11 juil 2014

La circulation du capital selon Marx - 2e partie : la signification de la rotation et le chaos capitaliste

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le capitaliste a tout intérêt à ce que la rotation du capital soit rapide. Plus la rotation est rapide, plus le capital devient rapidement argent pour le capitaliste, plus il peut grandir davantage. En ce sens, il amène ce qui a été appelé la « mondialisation », cherchant en effet par tous les moyens à se réaliser.

Karl Marx nous explique ainsi :

« Le capital, suivant ici sa propre nature, se dégage de toute limitation spatiale.

La création des conditions physiques de l'échange – moyens de communication, de transport – devient pour lui une nécessité d'une ampleur toute nouvelle – la destruction de l'espace par le temps. » (G)

Cette affirmation est très importante et elle vaudrait une analyse à elle seule. Restons en ici par contre plus spécifiquement à la question de la circulation en tant que telle.

Constatons ainsi que, si le capitaliste veut donc que la rotation du capital soit rapide, il doit également faire en sorte que les futures rotations le soient aussi, et également, qu'elles soient possibles.

Or, forcément, il y a usure de certains éléments de production. Le matériel, les machines, etc. s'usent et doivent être remplacés. Ici, la machine de la circulation peut s'enrayer.

Karl Marx note ainsi :

« Dans les même investissement de capital, la durée d'existence et, par conséquent, le temps de rotation sont différents pour les divers éléments du capital fixe.

Dans un chemin de fer, par exemple, les rails, les traverses, les travaux de terrassement, les gares, les ponts, les tunnels, les locomotives et les wagons diffèrent par leur durée de fonctionnement et leur terme de reproduction : le capital engagé dans ces éléments aura donc des durées différentes de rotation. »

De plus, dans certains cas, les marchandises doivent « se reposer », par exemple sécher, mûrir, etc., donc cela ajoute au temps de production.

Le capitaliste évalue donc attentivement la rotation du capital, car c'est dans son intérêt :

« Plus la période de rotation du capital est courte, - c'est-à-dire plus les intervalles sont courts entre les échéances de sa reproduction dans l'année, - et plus rapidement la partie variable du capital primitivement avancée par le capitaliste sous la forme d'argent se convertit en la forme argent du produit créé par l'ouvrier pour remplacer ce capital variable (produit qui comprend en outre la plus-value) ; plus court est donc le temps pour lequel le capitaliste est forcé d'avancer de l'argent sur son propre fonds, et plus faible est, par rapport au volume donné de la production, le capital qu'il avance ; plus grande relativement est la masse de plus-value qu'avec un taux donné de la plus-value il retire chaque année, puisque, avec la forme argent de la valeur produite par l'ouvrier lui-même, il peut plus fréquemment racheter cet ouvrier et mettre son travail en mouvement. »

Le capital privilégie donc les formes rapides, et on peut déjà voir que c'est décisif pour ses choix concernant l'alimentation ; Karl Marx note déjà, en opposant cela aux moissons qui elles sont annuelles :

« Seuls les produits secondaires, le lait, le fromage, etc. peuvent régulièrement être produits et vendus par périodes assez rapprochées. »

Cependant, ce n'est pas tout, il faut également vendre. On a là la même problématique :

« L'une des sections du temps de circulation, - celle qui est relativement la plus décisive, - est constituée par le temps de la vente, l'époque où le capital se trouve à l'état de capital-marchandise.

Le temps de circulation et par suite la période de rotation s'allongent ou s'abrègent en fonction de la durée de ce délai. »

On voit déjà ici l'intérêt que peut représenter une nourriture industrielle massive telle que fournie par Mc Donald's : le temps de rotation est court à tous les niveaux. Il n'est pas étonnant que les travailleurs de ce secteur se voient imposer à la fois des salaires bas et une activité très « rapide » : cela tient à la rotation même du capital dans ce secteur.

De la même manière, le capitaliste doit disposer de moyens techniques pour que la rotation se déroule bien : il faut des chemins de fer, que la production ait accès à ceux-ci, etc. etc.

C'est important, car on peut voir ici comment le capitalisme a fait en sorte de raccourcir les distances, par exemple avec le canal de Suez, les progrès techniques, etc.

Si l'on ajoute à cela le fait que les salaires doivent être donnés chaque mois, que l'argent des ventes ne rentre a priori qu'au fur et à mesure, alors inévitablement le capitaliste doit gérer une circulation compliquée, tout en ayant en tête la rotation, la phase globale qui se présente sous la forme d'un revenu du capital initial.

On devine ainsi facilement le chaos que représente tous ces capitalistes jetés les uns contre les autres, ayant tout de même besoin pourtant de moyens d'ensemble qu'ils n'acceptent qu'après avoir subi le contre-coup de leur absence.

C'est la différence entre le niveau de conscience socialiste et le chaos capitaliste ; comme l'explique Karl Marx :

« Supposons qu'au lieu d'être capitaliste, la société soit communiste : tout d'abord, le capital-argent disparaît, et avec lui les déguisements des transactions qui s'imposent grâce à lui.

La chose revient simplement à ceci : il faut que la société calcule d'avance la quantité de travail, des moyens de production et de subsistance qu'elle peut, sans aucun dommage, employer à des entreprises, comme par exemple la construction des chemins de fer, qui pendant un temps assez long, un an ou même davantage, ne fournissent ni moyens de production ou de subsistance, ni effet utile quelconque, mais enlèvent à la production annuelle totale du travail des moyens de production et de subsistance.

Au contraire, dans la société capitaliste, où le bon sens social ne se fait valoir qu'après coup, il est possible et inévitable qu'il se produise sans cesse de grandes perturbations. »