrétienne et de réformisme social-républicain. D'autres, par contre, basculèrent dans une décadence « fin de siècle » aux relents mystiques, qui sera appelé le « symbolisme »...

13 mai 2015

Julien Coupat : le subjectivisme agent du fascisme

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le fascisme est un mouvement qui prétend régénérer la société, ré-impulser l'économie, l’État, la vie intellectuelle et culturelle, par l'intermédiaire de mobilisations « révolutionnaires » fondées sur un anticapitalisme romantique.

Telle est notre thèse, qui nous est propre ; encore serait-elle partielle s'il n'y avait pas une juste compréhension du fascisme dans sa spécificité française. Dans chaque pays, en effet, les modalités d'expression du fascisme sont différentes...

14 avr 2015

Le matérialisme dialectique est une doctrine concise, un système idéologique complet. Ce n'est pas une méthode, pas une source d'inspiration. Ce n'est pas quelque chose qui devrait être « appliqué » sur autre chose ; c'est le monde lui-même synthétisé dans une théorie guidant l'esprit et la pratique.

C'est la thèse principale de tout Parti communiste authentique, qui ne peut exister qu'avec une Pensée-guide indiquant le chemin de la révolution dans un pays donné, avec une interprétation correcte de son économie, de sa culture, de son histoire, de sa société, de sa réalité matérielle...

 

20 fév 2015

Cette question de l'accumulation est indéniablement difficile et il est facile de se tromper. Rosa Luxembourg est dans ce cas ; son monument qu'est L'accumulation du capital consiste justement en la critique de la position de Karl Marx sur l'accumulation.

Aux yeux de Rosa Luxembourg, ce qu'explique Karl Marx est insuffisant. La richesse ne peut pas provenir du capitalisme lui-même. Ne voyant pas l’élévation des forces productives, le progrès qualitatif, elle va chercher un progrès quantitatif...

19 fév 2015

L'une des caractéristiques de l'anticapitalisme romantique est de penser que le capital financier « triomphant » dans le capitalisme revient à un capital usuraire médiéval. C'est là une très lourde erreur. En effet, le profit ne peut venir que de l'exploitation des prolétaires. Par conséquent, le capital financier n'existe pas de manière autonome au capital industriel, l'impérialisme est justement la fusion de l'un et de l'autre.

Nous avons vu comment le capitalisme naissait, mais pour s'agrandir, comment fait-il ? Sur le plan de l'accumulation du capital une fois le capitalisme élancé, que nous dit Karl Marx ?

Il constate déjà un paradoxe apparent. Si en effet il faut mettre de l'argent de côté afin de pouvoir investir plus tard, alors qui consomme ?...

18 fév 2015

Hier matin à la radio France Inter, Dominique Reynié, le directeur général de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol), a tenu des propos très brutaux sur le Front de Gauche.

Brutaux, mais pas moins vrais :

« La société française comprend trois foyers d’expression de l’antisémitisme très forts. Le premier, ce sont les proches du Front national et les électeurs de Marine Le Pen en 2012, qui occupent une espèce de sommet en la matière. »...

27 Jan 2015

Le 17 janvier 1945, l'armée rouge libérait Varsovie, capitale de la Pologne ; le 27 janvier 1945, elle libérait le camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau installé par les occupants nazis près de la petite ville d'Oświęcim en Pologne.

C'est une date historique ; 70 ans après, il est nécessaire d'affirmer en toute clarté : Gloire à l'Armée Rouge qui a défait la barbarie nazie, gloire à son dirigeant Staline !

10 Jan 2015

La prise d'otage meurtrière dans un magasin casher de la porte de Vincennes à Paris appartient entièrement à la logique anticapitaliste romantique du fondamentalisme islamique. L'antisémitisme est dans le noyau dur de cette idéologie. La preuve en est que les quatres personnes mortes dans le magasin Hyper Cacher ont été liquidées dès le début par le militant islamiste Amédy Coulibaly.

Pourtant, il n'y a pas eu de mouvement « je suis Hyper Cacher » comme il y a eu des « je suis Charlie », et dans une moindre mesure des « je suis Police » ou autres similaires, la mort de quatre personnes (plusieurs autres étant gravement blessées) n'étant considérée que comme un épilogue sanglant de l'opération contre Charlie Hebdo pour un nombre important de personnes, pratiquement une anecdote en quelque sorte...

8 Jan 2015

La tuerie à Charlie Hebdo est, très précisément, le fruit d'une contradiction terrible, qui marque les quinze dernières années, entre d'un côté l'impérialisme et de l'autre les réactions romantiques issues des pays semi-féodaux semi-coloniaux. Des pays comme le Qatar et l'Arabie Saoudite finançant également ces romantismes afin d'appuyer leur expansionnisme.

Cette contradiction est tellement forte que des secteurs entiers de la petite-bourgeoisie tentent de se renforcer socialement, soit en appuyant un occidentalisme pro-impérialiste, soit un islamo-gauchisme « anti-impérialiste »...

7 Jan 2015

Un roman, c'est une œuvre de fiction qui obéit à des critères : soit il s'agit d'un roman avec un héros traditionnel, soit d'un roman réaliste dressant le portrait synthétique propre à une époque, ou bien c'est un roman moderne avec un anti-héros dans l'optique de refuser à la fois le principe de narration et celui de personnage.

La bourgeoisie traditionnelle soutient la première forme, le matérialisme dialectique la seconde, le post-modernisme et le fascisme la troisième.

Soumission, le roman de Michel Houellebecq qui sort aujourd'hui, tend naturellement à être un roman moderne, c'est-à-dire l'expression tourmentée et décousue d'un anti-héros se marginalisant et dressant un tableau cynique du monde en contradiction avec ses « pulsions vitales »...

3 Jan 2015

Hier matin, le vendredi 2 janvier, des traces d'un début d'incendie avec inscrits dans la suie une croix gammée et l'incription « ANTIJUIFS » ont été découverts dans le hall d'un immeuble à Garges-les-Gonnesse, une ville limitrophe de Sarcelles, dans le Val-d'Oise. Quatre familles juives vivent dans cet immeuble situé à quelques dizaines de mètres de la synagogue et dans un des quartiers visé par le pogrom de cet été.

Le nazi Dieudonné a lui lancé ce 27 décembre à Nantes devant 5000 personnes sa nouvelle « tournée », après avoir annoncé la création de son parti politique il y a quelques semaines...

8 déc 2014

La semaine dernière, le lundi 2 décembre, à Créteil, un jeune couple de juifs français a été agressé de manière barbare au domicile des parents du jeune homme. Après avoir « repéré » l'appartement quelques jours plus tôt, quatre jeunes hommes du même âge que les victimes (entre 18 et 20 ans) s'y sont introduits, armés de pistolets automatiques pour « détrousser » les habitants de l'appartement au prétexte que, ceux-ci étant juifs, « ils doivent avoir de l'argent ».

Le jeune homme a été attaché à une chaise et torturé, forcé d'indiquer où se trouvaient tous les objets d'une quelconque valeur dans l'appartement, le code de sa carte bleue, etc. pendant que sa jeune compagne était amenée dans une chambre pour y être violée...

1 déc 2014

Près de quatre ans après l'arrivée de Marine Le Pen à la tête du parti, le XVe congrès de Lyon a marqué le passage d'une étape importante pour le Front National. Depuis 2011 le Front National s'est développé, renouvelé et transformé : il est aujourd'hui à même d'organiser son ascension au pouvoir.

Ce congrès était totalement orienté vers cette question dorénavant centrale...

28 nov 2014

Jean Jaurès est ainsi à l'origine d'une mystique, où le « socialisme » agit miraculeusement sur le capitalisme, au moyen de la « République ».

Voici comment Jean Jaurès voit les choses stratégiquement, expliquant que la classe ouvrière... doit être introduite dans la propriété ! Il attribue même à Karl Marx, ce qui relève de l'escroquerie et Jean Jaurès ne pouvait pas ne pas le savoir, le concept d'« évolution révolutionnaire » !..

27 nov 2014

Le nationalisme se prétend relever des « traditions », alors qu'il est un produit politique réactionnaire du XIXe siècle, sur une base cosmopolite. Rien n'est plus étranger au nationalisme que la culture nationale, les masses populaires réelles ; ce qui compte, c'est le romantisme, la mobilisation des masses contre une « oligarchie ». Mais la culture réelle ? Versailles, le Louvre, Honoré de Balzac, Charles Baudelaire ? Cela ne compte pas.

Le « congrès européen » intitulé « Le réveil des nations » qui s'est tenu à Nanterre ce 22 novembre, en banlieue parisienne, s'est révélé tout à fait conforme à cet esprit. Les nationalistes français n'y ont pas parlé de Molière ou de Jean Racine, de Versailles ou de Richelieu, ni même d'ailleurs de leurs figures historiques qu'ont été Charles Maurras ou Maurice Barrès...

25 nov 2014

Si l'on comprend bien la démarche de Jean Jaurès, alors on voit forcément que pour lui, le statut de prolétaire est une malédiction. L'idéal c'est le bourgeois, cultivé et humaniste, et tout le monde doit pouvoir l'être.

Le statut du prolétariat est pour l'instant d'être « déshérité », les prolétaires sont « dépouillés et nus », l'humanité est en « lambeaux », et par conséquent il faut une grande réconciliation. Jean Jaurès parle des arts, et logiquement il explique que cette sorte d'unification par le « socialisme » est nécessaire afin d'universaliser l'art...

24 nov 2014

Hubert-Félix Thiéfaine a été un très grand artiste représentant tout un esprit poétique tourmenté typique du début des années 1980 ; son album « Soleil cherche futur », de 1982, est un grand classique. C'est une œuvre à connaître, tout autant que les incroyables bandes dessinées de Fred ayant Philémon comme personnage principal.

Aussi, il est terrible de voir comment on peut passer d'une attitude poétique visant à assumer la souffrance dans la société capitaliste à une posture fasciste. Car tel est le mot qu'il faut employer pour « Stratégie de l'inespoir », sorti aujourd'hui...

19 nov 2014

Jean Jaurès – 6e partie : deux devient un

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le socialisme est pour Jean Jaurès non pas l'abolition de la propriété privée, mais sa généralisation : la bourgeoisie cesse d'en avoir le « monopole ». Jean Jaurès raisonne en termes d'individu, pas de classe ; il raisonne toujours du point de vue individuel, jamais selon les modes de production.

Par conséquent, le communisme est chez Jean Jaurès une unification des antagonismes, comme chez Pierre-Joseph Proudhon pour qui deux devient un, à l'opposé de la dialectique. Au lieu d'avoir un qui devient deux, on a deux qui deviennent un, par un mouvement de réconciliation. C'est typiquement l'erreur française sur la dialectique, que Karl Marx notait de manière acerbe au sujet de Pierre-Joseph Proudhon...

18 nov 2014

Faisant l'apologie de l'enseignement comme base morale et idéologique du socialisme, Jean Jaurès prônait la fondation d'universités, de formations permanentes ; il voulait que les officiers ne passent pas que par des institutions militaires, mais par l'armée également.

Cependant, cette conception montre la dimension inter-classiste de son « socialisme ». Inévitablement, Jean Jaurès est obligé d'élargir le champ de ceux qui profiteraient de son « socialisme ». Ce dernier est en effet un concept, une morale, un style, une approche, pas une idéologie ni la dictature du prolétariat et encore moins un mode de production.

Le « socialisme » de Jean Jaurès est une évolution naturelle à une société « plus rationnelle ». Par conséquent, l'ennemi a tendance à être non pas la bourgeoisie (en tant que composante d'un mode de production), mais des forces obscures...

2 nov 2014

Hier a eu lieu à Nantes une « manifestation contre les violences policières ». La nature d'une telle initiative est très facile à voir : c'est le même discours réformiste radical qu'en mai 1968 et après, avec comme thème « l’État policier », la décentralisation nécessaire, l'autogestion de la vie de chaque personne, etc. etc.

C'est tellement vrai que la cause pour laquelle a lutté Rémi Fraisse a totalement disparu. Il n'y a plus aucun contenu, à part une lutte contre les « violences policières » qui n'est qu'un masque pour la logique anti-sociale de l'anarchisme individualiste et de son aventurisme.

 

31 oct 2014

C'est une constante française, dont l'école d'Uriage est l'exemple le plus frappant. C'est une attitude, une démarche qui se prétend morale, un état d'esprit qui se veut alternatif, une posture rebelle, qui se veut surtout une aventure existentielle, un engagement personnel concernant tout son « être ».

C'est quelque chose de tout à fait, d'exactement contraire à Aristote, à l'humanisme, à Baruch Spinoza, aux Lumières et Denis Diderot, à la social-démocratie, à l'idéologie communiste d'URSS et de Chine populaire, au principe de voir comme primordiale la collectivité, de voir les individus comme semblables dans leurs besoins et leurs exigences...

29 oct 2014

L'école d'Uriage a une importance historique considérable en France. Elle fut largement inconnue du grand public, jusqu'à l'accusation d'avoir été au cœur du dispositif de l'idéologie fasciste française, accusation faite une première fois par l'intellectuel polémiste libéral Bernard-Henri Lévy, dans L'idéologie française en 1981, puis par l'historien social-démocrate israélien Zeev Sternhell dans L'idéologie fasciste en France, en 1983.

Les réactions furent extrêmement nombreuses en défense de l'école d'Uriage, car cette école est au cœur de l'idéologie de la république française d'après 1945, marquée par un État fort et interventionniste, pratiquant une sélection et une formation drastique de hauts fonctionnaires, développant une mystique sociale communautaire et une cogestion massive, etc...

26 oct 2014

Ainsi, le Parti Populaire Français a comme objectif un fascisme français, la réconciliation des classes au nom du seul intérêt national, et cela de manière agressive. Jacques Doriot exprimera ainsi, en 1938, sa fascination pour Adolf Hitler et sa « révolution », dans « Refaire la France » :

« La révolution hitlérienne a redonné à l'Allemagne son autorité, son prestige, sa liberté, sa force (…). Cette révolution nationale populaire, comme toutes les révolutions, est fière de son œuvre (…).

Il semble que la France n'ait pas réalisé complètement l'événement considérable qu'a été l'arrivée au pouvoir des nazis : victoire contre le bolchevisme, victoire plus lente, mais non moins décisive, contre les vieilles forces traditionnelles de l'Allemagne ; victoire pacifiste contre les traités de paix et leurs défenseurs (…)... »

24 oct 2014

Une fois le « Parti Populaire Français » lancé, Jacques Doriot modifia lentement mais sûrement son discours officiel. Il passa du « soutien » aux revendications ouvrières de 1936 à la critique d'une manipulation par les communistes. Il se posa en défenseur des classes moyennes ; en juin 1936, il avait déjà appelé à protéger les petites entreprises, et s'était posé en « intermédiaire » pour les négociations. Les adhérents du « Parti Populaire Français » lui doivent un « serment de fidélité », que voici :

« Au nom du peuple et de la patrie, je jure fidélité et dévouement au « Parti Populaire Français », à son idéal, à son chef. Je jure de consacrer toutes mes forces à la lutte contre le communisme et l'égoïsme social. Je jure de servir jusqu'au sacrifice suprême la cause de la révolution nationale et populaire d'où sortira une France nouvelle, libre et indépendante. »...

23 oct 2014

Jacques Doriot profite des événements de février 1934 pour rompre avec le Parti Communiste. Il se lance en effet dans une campagne pour un comité d'action avec le Parti Socialiste, sur une base antifasciste.

Cela reviendrait à liquider l'identité du Parti, ce qui arrangerait Jacques Doriot qui doit faire face à la bolchevisation du Parti et à sa progression idéologique. Déjà, deux autres opportunistes ont été éjectés au début des années 1930, qui auront le même parcours que lui par la suite mais feignaient de leur côté l'accord idéologique avec l'Internationale Communiste, Henri Barbé (qui dirigeait le Parti) et Pierre Celor (s'occupant de l'appareil)...

22 oct 2014

La figure de Jacques Doriot est très connue ; elle est présentée le plus communément de la manière suivante : figure communiste, il aurait prôné l'unité antifasciste entre communistes et socialistes, ce qui l'aurait amené à être exclu. Déçu, il devint anti-communiste, chef d'une troupe de « collabos », lui-même n'hésitant pas à participer militairement à la lutte de l'armée allemande contre l'URSS.

Une telle vision est, bien entendu, typiquement bourgeoise, et malheureusement, il n'y a pas eu d'analyse matérialiste dialectique jusqu'à présent. En fait, le premier point à noter est qu'il est absurde de prétendre que Jacques Doriot voulait l'unité antifasciste. En réalité, il voulait liquider le Parti Communiste dans une unité avec les socialistes, au nom de l'antifascisme...

18 oct 2014

On a appelé « planisme » l'idéologie mettant en avant le principe du « plan » comme donnant des « impulsions » - et non des directives comme dans le matérialisme dialectique – à une société par ailleurs restant fondée sur la propriété privée.

Il y a ici deux idées essentielles, que l'on retrouve parfaitement résumées par Pierre Drieu La Rochelle dans « Socialisme fasciste ». Tout d'abord, il y a l'idée que le plan étatique est la conséquence logique du capitalisme lui-même...

11 oct 2014

La France connaît une offensive nationaliste tout azimut, où la « réconciliation nationale » est prônée pour faire face à la « mondialisation ». C'est une tendance ouverte par la victoire du « non » lors du référendum sur la constitution européenne, et qui ne cesse de se renforcer. Notre pays est travaillé par des forces idéologiques légitimant un État fort, célébrant le bonapartisme, appelant au coup de force pour le « rétablissement » du pays.

Cette dynamique est d'autant plus puissante que le nihilisme est toujours davantage produit par le capitalisme pourrissant. Les fondements mêmes de la culture sont rejetés, au profit de romantismes et d'ultra-individualismes post-modernes. Plus rien ne semble avoir de sens, à part ce qu'on peut « choisir » individuellement, dans une aventure idéalisée...

10 oct 2014

Il y a lieu de préciser, pour conclure, les caractéristiques générales du national-socialisme.

1. Le national-socialisme n'est pas une rencontre du nationalisme et du socialisme, mais une perspective idéaliste de réponse « nationale » aux questions sociales. Pour cette raison, l'anticapitalisme romantique est nécessaire, afin de « compenser » la non-remise en question du capitalisme.

2. La réponse « nationale » à la question sociale présuppose le fait que la nation ne connaîtrait pas de contradictions internes ; la base est ainsi la négation de la lutte des classes et du principe de dialectique en général...

9 oct 2014

La date du 25 juin 1934 est davantage connue pour la liquidation, en même temps que les putschistes de la « révolution conservatrice », de nombreux dirigeants de la S.A.. Officiellement, du côté nazi, c'est une réponse à la tentative de putsch du dirigeant de la S.A., Ernst Röhm. L'expression la « nuit des longs couteaux » n'a jamais été employée en Allemagne, seulement en France, en Angleterre, etc. comme surnom donnée à une opération qui aurait servi à liquider la « gauche » nazie.

Ce n'est pas le cas. Preuve en est que nulle part le programme du parti nazi ne prévoyait d'expropriations, à part dans le cas d'activités dites anti-nationales, et que de plus le responsable de la S.A. à ce moment-là était Ernst Röhm, placé en réponse aux agissements populistes de Walter Stennes.

Quant à l'arrêt des violences de la S.A. comme prétexte, une telle interprétation n'a pas de sens, alors que l'Allemagne passe sous la coup de bouchers...

8 oct 2014

L'Allemagne nazie connut bien entendu des contradictions, en fait elle ne connut que cela : contradictions entre elle et les pays conquis et opprimés, contradictions entre les larges masses et la grande bourgeoisie, contradictions entre l'armée allemande et les nouvelles factions dans l'appareil d’État, contradictions entre les factions nazies elle-même, etc. etc.

La première grande contradiction visible fut celle entre la haute bourgeoisie et l'aristocratie partisanes de la « révolution conservatrice » et le parti nazi. Elle s'exprima par l'intermédiaire de Franz von Papen, qui avait lui-même joué un rôle essentiel pour qu'Adolf Hitler accède au rôle de chancelier...

7 oct 2014

Les S.A. ne connurent pas de réel bouleversement à partir de 1933. Cela peut sembler paradoxal, et ce problème théorique a été « résolu » de manière totalement idéaliste au moyen d'une interprétation fondamentalement erronée de la « nuit des longs couteaux » en juin 1934.

La liquidation de dirigeants S.A. qui a eu lieu alors ne tient pas spécifiquement à la base de la S.A., et d'ailleurs la répression frappe autant les milieux de la « révolution conservatrice ». La thèse d'une « gauche » de la S.A. se révoltant et exigeant une « seconde révolution » n'a pas de fondements.

La base des S.A. n'était pas unifiée, même si elle provenait de couches populaires. Dans les zones ouvrières les S.A. étaient en bonne partie eux-mêmes d'origine ouvrière, alors que dans les grosses villes du sud comme Munich ou Francfort sur le Main, il n'y avait pratiquement pas de S.A. faisant partie de la classe ouvrière...

4 oct 2014

Lors de la destruction de la population juive d'Europe par les nazis, seulement la moitié environ des personnes assassinées le furent de manière industrielle, au moyen des camps d'extermination, les sinistres Auschwitz, Treblinka, Bełżec, Sobibor, Chełmno, Majdanek.

Les nazis procédèrent à la « Shoah par balles », sur le tas, parallèlement à leurs conquêtes militaires. Cet aspect est totalement négligé et incompris en France, ce qui fut largement employé par les négationnistes niant qu'il y ait eu un « plan » d'extermination et niant les chambres à gaz, sans jamais parler et pour cause de la « Shoah par balles ».

Ce qu'il s'agit de comprendre, c'est que les S.A. avaient comme base idéologique un « socialisme national » prônant l'unité de l'Allemagne sur une base pangermaniste et sa « purification » du pouvoir de « l'argent ». Les choses s'arrêtaient là en termes de dynamique idéologique ; il s'agissait d'un anticapitalisme romantique, d'une sorte de « repli sur soi » absolu...

27 sep 2014

Gottfried Feder a « découvert » une « clef » pour que le national-socialisme ne soit pas simplement un nationalisme allemand opposé aux autres pays, mais également une force capable de mobiliser à l'intérieur du pays même, dans un sens de « réconciliation » des classes sociales.

L'ajout de Gottfried Feder, essentiel pour le national-socialisme, est le proudhonisme, c'est-à-dire l'affirmation qu'il existe un capital, même petit, dont l'activité est purement parasitaire. Que le capitalisme, en soi, n'est pas mauvais, s'il est relié au travail, alors que s'il existe de manière « autonome », alors il relève de l'usure...

26 sep 2014

L'anticapitalisme romantique des S.A. et du parti nazi s'appuie sur la conception de l'oppression et de l'exploitation comme venant de « l'extérieur ». C'est la conception de Eugen Dühring, critiquée par Friedrich Engels dans l'Anti-Dühring, ou encore de Pierre-Joseph Proudhon et du proudhonisme qui a suivi.

Cependant, il a bien fallu que cette conception soit adaptée aux conditions allemandes, et elle a été formulée par Gottfried Feder (1883-1941), principalement dans une oeuvre intitulée « Manifeste pour briser l’asservissement aux intérêts de l'argent », publiée en 1919...

24 sep 2014

Lors de la révolution française, la Prusse pensait profiter de son armée très organisée pour écraser ce qu'elle considérait comme des troupes éparpillées. La marche sur Paris fut cependant écrasée lors de la fameuse bataille de Valmy en 1792 : la levée en masse avait permis une gigantesque progression qualitative et quantitative.

Ce traumatisme fut suivi des guerres napoléoniennes, qui profitaient de l'élan républicain initial pour disposer d'armées puissantes. L'armée prussienne devait absolument se moderniser si elle voulait se maintenir, et elle le fit en organisant, par en haut, dans un esprit anti-démocratique, la levée en masse...

23 sep 2014

Les thèses de Rudolf Jung dans « Le socialisme national. Ses fondements, son devenir et ses buts » posent les bases de l'idéologie national-socialiste telle qu'elle a existé au départ.

Tout le début de l'oeuvre consiste en une histoire idéalisée du moyen-âge depuis Charlemagne. Rudolf Jung utilise ici en fait de manière démagogique le très haut niveau culturel des pays allemands et de la Bohème qui leur sont reliés durant la fin du moyen-âge, avec le formidable développement des villes et le grand élan humaniste...

22 sep 2014

Les positions de la « révolution conservatrice » n'ont pas directement influencé le national-socialisme, du moins pas avant la prise du pouvoir, puisque là l'intégration des forces ultra-conservatrices à ses propres forces a amené une synthèse aristocratique – national-socialiste.

Avant cette arrivée au cœur de l’État, et de la société allemande, le national-socialisme est une idéologie de la périphérie. L'Allemagne ne rassemblait en effet à la fin du XIXe siècle, ainsi qu'au début du XXe siècle, pas du tout l'ensemble du peuple allemand. Des parties importantes existaient en dehors, commençant tendanciellement ou franchement à vivre une destinée nationale différente, au sein de la Bohême et de l'Autriche notamment...

20 sep 2014

Ce qui est notable dans les S.A. était la division hiérarchique selon l'origine sociale. La base des S.A. était peuplée des classes les plus basses socialement, les cadres intermédiaires provenaient plutôt de la petite-bourgeoisie. Mais les dirigeants provenaient souvent de l'armée, à laquelle ils avaient appartenu avant même la guerre impérialiste de 1914-1918, et étaient d'origine aristocratique.
Cela n'est pas étonnant, car l'aristocratie, avec l'effondrement de la monarchie, s'est élancée dans une grande campagne idéologique anticapitaliste romantique, prônant une société « organisée » face au chaos capitaliste. Le terme employé pour désigner pour cette organisation sociale fut celui de « socialisme », désignant par là en réalité une société divisée en corporations avec l'armée comme colonne vertébrale...

19 sep 2014

Les S.A. avaient une démarche particulièrement agressive, principalement dans les années 1931-1932, années de guerre civile larvée. Un exemple parlant est la situation à Berlin en juin 1930 : en une semaine il y eut pas moins de 25 attaques par les S.A., avec comme bilan 5 morts, 38 grièvement blessés, 75 légers. Par la suite, la situation ne fit que s'envenimer.

Un autre exemple berlinois fut, le 12 septembre 1931, à l'occasion du nouvel an juif appelé Rosh Hashana, lorsque les S.A. menèrent une grande opération antisémite dans le quartier chic de l'avenue Kurfürstendamm (qui fait 3,5 kilomètres de long), dont un quart des personnes y vivant étaient juives...

18 sep 2014

Sur une affiche réactionnaire d'André Fougeron

Submitted by Anonyme (non vérifié)

André Fougeron a été un artiste au service du communisme, mais le problème est qu'en France, le communisme a été bien surtout un jauressisme « dur », sans base matérialiste dialectique. Tel a été le prix à payer pour l'absence historique de social-démocratie.

L'affiche d'André Fougeron employée par des « marxistes-léninistes » est ainsi une véritable honte, elle rappelle à quel point la base idéologique du communisme en France est faible. Il ne faut pas s'étonner que le « Parti Populaire français » de Jacques Doriot a pu se construire à partir de renégats du Parti Communiste, quand justement on voit la faiblesse idéologique à la base...

16 sep 2014

D'où provient l'attribution à « Mein Kampf » d'une telle importance pour le national-socialisme, au lieu de voir les S.A. comme élément central ? En fait, la confusion a eu lieu car la bataille politico-militaire de la S.A. a été d'une violence inconnue pour la plupart des autres pays. On prétend ainsi encore en France qu'Adolf Hitler a été élu « démocratiquement », alors que les dernières élections de la république de Weimar en mars 1933 ont été marquées par une violence extrême des S.A..

Un autre aspect très important qui n'a pas été vu est que, justement, « Mein Kampf » traite notamment des S.A., dans le chapitre 9 de la seconde partie. C'est-à-dire que « Mein Kampf » pose justement les S.A. comme élément moteur du national-socialisme. Voici ce que dit Adolf Hitler...

15 sep 2014

La dimension paramilitaire, voire militaire, des formations politiques est une donnée essentielle des luttes de classe en Allemagne après 1918. A l'opposé de la France victorieuse, le pays est marqué par un changement de régime puisque la monarchie s'est effondrée, et doit de très importantes « réparations » de guerre.

Les forces réactionnaires sont très puissantes et tentent des coups d’État, alors que du côté révolutionnaire depuis l'échec de la révolution de 1918, c'est une lente et patiente réorganisation des très larges mouvements de masse qui a lieu, pavant la voie à un puissant Parti Communiste.

Dans ce contexte, Adolf Hitler donna l'ordre de formation de la S.A. dès le 3 août 1921. Depuis ce moment-là, les S.A. se considéreront toujours comme ayant une place à part, et ce même après 1933. Les S.A. se voyaient comme les soldats politiques du national-socialisme ; à leurs yeux, ce n'était pas les élections, mais leur propre mouvement qui avait permis l'avènement du régime hitlérien.

14 sep 2014

L'idéologie national-socialiste est synthétisée le mieux dans la chanson de la S.A., intitulée chanson de Horst Wessel. Cette chanson n'a d'ailleurs pas été que l'hymne de la S.A., mais celle du parti nazi lui-même ; elle fut systématiquement chantée, de 1933 à 1945, après l'hymne allemand dans les cérémonies officielles.

Horst Wessel rejoignit le parti nazi en 1926 et devint une des principales figures de la S.A. berlinoise, extrêmement violente et étant dans une situation extrêmement difficile dans une ville étant un bastion communiste. Il fut par la suite exécuté dans des conditions obscures, liées plus ou moins à la prostitution, mais son histoire fut récupérée comme symbole par le parti nazi, qui en fit un martyr ; il fut même raconté que les autres S.A. refusèrent à un médecin juif d'intervenir alors qu'il était grièvement blessé, etc...

13 sep 2014

Le « national-socialisme » est un phénomène propre au capitalisme en crise : il s'agit d'une réponse qui lui est immanente, naturelle. Tentant de prolonger son existence, le capitalisme tente de s'unifier intérieurement, ce qui signifie nier les luttes de classe au sein de la société. A côté de cela, il s'agit de satisfaire ses propres besoins, et cela signifie la guerre.

Ces deux aspects ont besoin d'une idéologie qui soit commune, qui permette tant un aspect que l'autre, et tel est le sens du national-socialisme. La version la plus connue, car la plus aboutie, est bien entendu le national-socialisme qui a existé en Allemagne, avec Adolf Hitler à sa tête...

8 sep 2014

Le « Cercle Proudhon » fut une source d'inspiration pour le fascisme tentant de cimenter après 1918 en France, mais il n'a pas fourni de cadre idéologique bien déterminé. Tel était le prix à payer pour le proudhonisme.

Cependant, l'antisémitisme comme anticapitalisme romantique était tout à fait conceptualisé. Le premier article des « Cahiers », qui suit la « Déclaration », commence immédiatement par un antisémitisme très net. On lit ainsi :

7 sep 2014

Les « Cahiers » du « Cercle Proudhon » ne sont pas parvenus à une synthèse fasciste à laquelle sont parvenus en Italie le fascisme et en Allemagne le national-socialisme. Ces synthèses fascistes possédaient par ailleurs un tiraillement profond entre des tendances conservatrices et plébéiennes.

C'est précisément cet aspect qui a posé problème au fascisme français. Ce dernier a été incapable de dépasser la dynamique anti-démocratique pour arriver à proposer un projet de société. Le nationalisme a été proposé comme seul horizon, sans que soit proposé l'idéologie conséquente d'une société organique...

6 sep 2014

A partir du moment où Pierre-Joseph Proudhon proposait un romantisme économique, il était inévitable qu'il serve les utopistes et la bourgeoisie au XIXe siècle, et le fascisme au début du XXe siècle. Sa conception d'un « retour en arrière » coïncide avec l'exigence de la bourgeoisie de prétendre faire partir en arrière la roue de l'histoire, face au communisme.

De la même manière, l'ultra-modernisation de la fraction la plus agressive de la bourgeoisie ne pouvait avoir l'accord des masses, ainsi même qu'une mobilisation de soutien, que s'il existait idéologiquement un projet de société protectrice, et pas seulement conquérante...

5 sep 2014

Pierre-Joseph Proudhon a finalement la même conception que Eugen Dühring : il pense que des gens se sont imposés politiquement et qu'ils ont façonné l'économie selon leurs désirs. Il n'a pas compris le principe du mode de production. En fait, aujourd'hui, on peut dire qu'à gauche, soit on comprend au moins au minimum le principe du mode de production, soit on bascule dans le « socialisme français » de type fasciste.

Voici comment Karl Marx critique Pierre Joseph Proudhon sur ce plan...

3 sep 2014

Pierre-Joseph Proudhon entend réformer le capitalisme, par en quelque sorte le principe de la coopération des petits propriétaires. Personne ne doit en quelque sorte « arnaquer » personne et tout le monde doit payer une sorte de « juste prix ». C'est là une vision idéalisée des échanges directs, du troc.

Cette idéologie est de fait extrêmement puissante en France (Notre-Dame-des-Landes, la décroissance, etc.).

Ce « mutuellisme » dispose de forces permettant de réguler en quelque sorte le système. Il faut ainsi des mutuelles fournissant des crédits pour les investissements. Dans la logique de Proudhon, ces prêts se font sans intérêt, ou bien minime pour les frais d'administration. Il faut par contre fournir une caution, une hypothèque, etc. pour obtenir ce prêt. Pour les plus pauvres, il y a ainsi une « banque du peuple », échangeant des outils, des crédits, contre des heures de travail.

31 aoû 2014

Quels sont les remèdes dont parle Karl Marx, et que Pierre-Joseph Proudhon prétend avoir trouvé ? Quels sont les antidotes que Pierre-Joseph Proudhon considère avoir découvert, afin de gommer les aspects mauvais de la propriété ?

Il vise, de fait, la fusion des travailleurs et de la bourgeoisie...

29 aoû 2014

Comment Pierre-Joseph Proudhon argumente-il en faveur de son romantisme économique ? Dans Misère de la philosophie, Karl Marx constate, au départ, l'une des incroyables prétentions de Proudhon, qui, par ailleurs, a toujours été porteur d'une grande mégalomanie. En l'occurrence, Pierre-Joseph Proudhon prétend avoir « découvert » le premier l'opposition entre la valeur d'usage d'une chose, son utilité en quelque sorte, et sa valeur d'échange, c'est-à-dire sa valeur en tant que marchandise.

Or, Karl Marx note que David Ricardo l'a déjà dit...

28 aoû 2014

On sait que l'un des premiers écrits de grande importance de Karl Marx, qui est né en 1818, consiste en les Manuscrits économico-philosophiques de 1844, qui seront publiés malheureusement bien après sa mort. On peut donc comprendre tout de suite l'importance de la lutte de Karl Marx contre Pierre-Joseph Proudhon en voyant qu'il a écrit une oeuvre directement en français, en 1847, pour attaquer celui-ci.

Le titre même, Misère de la philosophie, est une réponse à celui d'une œuvre de Pierre-Joseph Proudhon, Philosophie de la misère, encore titré Contradictions économiques, et publié en 1846...

26 aoû 2014

Editorial du 26 août 2014

Submitted by Anonyme (non vérifié)

«Il n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti (…) et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c'est le monde de la finance» déclarait en janvier 2012 François Hollande, alors candidat socialiste à l'élection présidentielle. De telles paroles relèvent de l'anticapitalisme romantique, dans une tendance nette et générale depuis quelques années de piques ultra-populistes, anti-américaines et anti-allemandes primaires, voire directement antisémites. La ligne populiste générale, c'est : «la nation subit les assauts des puissances étrangères». Une ligne dont participe le populiste Arnaud Montebourg anciennement ministre du «redressement productif»...

26 aoû 2014

Conformément à l'idéologie ultra-libérale du fascisme, Proudhon est contre la démocratie. Tant le fascisme et le national-socialisme ont exprimé la toute-puissance de l’État, mais justement comme structure supérieure, au-delà des classes, au-delà du peuple, légitimant la division en corporations, s'appuyant sur des individus.

C'est le contraire du communisme s'appuyant sur le matérialisme, sur le fait que les être humains sont le produit de la nature, que leur pensée est le reflet du mouvement de la matière. Pierre-Joseph Proudhon est ici un théoricien du fascisme, niant l'humanité au nom des individus...

25 aoû 2014

Pierre-Joseph Proudhon se fonde sur l'individu ; sa vision du monde ne dépasse pas l'individu, qui est ici présenté comme irréductible, capable de choix rationnel, de solidarité, mais qui reste centré sur son propre égoïsme.

Voici comment Pierre-Joseph Proudhon rejette le collectivisme...

24 aoû 2014

Pierre-Joseph Proudhon est coincé à la base : d'un côté, il veut dénoncer la propriété. Mais à ses yeux, le problème concret est la propriété trop puissante. A ses yeux, le communisme n'est d'ailleurs qu'une propriété toute puissante, et donc tyrannique par définition.

La seule perspective qu'il lui reste est ainsi de proposer une une société de petits propriétaires. C'est le point de vue petit-bourgeois, s'exprimant par la notion d'esclavage individuel et l'exigence d'autonomie.

L'idéal de Pierre-Joseph Proudhon, c'est un « socialisme » d'individus disposant d'une propriété, c'est-à-dire une société décentralisée de petits propriétaires...

23 aoû 2014

Proudhon est en quelque sorte quelqu'un admettant les thèses de Rousseau, mais en étant confronté à la réalité du capitalisme conquérant. Sa démarche est donc simple, voire franchement simpliste : l'organisation naturelle a été « perdue » en raison de la propriété, dont le féodalisme est une variante. Le capitalisme, quant à lui, est une accentuation de ce phénomène de « déperdition ».

Voici comment il exprime sa démarche...

22 aoû 2014

Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865) est le Eugen Dühring français ; il est un socialiste qui ne considère pas le capitalisme comme un mode de production, avec une contradiction interne, mais comme un phénomène « isolé » dans l'histoire du monde.

Par conséquent, Pierre-Joseph Proudhon a formulé toute une vision du monde pour expliquer les sources de « l'oppression », et cela sur des bases idéalistes faisant lui un ennemi juré de Karl Marx et de Friedrich Engels...

19 aoû 2014

L'une des caractéristiques de l'anticapitalisme romantique est son subjectivisme. On n'y retrouve pas la notion matérialiste d'étude, mais seulement la dimension « rebelle », une perspective subjectiviste.

C'est le principe selon lequel l'individu « pense », disposant du « libre-arbitre », au-delà de la réalité matérielle. Voici comment Friedrich Engels précise quel est le point de vue correct à ce sujet...

16 aoû 2014

La grande différence, fondamentale, entre l'approche de Eugen Dühring et de l'anticapitalisme romantique d'un côté et le matérialisme dialectique de l'autre, tient à la notion de mouvement. Pour le matérialisme dialectique, tout est en mouvement, tout est relatif.

Ce n'est pas le cas de l'idéalisme, pour qui par définition une contradiction est quelque chose d'absurde. C'est la raison pour laquelle il n'est pas capable de voir les deux aspects dans la production capitaliste: le travail payé et le travail non payé, ainsi que le double caractère d'un objet, utile d'un côté et marchandise de l'autre, ou encore l'aspect historiquement progressiste du capitalisme dans la mesure où il permet de dépasser le mode de production antérieur qu'est le féodalisme.

14 aoû 2014

L'une des caractéristiques de l'anticapitalisme romantique est de généraliser le principe de « capital ». Puisqu'en effet l'esclavagisme passé serait encore présent, alors ce qu'on appelle capitalisme aujourd'hui et qui relèverait donc de l'esclavagisme existant déjà dans le passé, nécessairement, aurait existé dans le passé aussi.

C'est pour cela, par exemple pour la France, que les « nationaux-révolutionnaires » parlent de « capitalisme » lorsqu'ils présentent en fait des batailles passées relevant en réalité du féodalisme et ayant amené l'intégration historique à la France de la Bretagne ou l'Occitanie.

On est là dans une fiction où un capitalisme éternel affronte un peuple « naturellement » socialiste. C'est le principe même du national-socialisme, en fait...

13 aoû 2014

Nous avons vu que Eugen Dühring raisonnait en terme de vérités « éternelles » et qu'il s'appuyait sur l'esclavage pour tenter d'expliquer l'existence de la bourgeoisie. Il y a ici un point très important, car le matérialisme dialectique considère que le passage d'un mode de production à un autre est inévitable.

Or, justement, l'anticapitalisme romantique réfute cela. Historiquement, les variantes d'anticapitalisme romantique ont toujours combattu le matérialisme dialectique en affirmant que des formes anciennes, dépassées, étaient justement modernes, aboutissant au socialisme.

C'est le principe du romantisme, qui exprime la négation de la dimension progressiste historique du capitalisme, en prétendant que le moyen-âge, voire d'autres périodes précédentes, contiendraient les germes réels du socialisme...

11 aoû 2014

PCMLM - Déclaration 60 - La fin du cycle 2005-2014

Submitted by Anonyme (non vérifié)

L'anticapitalisme romantique suinte, dans les faits, de tous les pores de la société française. La situation est extrêmement grave, un saut qualitatif s'est déroulé. Une chape de plomb s'est abattue sur la France.

L'idéalisme « révolutionnaire » se diffuse à grande vitesse : « l'esclavage » et le « colonialisme », la « finance » et l'axe « américano-sioniste » sont présentés par de nombreux courants politiques et culturels comme les « ennemis » de notre époque...

6 mai 2013

«Nous n'avons qu'un seul ennemi, il n'a pas de frontière, c'est la finance»,  «nous ne voulons pas de la finance au pouvoir»: voilà la démarche réactionnaire de l'initiative de Jean-Luc Mélenchon afin de renouveler les institutions françaises...

50 000 personnes se sont rassemblées hier à Paris à l'appel de Jean-Luc Mélenchon, qui lui en a compté 180 000 (et la préfecture, 30 000). Soit, s'il veut, mais qu'est-ce que cela change ? Rien !

Rien, car on ne change pas de régime avec 50 000 personnes, ni même 180 000. Un régime, comme la 5ème République, est toujours issu d'une crise. C'est ce qu'enseigne le matérialisme historique...

18 sep 2012

La manifestation salafiste du 15 septembre à Paris a fait beaucoup de bruit : il est vrai que 250 hommes appartenant à une mouvance appelant à la lutte armée, devant une ambassade américaine à deux pas de l'Elysée, ce n'est pas rien pour un Etat « de droit. »

De plus, l'initiative salafiste était décentralisée et organisée par l'intermédiaire des réseaus sociaux ; elle s'appuyait sur un romantisme ultra, les drapeaux nationaux étaient d'ailleurs interdits par les organisateurs de la manifestation...

14 avr 2012

Les cibles de Merah ont aux yeux des salafistes exactement les mêmes "caractéristiques" que les cibles du 11 septembre 2001. Ainsi, en exécutant des militaires d'élites de l'armée impérialiste française, Mohamed Merah cherchait à attaquer la "force armée croisée". De la même manière, le massacre de petits enfants juifs et de leurs parents est l'écho des avions s'étant écrasés sur le World Trade Center. Dans la logique antisémite, les personnes juives n'existent pas, elles ne sont que la manifestation vivante de l'Argent, des fétiches le représentant et le rendant concret. Pour les fascistes, les attaquer, les détruire, c'est attaquer l'Argent...

7 avr 2012

Ce jeudi, Jean-Luc Mélenchon tenait un grand meeting à Toulouse, réunissant plusieurs dizaines de milliers de personne sur la place du Capitole. Il y a réussi l'exploit, en 30 minutes d'interventions - Marseillaise incluse -, de ne pas aborder du tout la question des massacres antisémites récents. On ne peut pas faire d'affront plus terrible à l'antifascisme que d'esquiver totalement cette question aujourd'hui à Toulouse, alors que l'antisémitisme vient de s'y manifester concrètement dans toute sa barbarie...

30 mar 2012

Le massacre nazi perpétré par Mohamed Merah rentre dans une dynamique globale de progrès de l'antisémitisme en France. Il a été possible car d'autres avant l'avait préparé et il servira – et sert déjà - de catalyseur à d'autres actes antisémites. Ce n'est pas un « acte isolé d'un fou » venant de nulle part et tout ne «  reviendra pas à la normale » après. C'est un moment de la marche du fascisme au pouvoir, un moment de l'effondrement de la société capitaliste dans la barbarie génocidaire...

22 mar 2012

Les meurtres d'enfants en France par un pèlerin du néant islamiste sont un écho de la barbarie du fasciste Breivik en Norvège. La quête communautaire idéaliste s'exprime dans un nihilisme anti-capitaliste romantique.

Breivik visait les socialistes, l'islamiste français une école juive : dans les deux cas, le symbole visé c'est la réflexion, la pensée, le matérialisme. Bien que ni la social-démocratie norvégienne ni les religieux juifs n'aient de rapport avec le matérialisme dialectique, ils forment des cibles pour les fascistes qui conçoivent leur ennemi comme étant le « judéo-bolchevisme. »...

24 Jan 2012

François Hollande "contre le monde de la finance"

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Ce Dimanche 22 Janvier, François Hollande a tenu son premier grand meeting de campagne, sur fond de couleur bleue, devant un drapeau français. Comme nous l'annoncions au soir du premier tour des primaires socialistes, le candidat du Parti Socialiste court après la démagogie fascisante d'Arnaud Montebourg et Jean-Luc Mélenchon. S'il fait cela c'est pour masquer qu'il ne veut rien changer, qu'il n'a rien à proposer. 

Nous avions raison quand nous disons que « le Parti Socialiste a définitivement rompu les derniers liens qu'il gardait avec le mouvement ouvrier, ses traditions et ses pratiques. »

Car au final qu'a à proposer le candidat du Parti Socialiste ?...

11 oct 2011

La solution de Montebourg face à la « mondialisation » n'a rien d'original, c'est le repli sur soi, le protectionnisme économique. Seulement, contrairement à Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon qui prônent essentiellement un repli nationaliste, lui entend « donner à l’Europe toute sa place dans l’économie mondiale. »

Montebourg, c'est du Marine Le Pen pan-européen...

17 mar 2007

Nous vivons aujourd'hui une période historique : celle de la décadence du capitalisme après la période d'accumulation commencée en 1945, qui est également celle de la seconde grande vague de la révolution mondiale. Dans ce contexte, l'idéologie fasciste renaît de ses cendres dans les métropoles impérialistes, et donc la France.

1 fév 2007

Brochure ANTIFASCISME - Moishe Postone

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Moishe Postone, né en 1942, est un universitaire nord-américain. S’appuyant sur les travaux de Marx, il a étudié la théorie de la valeur ainsi que l’antisémitisme.

Gossweiler n’a pas étudié ni la culture ni l’antisémitisme ; son travail se fonde uniquement sur la formation pratique et théorique des structures nazies. La thèse de Postone, elle, met l’accent sur le côté froid et « rationnel » du nazisme, le fait que le génocide ait été « calculé. » La population juive a été exterminée sans qu’aucun intérêt matériel n’existe ; les nazis considéraient cela comme leur « mission », et même leur mission « centrale », prioritaire...

S'abonner à De l'anticapitalisme romantique