4 fév 2012

Le NPA appelle les élus bourgeois à « contribuer à faire vivre la démocratie »

Submitted by Anonyme (non vérifié)

« Depuis plusieurs mois, les militants du NPA parcourent les routes à la rencontre des élus des petites communes, . De nombreux maires, conseillers régionaux et députés ne se permettent pas de nous donner leur parrainage parce qu’ils appartiennent à un autre parti. Nous nous heurtons à ce blocage des grands partis.

(…)

C’est pourquoi le NPA s'adresse à vous afin que vous décidiez de lever les obstacles à notre candidature et ainsi contribuer à faire vivre la démocratie. Pour bon nombre de citoyens qui ne partagent pas nécessairement nos idées, il serait impensable que nous ne puissions pas être présents à cette élection. »

Voici un extrait de la lettre du NPA aux élus (l'intégral est en annexe de l'article) afin d'obtenir des parrainages pour les présidentielles. Une candidature aux élections est une expression de « démocratie » : voilà le degré zéro de l'analyse sociale, politique, idéologique, culturelle.

Ce qu'enseigne le matérialisme dialectique, c'est que l’État est un instrument d'oppression de classe. L'Etat n'est pas neutre et la « démocratie » de l’État français est une démocratie bourgeoise. De par sa position de force dans la société, la bourgeoisie a l’État à son service.

 

Par conséquent, il faut détruire cet État, et avoir le nôtre pour écraser l'ennemi.

 

Les trotskystes prétendent être marxistes et accepte ce principe ; en réalité, ce sont des sociaux-démocrates. En se transformant en NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), la « ligue communiste révolutionnaire » a tombé le masque.

 

Cette demande de soutien aux « élus » en général, sous prétexte de démocratie, montre bien que le NPA est social-démocrate ; le NPA reçoit beaucoup d'argent de l'Etat, et là il vient quémander un petit geste de plus pour son rôle d'obstacle à l'idéologie communiste toute-puissante.

 

De par sa toute-puissance et son inéluctabilité, le communisme balaiera bien entendu le NPA. Mais cela signifie accompagner cette dynamique et prendre conscience du rôle néfaste, de type social-démocrate, du NPA, qui propage les illusions bourgeoises sur la « démocratie », dans une période où de plus les luttes de classes s'approfondissent !

 

ANNEXE: LE DOCUMENT DU NPA

Madame, Monsieur,

Philippe Poutou est le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste à l’élection présidentielle de 2012. Il portera les idées que j'avais soumises au débat lors des élections présidentielles en 2002 et 2007.

Mais comme vous le savez, une chose est d’être candidat, une autre d'avoir les 500 parrainages. Cette règle est censée limiter le nombre de candidats et éviter les candidatures fantaisistes. Malheureusement, cela représente également une difficulté pour certains partis, qui comme le nôtre représentent un réel courant d’opinion et participent à chaque élection. Le NPA a en effet présenté des candidats à toutes les dernières élections : régionales, cantonales, municipales, européennes.

Nous nous adressons à vous pour que vous fassiez en sorte que cet obstacle soit levé.

Depuis plusieurs mois, les militants du NPA parcourent les routes à la rencontre des élus des petites communes, . De nombreux maires, conseillers régionaux et députés ne se permettent pas de nous donner leur parrainage parce qu’ils appartiennent à un autre parti. Nous nous heurtons à ce blocage des grands partis.

Pourtant, les partis représentés au Parlement, au Sénat, dans les conseils régionaux ont par le seul nombre de leurs élus suffisamment de parrainages pour assurer leur présence et permettre à des courants politiques reconnus de participer au débat public. C'est bien aux électeurs de trancher entre les partis par le bulletin de vote. Et pour cela, il faut que leur présence soit possible.

Le président de l'association des maires de France, Jacques Pélissard, a proposé le 12 janvier que «le mode de parrainage soit réformé afin de mettre un terme aux difficultés actuelles»». Il propose que «les maires aient la possibilité d’accorder une double signature aux candidats: l’une de conviction, l’autre républicaines». «Le parrainage n’est pas un soutien, souligne-il, il ne s’agit pas d’un choix et encore moins d’un vote en faveur de l’un ou l’autre candidat». «C’est un acte républicain qui ne doit pas être compris comme un droit de veto destiné à empêcher une candidature adverse.»

Jacques Pélissard a invité les élus que la procédure de parrainage place dans une situation difficile « à ne pas renoncer à exercer un droit essentiel au bon fonctionnement et au pluralisme de notre démocratie».

C’est pourquoi le NPA s'adresse à vous afin que vous décidiez de lever les obstacles à notre candidature et ainsi contribuer à faire vivre la démocratie. Pour bon nombre de citoyens qui ne partagent pas nécessairement nos idées, il serait impensable que nous ne puissions pas être présents à cette élection. Nous vous demandons de bien vouloir encourager les élus qui sont proches de votre parti à accepter de donner leur parrainage à Philippe Poutou.

Nous espérons également que tous les partis comptant des élus nous feront parvenir une réponse à cette lettre.

En vous remerciant, nous vous prions d'agréer nos meilleures salutations.

Pour la direction nationale du NPA,

Olivier Besancenot

Publié sur notre ancien média: 
Mots clés: 
Les grandes questions: 
Rubriques: