10 juil 2014

La circulation du capital selon Marx - 1re partie : l'importance essentielle de cet aspect du capitalisme

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Que signifie le terme circulation ? Il veut dire mouvement, dans un sens, et dans l'autre sens. Il y a l'idée de cercle, c'est-à-dire que le va-et-vient se répond : cela va dans un sens, puis dans l'autre, de manière ininterrompue.

Cette notion est très importante pour comprendre le mode de production capitaliste. En effet, le capital n'est pas statique, puisqu'il existe au départ sous forme d'argent, puis de marchandises, puis d'argent.

Tout cela forme un cycle, qui est par la suite répété : c'est la circulation.

Cependant, et c'est là un aspect essentiel, ce cycle est également à chaque fois plus puissant. Le capital repousse toujours les frontières de son existence ; il n'y a pas reproduction simple, mais élargissement du capital, durant des différentes périodes appelées rotation par Karl Marx.

Qu'est-ce que cela veut dire ? Simplement que le capital n'est pas comme une pièce de monnaie que l'on insère dans une machine de casino, pour ensuite en récupérer davantage. La pièce de monnaie introduite, en quelque sorte, va connaître toute une vie.

Ainsi, même si le capitaliste espère récupérer au bout de la production son propre investissement et davantage, il n'en reste pas moins que l'argent investi (et même s'il « revient ») a circulé : dans le paiement des salaires, dans l'achat de biens pour permettre la production, etc.

Le capital a ainsi une vie propre, durant la période où il quitte le capitaliste, avant de lui revenir.

Karl Marx a, de fait, accordé une très grande importance à cette question de la circulation et de la rotation.

Pour bien arriver à suivre son explication, nous nous appuierons sur Le Capital, mais également sur les fameux « Grundrisse der Kritik der politischen Ökonomie », intitulé en français « Introduction générale à la critique de l’économie politique » (une citation de cette œuvre sera mentionnée par « », toute autre citation étant donc, comme précédemment, du Capital).

Pourquoi ce point est-il si important, et pourquoi et peut-il être si compliqué ?

Pour la simple raison que si le capitalisme se développe, il faut bien qu'il s'appuie sur quelque chose. Reste à savoir sur quoi, et c'est la raison pour laquelle Karl Marx a souligné ici un point très important : il faut porter son attention sur les capitalistes dans leur ensemble, en tant que classe, pour saisir la réalité de cette circulation.

En effet, si l'on ne regarde que le capitaliste vendant des marchandises et attendant qu'à sa production réponde une consommation, on perd le fil.

C'est ce qui est arrivé aux auteurs bourgeois « classiques », que critique Karl Marx. Mais cela a également été l'erreur de tous les populistes russes, rejetés par Lénine avec précisément les mêmes arguments que Karl Marx, notamment dans « Pour caractériser le romantisme économique », et même de Rosa Luxembourg dans son œuvre centrale « L'accumulation du capital », où elle essaie d'approfondir cette question et de prendre Karl Marx en défaut.

L'idée de base et commune à toutes les critiques faites à l'encontre de Karl Marx est simple : si le capitaliste fait du profit, sous forme d'argent, alors, d'où vient cet argent ? S'il vient de la classe des capitalistes elle-même, alors il ne peut y avoir plus d'argent qu'au départ et, par conséquent, le profit élargi est impossible.

En clair : si la bourgeoisie vend à elle-même, d'où sortirait-elle le surplus d'argent ?

Reste alors les non capitalistes, mais les critiques, que nous verrons plus loin, consistent à répondre ici que justement le raisonnement ne « marche » pas, car les prolétaires n'ont pas les moyens d'acheter, les petits producteurs sont de plus en plus écrasés et donc ne peuvent plus consommer...

Ainsi, le problème des critiques du marxisme, Rosa Luxembourg y compris, est qu'ils ne saisissent pas comment se produit la reproduction élargie ; pour eux le capital ne peut s'élargir qu'aux dépens de formes non capitalistes, c'est-à-dire aux dépens d'autre chose que lui-même.

C'est là ne pas comprendre le mode de production capitaliste, le capitalisme comme système. Un système fondé sur une contradiction, obéissant à la dialectique.

« Enfin comme résultat du processus de production et de valorisation, apparaît avant tout, comme reproduction et nouvelle production des rapports du capital et du travail en tant que tel, du capitaliste et du travailleur.

Cette relation sociale, ce rapport de production, apparaît en fait comme un résultat encore plus important du processus que ses résultats matériels.

Et en effet le travail, à l'intérieur de ce processus, se produit lui-même comme ressource de travail, ainsi qu'il produit le capital qui lui fait face, tant comme de l'autre côté le capitaliste se produit en tant que capital, et produit la ressource de travail vivante qui lui fait face.

Chacun se reproduit lui-même, dans la mesure où il reproduit son autre, sa négation. Le capitaliste produit le travail comme étranger à soi ; le travail produit le produit comme étranger à soi.

Le capitaliste produit le travail, et le travailleur le capitaliste, etc. » (G).