13 juil 2014

La circulation du capital selon Marx - 3e partie : la question centrale de la provenance de la circulation

Submitted by Anonyme (non vérifié)

La question de la provenance des moyens de la circulation, de l'origine de l'argent circulant en plus à chaque cycle, est essentielle.

Comme dit précédemment, elle a été travaillée sans succès par les économistes classiques, par les populistes russes, par Rosa Luxembourg, etc.

La problématique se pose comme suit : on sait que lors de la production, les travailleurs font des heures qui sont payées pour certaines, et pas pour d'autres. Les marchandises vendues, le capitaliste obtient pour cette raison un capital plus grand qu'au départ.

Seulement, il faut bien des gens pour acheter ces marchandises. Si les capitalistes donnent tant de salaires, alors il y a tant dans la circulation d'argent. D'où alors vient l'argent en plus, permettant d'intégrer la plus-value dans le capital, sous forme d'argent ?

C'est une question évidente et d'une importance centrale. Imaginons que les capitalistes dans leur ensemble donnent, par exemple, 100 euros en salaires. D'où vient alors l'argent formant la plus-value, faisant que les capitalistes en ramènent 110 au bout d'un cycle ?

Ou comme le pose Karl Marx en étudiant cette question :

« Le problème, dans la mesure où peut y en avoir un ici, coïncide avec le problème général : d'où vient la somme d'argent indispensable à la circulation des marchandises dans un pays ? »

Il n'y a naturellement pas une infinité de raisons possibles (nous verrons plus loin les réponses erronées qui ont pu être données) ; il n'y en a en pratique, et dans l'immédiat pour la production capitaliste, hors échange entre pays, que trois.

Soit l'argent vient du capitaliste, soit l'argent en plus arrive par magie (ce à quoi revient les positions des économistes bourgeois), soit il provient de zones non capitalistes intégrées dans le capitalisme (ce qui est, entre autres, la thèse erronée de Rosa Luxembourg, dans son ouvrage de 600 pages « L'accumulation du capital »).

C'est par cette question que s'introduit le romantisme, qui « regrette » la période où le grand capitalisme n'avait pas « ruiné » les petits producteurs, n'avait pas « corrompu » les traditions, etc.

C'est par cette question que le romantisme dénonce le capital financier, qui produirait un argent « fictif », alors que le capital industriel, quant à lui, produirait « vraiment ».

Karl Marx, de manière fort juste, en reste au capitalisme en tant que tel, au mode de production capitaliste, et constate la chose suivante qui en découle :

« Nous n'avons, dès lors, que deux points de départ : le capitaliste et l'ouvrier (…).

Quant à l'ouvrier, il n'est, nous l'avons déjà dit, que le point de départ secondaire, tandis que le capitaliste est le point de départ primaire de l'argent jeté dans la circulation par l'ouvrier.

L'argent, d'abord avancé comme capital variable, accomplit déjà sa deuxième circulation quand l'ouvrier le dépense pour payer des moyens de subsistance.

La classe capitaliste reste donc le seul point de départ de la circulation de l'argent. »

Le travailleur est payé par le capitaliste, ce qui fait que le travailleur n'a d'argent que par le capitaliste. L'argent « en plus » à chaque cycle doit donc, en toute logique, venir du capitaliste lui-même.

C'est la réponse de Karl Marx, qui explique que :

« En effet, quelque paradoxal que cela puisse sembler de prime abord, c'est la classe capitaliste elle-même qui jette dans la circulation l'argent servant à réaliser la plus-value contenue dans les marchandises.

Mais elle ne l'y jette pas comme argent avancé au capital. Elle le dépense comme moyen d'achat pour sa consommation individuelle. Elle ne l'avance donc pas, bien qu'elle forme le point de départ de sa circulation. »

Le niveau de vie du capitaliste s'élève, et de sa consommation personnelle arrive davantage d'argent dans la circulation, c'est elle qui permet la circulation. Mais cela signifie, cependant, que cet argent doit exister.

Alors, d'où provient-il ?