19 fév 2015

L'accumulation du capital selon Marx - 7e partie : production et moyens de production

Submitted by Anonyme (non vérifié)

L'une des caractéristiques de l'anticapitalisme romantique est de penser que le capital financier « triomphant » dans le capitalisme revient à un capital usuraire médiéval. C'est là une très lourde erreur. En effet, le profit ne peut venir que de l'exploitation des prolétaires. Par conséquent, le capital financier n'existe pas de manière autonome au capital industriel, l'impérialisme est justement la fusion de l'un et de l'autre.

Nous avons vu comment le capitalisme naissait, mais pour s'agrandir, comment fait-il ? Sur le plan de l'accumulation du capital une fois le capitalisme élancé, que nous dit Karl Marx ?

Il constate déjà un paradoxe apparent. Si en effet il faut mettre de l'argent de côté afin de pouvoir investir plus tard, alors qui consomme ? Si les capitalistes sont les seuls à pouvoir consommer, et s'ils mettent de côté pour investir, comment trouve-t-on une consommation suffisante des marchandises produites ?

Et si d'ailleurs, seuls les capitalistes consomment réellement, d'où vient l'argent servant de plus-value, puisqu'en quelque sorte, les capitalistes n'ont affaire qu'à des capitalistes ?

Karl Marx nous dit la chose suivante :

« De l'argent est retiré de la circulation et accumulé comme trésor par vente de marchandises, non suivie d'achat. Si l'on conçoit cette opération comme une pratique générale, il ne paraît pas possible de prévoir d'où peuvent provenir les acheteurs.

Dans ce procès, en effet, qu'il faut concevoir comme pratique générale puisque tout capital individuel peut se trouver dans sa phase d'accumulation, chacun veut vendre, afin de thésauriser, et personne ne veut acheter. »

Il résout alors le problème en voyant quels sont les deux aspects dialectiques du processus : il y a d'un côté la production des moyens de production, de l'autre celle des moyens de consommation.

L'oubli du premier aspect est précisément ce qui est typiquement oublié par l'anticapitalisme romantique, depuis le fascisme jusqu'à l'anarcho-syndicalisme en passant par le proudhonisme.

Et la solution est alors simple : l'argent existait avant l'émergence du mode de production capitaliste. Il a permis, lors d'une certaine accumulation, précisément ces investissements qui, avec le développement technique et l'apparition du travailleur « libre », amènent le capitalisme.

Dès lors, lorsque le prolétaire travaille, il ne permet pas que le profit pour le capitaliste : une part de son sur-travail est intégré dans la formation des moyens de production. Ces moyens de production ne sont pas nécessairement achetés sous forme de marchandises ; ils peuvent provenir directement du sur-travail des prolétaires d'un capitaliste donné.

Or, cela change tout, car cela permet d'élargir la reproduction du capital, en modernisant l'appareil productif, en agrandissant les forces productives. L'anticapitalisme romantique ne voit pas cela, il réduit tout à une vision de petite entreprise, de petite coopération, ou d'entreprise locale autogérée.

Il ne voit pas qu'aucune production ne peut exister indépendamment du reste de la production, toutes les forces productives étant reliées. Le mode de production capitaliste est, dans sa nature même, une généralisation des forces productives, avec leur agrandissement, leur renforcement, leur généralisation.

C'est ce processus en lui-même qui permet l'accumulation, par du travail accumulé toujours plus grand.

Les grandes questions: