Emmanuel Macron

9 juin 2017

Il n'est pas possible de changer l'ordre social dans un pays sans comprendre les mentalités : c'est toute la question de la culture qui se pose en effet. Voilà ce que montre parfaitement tant l'élection d'Emmanuel Macron aux élections présidentielles que le raz-de-marée électoral en sa faveur annoncé aux élections législatives dont le premier tour se tient ce dimanche 11 juin 2017.

Souvenons-nous de ce qui se passait il y a peu : le mécontentement était très grand, François Hollande était indéniablement impopulaire. La colère sociale grondait...

31 mai 2017

Angela Merkel a tenu ces deniers jours des propos extrêmement clairs au sujet des États-Unis.

À la suite du sommet de l’OTAN à Bruxelles et du sommet du G7 en Italie, elle a synthétisé la position allemande de la manière suivante :

26 mai 2017

Vers la guerre : le sommet de l'OTAN du 25 mai 2017

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Donald Trump est un président américain qui représente toute la grossièreté de l'impérialisme, la vulgarité du capitalisme. Il y a quelque chose d'horrible à le voir parader et cela en dit long sur Emmanuel Macron qu'il participe à cette insulte au bon sens, à la rationalité, à la culture.

Que cette parade de Donald Trump profite d'Emmanuel Macron lors d'un sommet de l'OTAN, à Bruxelles, relève également de la tendance à la guerre impérialiste...

23 mai 2017

Suite au piratage informatique des données du mouvement En Marche !, connu sous le nom de « Macronleaks », des informations sur les financements de la campagne d’Emmanuel Macron ont été révélées.

L’origine de ces financements nous éclaire sur les forces sociales qu’Emmanuel Macron représente. En effet, une grande partie de ses soutiens est issue d’entreprises du numérique mais aussi, et surtout, de sociétés de capital-investissement. En témoigne la présence d’Emmanuel Miquel, cadre dirgeant chez Ardian, une société ce capital-investissement, comme trésorier d’En Marche ! Il s’agit là d’un aspect clé pour comprendre la nature de la présidence d’Emmanuel Macron et des dynamiques en présence...

20 mai 2017

Emmanuel Macron n'a pas fait qu'utiliser un véhicule militaire sur les Champs-Élysées lors de son intronisation comme président de la République. Il a également modifié le nom du ministère s'occupant de l'Armée française.

Ce ministère a vu son nom plusieurs fois changé : on est passé du ministère de la guerre au ministère de la Défense nationale en 1948, devenant un ministère des Armées en 1958 lorsque Charles De Gaulle, à la suite d'un coup d’État militaire, instaure la Ve République.

Il prend brièvement le nom de ministère de la Défense nationale à partir de 1969 et jusqu'en 1973, devenant enfin, de 1974 à 2017, le Ministère de la Défense...

15 mai 2017

Pour la première fois dans l'Histoire de la Ve République, un nouveau président de la République a remonté les Champs-Élysées, pour rejoindre la flamme du Soldat inconnu, dans un 4x4 militaire, un VLRA (Véhicule de Liaison, de Reconnaissance et d'Appui).

Il s'agit d'un véhicule léger employé par le commandement, normalement employé par les présidents de la République uniquement à l'occasion du défilé du 14 juillet.

Par la suite, en début d'après-midi, Emmanuel Macron est allé rendre visite aux soldats blessés en opération à l'hôpital militaire Percy, en banlieue parisienne...

8 mai 2017

Emmanuel Macron a reçu 65,8% des voix et c'est un succès de l'antifascisme. Avec 34,3% des voix, Marine Le Pen a clairement perdu : elle n'a pas réussi à rendre hégémonique un courant populiste et réactionnaire.

Cela aurait massivement modifé l'appareil d’État, dans la direction du fascisme !

Et c'est pourquoi aussi ce succès repose sur la mobilisation massive des masses de culture socialiste et communiste, qui sont il est vrai orientées vers le réformisme, mais qui savent ce que signifie le fascisme...

4 mai 2017

« C'est sorti ? ça va mieux ? c'est bien ! » : pour que Marine Le Pen soit en mesure de prendre de si haut Emmanuel Macron, de se moquer ouvertement de lui, cela en dit long sur les faiblesses très graves de ce dernier lors du débat télévisé hier soir à l'occasion du second tour des élections présidentielles de 2017.

27 avr 2017

En acceptant hier la présence de Marine Le Pen sur le parking de l'usine Whirlpool d'Amiens, les ouvriers de cette usine qui va fermer ont été en-dessous de tout. Quelle honte !

Ils reflètent la très profonde arriération de la classe ouvrière française qui, plutôt que d'assumer la bataille contre le capitalisme, décide de déléguer au nationalisme le moyen de la protéger.

Cela est inacceptable et il n'y aucune raison de céder devant cette tendance acceptée par une partie très importante de la classe ouvrière. Bien au contraire, la classe ouvrière française va se ressaisir !...

24 avr 2017

Qu'est-ce que le fascisme ?

Est-ce une gangrène, une tendance réactionnaire, portée par les éléments les plus réactionnaires, qui bougent le curseur toujours plus à droite ? Ou bien est-ce un saut qualitatif, qui modifie l’État, les institutions, même l'économie ?

La France est à un tournant et la question se pose maintenant, parce que Marine Le Pen a obtenu un grand succès, qui en ayant fait autour de 21,4 % (plus de 7,6 millions de voix) au premier tour des élections présidentielles sera présente au second tour le 7 mai 2017...

21 avr 2017

La question animale posant la question de la réalité de l'industrie dans le mode de production capitaliste, il faut immédiatement savoir si on se soumet au capital ou pas.

Le collectif AnimalPolitique, rassemblant nombre d'associations reconnues médiatiquement et institutionnellement, se soumettent au capital.

Par conséquent, conformément à la proposition 1 qui se tournait vers l'idée d'un « bien-être » naturel dans un élevage – ce qui est impossible du point de vue matérialiste – nombre de propositions se cantonnent à demander des changements...

20 avr 2017

La question de la chasse est bien entendu un aspect essentiel de la bataille entre révolution et contre-révolution. L'abolition de la chasse est une exigence progressiste des plus évidentes.

La position des candidats aux présidentielles, dans le cadre de leur réponse aux propositions d'AnimalPolitique, en dit long pourtant sur leur caractère réactionnaire.

Réactionnaire et hypocrite, car tous, sauf certains comme François Fillon qui n'a répondu à rien, prétendent soutenir la proposition suivante :

« 22 - Interdire les pratiques barbares, réprimer les pratiques sources de stress infligées aux animaux sauvages pour des buts autres que la protection ou la conservation... »

19 avr 2017

Pour le matérialisme dialectique, la vie est de la matière plus développée. Elle dispose à ce titre d'une dignité. C'est un point de vue qui affirme le caractère universel de la matière, posant de ce fait que tout être vivant relève, en particulier, de cet universel.

Pour cette raison, le communisme implique un respect toujours plus grand du vivant. La marche au communisme est universelle ; l'Univers, toujours plus complexe, avance de manière éternelle vers davantage de synthétisation.

Seul le matérialisme dialectique comprend ainsi les implications de notre époque et saisit la nature de la sensibilité, cette « ultime frontière » morale et intellectuelle...

18 avr 2017

La question animale, de par sa dimension matérialiste, ne peut pas être résolue par le mode de production capitaliste. L'ouverture aux animaux présuppose, en effet, un rapport communiste qui est absolument étranger à la substance même de la domination du capital.

Ce dernier s'est formé, à la fois lentement et par sauts, à travers différents modes de production, dont le point de départ est l'émergence de l'agriculture et de l'élevage, accompagné par l'affirmation de l'idéologie patriarcale.

Par conséquent, la question animale et la question féministe ne peuvent avoir de réponse que par le développement toujours plus grand du communisme...

30 mar 2017

L'ancien Premier ministre Manuel Valls, en appelant à voter Emmanuel Macron dès le premier tour des élections présidentielles, pose la question de ces élections présidentielles de la même manière que Robert Hue, l'ancien dirigeant du Parti « Communiste » français.

Manuel Valls a expliqué hier qu'il n'y avait pas le choix face à Marine Le Pen :

« Rien n'est joué pour le premier tour, ni pour le second, dans un climat nauséabond. Je crains une abstention forte, je m'étonne aussi qu'on ne souligne pas plus le risque du Front national (…). Donc je voterai pour Emmanuel Macron. »...

22 mar 2017

« Quelle honte ! », voilà le sentiment qui prédomine normalement chez toutes les personnes progressistes à propos de l’émission « Au tableau » diffusée dimanche soir sur la chaîne C8 (groupe Canal +).

L’émission consistait en un groupe d’enfants d’une dizaine d’années (présentés comme une classe alors qu’ils ne sont pas de la même classe) posant des questions à quatre candidats à l’élection présidentielle : François Fillon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon ; Marine Le Pen ayant pour sa part décliné à plusieurs reprises l’invitation.

Si les enfants ne sont pas des citoyens, c’est qu’il y a une raison : ils sont des adultes en devenir mais n’en sont pas encore ! Ils n’ont pas les moyens intellectuels, pratiques et culturels d’avoir une véritable opinion politique structurée...

21 mar 2017

Le problème essentiel de la politique française est que le régime de la Ve République est né d'un coup d’État, accordant au président le statut de père de la nation. Or, avec la décadence générale de la bourgeoisie et du capitalisme, le personnel politique n'est plus à la hauteur. À l'irrationalisme en faveur du choix d'un nouveau père de la nation ont succédé des engouements et des emportements d'un temps.

Cet état de fait a été accepté par tous, au point que c'est TF1 qui a pu organiser hier un débat entre cinq candidats aux présidentielles, choisissant qui participerait au débat (François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon), rejetant les autres candidats (Nathalie Arthaud, François Asselineau, Nicolas Dupont Aignan, Jacques Cheminade, Jean Lassalle, Philippe Poutou).

Il n'y a ici même pas l'apparence de la démocratie : on est directement dans le populisme, la mise en scène...

3 mar 2017

Emmanuel Macron a un programme de consensus d'un côté, de libéralisme tous azimuts de l'autre. Pour cette raison, il a sans cesse repoussé le fait d'assumer d'avoir un programme, pourtant exposé dans son ouvrage « Révolution ». C'est la raison qui fait qu'il était déjà possible de produire comme nous l'avons fait un document intitulé « Que représente Emmanuel Macron ? ».

Hier, il s'est pourtant tenté à un exercice de style, devant 300 journalistes, tout en accordant une interview au Parisien. C'est une excellente occasion de voir si notre analyse est juste, ou s'il faut l'améliorer, l'infirmer, la corriger ou la rectifier...

23 fév 2017

A côté de la bourgeoisie monopoliste, il existe de nombreuses autres fractions de la bourgeoisie, tout comme la bourgeoisie monopoliste est elle-même divisée en différentes fractions.

Contrairement à l'ultra-gauche (anarchiste et trotskyste) qui nie l'existence de telles fractions, le matérialisme dialectique souligne que la compréhension de leur nature est nécessaire pour saisir les formes des contradictions au sein du capitalisme.

Ce qui vient de se passer avec François Bayrou en est un exemple évident. Celui-ci a annoncé hier son soutien à Emmanuel Macron...

22 fév 2017

L'hebdomadaire L'Obs, nouveau nom du Nouvel Observateur, a consacré un numéro à Emmanuel Macron. Ce dernier en a profité pour tenir de nouveau des propos dont la teneur est la même que lors de son meeting à Lyon il y a peu : il n'y aurait pas de culture française.

Voici comment il expose sa ligne cosmopolite correspondant aux intérêts d'un capitalisme qui veut des consommateurs, pas des gens s'épanouissant dans la culture.

«Votre programme culturel, de l'éducation artistique pour 100 % des enfants au pass de 500 euros à 18 ans, rappelle les principes de Jean Vilar. Le patron du TNP et compagnon de route des communistes tenait que « le théâtre est un service public, comme le gaz, l'eau, l'électricité »...

7 fév 2017

Le mode de production capitaliste a un mouvement contradictoire : d'un côté, il tend à dissoudre les règles et les frontières pour disposer de davantage d'espace pour se développer, de l'autre il procède à une sorte de rétractation, de repli sur soi, afin de se préserver et d'empêcher l'avènement de la socialisation générale, le communisme.

Cette tendance contradictoire produit à la fois un fétichisme du passé, de la Nation, qui s'exprime dans le romantisme, le national-socialisme étant un exemple connu de cela, à la fois par le culte de la dissolution de toutes les normes et du cadre national...

1 fév 2017

Pierre Bergé répparaît au lendemain des « primaires citoyennes ». Il avait soutenu Manuel Valls et comme Benoît Hamon ne lui plaît pas, il s'en va chez Emmanuel Macron.

La raison en est toute simple, puisqu'il suffit de lire les lignes suivantes, reproduisant des propos tenus par Pierre Bergé au Figaro :

« Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA ou l'adoption. Moi je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l'usine, quelle différence ? C'est faire un distinguo qui est choquant »...

31 Jan 2017

Le succès de Benoît Hamon tient, si l'on y porte attention, au fait qu'il se présente comme le garant de la générosité sociale. Voilà qui a marqué et mobilisé de très nombreuses personnes : avec plus de deux millions de personnes votantes, les « primaires citoyennes » ont eu un écho qu'il serait absurde de ne pas reconnaître.

Tout comme Emmanuel Macron connaît un engouement en se présentant comme le candidat de la modernité et du travail, tout comme Jean-Luc Mélenchon construit ses réseaux avec son réformisme radical, figure moderne de l'alter-mondialisme. Tout comme, par ailleurs, François Fillon a su cristalliser la frange conservatrice traditionnelle de la bourgeoisie, tout comme Marine Le Pen obtient un appui certain avec son souverainisme social...

2 Jan 2017

L'effondrement du projet politique d'Union Européenne a laissé orpheline toute une partie de la bourgeoisie, celle qui table sur la modernisation permanente du capitalisme pour relancer de nouveaux cycles de croissance.

La « mondialisation », c'est-à-dire le renforcement du capitalisme par l'ouverture de nouveaux marchés, a également produit des couches sociales petites-bourgeoises considérant qu'elles peuvent s'élever socialement en contournant les blocages imposés par les monopoles, espérant trouver de bons « clients » à défaut de mauvais employeurs...

22 Jan 2016

Les épouvantables Hollande, Valls et Macron

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Que n'a-t-on entendu ces derniers jours ! Des « socialistes » assumant ouvertement leur soutien au capitalisme le plus « moderne »...

Ces propos sont une insulte à toute l'histoire de la gauche, celle du mouvement ouvrier. Mais elles correspondent, en fait, à cette « seconde gauche », cette gauche non marxiste et même anti-marxiste. Cette « seconde gauche » représente un courant « moderniste », cherchant à réimpulser le capitalisme...

S'abonner à Emmanuel Macron