Staline

8 oct 2017

C'est après 1945 que va exister, dans le mouvement communiste internationale, une affirmation de la paupérisation générale, au mépris de la réalité du cycle d'accumulation capitaliste se relançant.

L'erreur initiale ne vient pas de la question de la paupérisation, mais d'une interprétation erronée de la situation d'après-guerre, erreur effectuée par Staline dans Les Problèmes économiques du socialisme en URSS, publié en 1952. On y lit l'évaluation erronée :

« Le résultat économique le plus important de la deuxième guerre mondiale et de ses conséquences pour l'économie a été la désagrégation du marché mondial unique, universel. Ce qui a déterminé l'aggravation ultérieure de la crise générale du système capitaliste mondial. »...

2 sep 2017

Octobre 1917 et le crayon vert de Staline

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Nous allons bientôt célébrer les cent ans de la révolution russe, la fameuse insurrection d'Octobre 1917 menée par les bolcheviks, ouvrant la voie à une guerre civile de plusieurs années entre l'Armée rouge et l'Armée blanche.

La révolution russe sera un thème qui sera abordé par de nombreux médias et également par les regroupements révolutionnaires en France, par la gauche en général. Elle sera présentée comme une tentative utopique ayant échoué, d'une manière ou d'une autre...

25 juil 2016

Le matérialisme dialectique et le langage

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Le langage est un dispositif d'échange d'informations entre différents être vivants disposant d'une capacité de synthèse. Le langage, au sens strict, se distingue donc du « langage » informatique qui est une diffusion de données, utilisées selon des programmes, sans capacité de synthèse.

Pour cette raison, le langage utilisé, par les humains et les animaux, est bien plus développé dans sa forme que le langage de type informatique. L'esprit de synthèse du récepteur n'est, en effet, possible que si les données elles-mêmes correspondent au façonnement d'un reflet dans l'esprit, d'une forme synthétique...

12 avr 2016

La planification de la totalité de l'économie permet, plan quinquennal après plan quinquennal, d'agrandir la production et par conséquent de renforcer la consommation qui n'a, dans le socialisme, pas le même sens que dans le capitalisme. Ce dernier, en effet, nivelle culturellement vers le bas, tend à des produits de masse de mauvaise qualité et à des marchandises élitistes sans intérêt réel bien souvent.

En URSS, la planification visait donc à renforcer le développement matériel et spirituel, en attribuant une part toujours plus grande à la culture, aux sciences, à la vie sociale, aux soins médicaux, etc. Une partie des ressources servait à l'accumulation pour lancer et renforcer le prochain cycle quinquennal, une autre partie à la consommation afin de satisfaire de mieux en mieux les masses...

10 avr 2016

La planification soviétique consistait, à l'époque de Staline, en une comptabilité administrée par un organisme d’État, donnant aux entreprises d’État une liste de tâches productives.

C'est là le grand apport de Staline au marxisme-léninisme, puisque la planification n'est pas mise en place en URSS, en tant que telle et véritablement, avant 1932, cet apport étant dans la continuité directe du léninisme...

5 avr 2016

Comment l'URSS de Staline concevait-elle sa planification ? Quelle était sa « loi économique », c'est-à-dire sa manière d'appréhender la production et la consommation ?

Cette question est d'une importance capitale, car il serait faux de penser que la planification suffirait « en soi » à caractériser le socialisme. Le socialisme a un contenu et la planification ne peut pas exister s'il n'y a pas ce contenu...

2 avr 2016

Si le GOSPLAN a besoin de statistiques, ce n'est pas pour gérer une économie qui se reproduit, c'est pour saisir la situation afin de la transformer en transmettant des ordres et des moyens aux entreprises collectivisées.

Cela passait également par une gestion par branches économiques, ainsi que par territoires (l'URSS étant une fédération de républiques, comprenant chacune une division territoriale plus ou moins hiérarchisée)...

26 mar 2016

La grande caractéristique de l'URSS de l'époque de Staline a été la planification de l'économie : un organisme central établissait un plan qui était suivi par toutes les entités productives, elles-mêmes collectivisées.

Contrairement au capitalisme où c'est le marché, par la concurrence, qui décide de ce qui est produit, le matérialisme dialectique considère qu'il est possible de prévoir ce qu'il faut produire, le plan étant établi de manière quinquennale, avec des adaptations trimestrielles et annuelles...

20 fév 2016

Le matérialisme dialectique et la matière vivante

Submitted by Anonyme (non vérifié)

La matière va au communisme : c'est le noyau idéologique véritable du matérialisme dialectique. Étant donné que la matière – qui est infinie et éternelle – se meut sans arrêt et dans la forme d'une spirale, à travers des sauts qualitatifs, elle avance de plus en plus en termes de complexité et d'organisation. Le communisme est le mouvement vers toujours plus de coordination, d'interrelation, d'interpénétration, de processus profonds de combinaisons. C'est le principe de la synthèse.

L'Humanité a joué un rôle important ici dans la transformation de la biosphère, c'est-à-dire de la Terre comme système vivant, en ce qu'elle a modifié les conditions de manière importante. Le problème est ici d'avoir une compréhension correcte du développement inégal...

3 juin 2015

Le XXe congrès du Parti Communiste d'Union Soviétique (PCUS) fut un moment clef de l'histoire de l'URSS.

Normalement, les congrès possédaient une large publicité, témoignant de la vie du Parti dirigeant la société. Les délégués débattent suite au rapport fait par la direction, une ligne est votée pour le futur et des dirigeants élus pour l'appliquer.

Le XXe congrès dérogea totalement à la règle, puisque le secrétaire du PCUS prononça un « discours secret ». Ce discours ne fut pas sténographié, et il fut même demandé aux 1400 délégués de ne pas en dévoiler le contenu...

2 juin 2015

La mort de Staline s'est déroulée dans des conditions obscures ; il aurait connu une attaque cérébrale dans la nuit menant au premier mars, mais n'a pas été soigné, pour être déclaré mort le 5 mars.

Auparavant, il avait été isolé sur le plan de l'organisation. Alexandr Proskrebychev, son principal collaborateur depuis 1924, avait été mis à pied en 1952 sur la base d'une fausse accusation de vol de documents. Le responsable de sa sécurité depuis 1931, Nikolai Vlasik, fut pareillement écarté en 1952 sur la base d'une fausse accusation, cette fois de complot...

11 fév 2015

Le monument de la colline Letna à Prague

Submitted by Anonyme (non vérifié)

C'est un épisode qui témoigne de l'intense complexité de la bataille qui s'est joué au tout début des années 1950 entre les communistes et les révisionnistes. Nous sommes à Prague, le premier mai 1955 : un immense monument dédié à Staline est inauguré.

Le paradoxe est que Khrouchtchev est présent, alors que depuis la mort de Staline en 1953 il a réorganisé tout le Parti Communiste d'Union Soviétique, dans un coup d’État dont le point culminant  victorieuxsera le « rapport secret » du 20e congrès de ce parti. Mais nous sommes alors en Tchécoslovaquie, pays où proportionnellement à la population, les communistes ont leur bastion mondial...

11 déc 2014

Quand on décroche de la société, on décroche de la réalité. On est alors dans le monde des idées, seulement dans le monde des idées, et de ses idées… Tout devient alors possible… dans sa tête ! Et plus on construit des chimères idéologiques, plus on est obligé de fantasmer, pour justifier sa vision du monde.

Un exemple impressionnant est ce que « Voie Prolétarienne » parvient à faire. Tout le monde sait que Mao Zedong a défendu Staline historiquement, face à Nikita Khrouchtchev et sa « déstalinisation » de l'URSS.

Eh bien non ! « Voie Prolétarienne » n'est pas d'accord, ni avec l'histoire, ni avec Mao Zedong. Se dire « maoïste » ce serait précisément rejeter la grande thèse de Mao Zedong comme quoi il fallait assumer Staline et le matérialisme dialectique en histoire, en biologie, dans les arts et la littérature, en linguistique, etc...

21 mai 2014

Dans le combat contre les tendances erronées après 1945, les communistes d'URSS ont eu comme base non pas le matérialisme dialectique, mais la défense de la constitution de 1936, ainsi que le matérialisme historique concernant le développement économique.

Cela a eu des conséquences fatales. Comme l'avait souligné Staline, les meilleures forteresses se prennent de l'intérieur, et une clique de révisionnistes a pu réussir à placer ses membres dans l'appareil d'Etat, pour renverser l'idéologie à la direction du Parti à la mort de Staline, finalisant la démarche lors du XXe congrès du Parti Communiste d'Union Soviétique, en 1956.

12 mai 2014

Le trotskysme, à partir de 1934 en tant que tel, n'est plus du tout un courant d'opposition, mais un magma de structures clandestines, liées à l'étranger à tout ce qui était favorable à un changement de régime en URSS, donc notamment aux services secrets étrangers ayant des visées impérialistes sur des parties du territoire soviétique (Allemagne, Japon, mais également Grande-Bretagne par rapport à l'Asie centrale).

Staline notait ainsi, en 1937 : « Dans la lutte qu'ils mènent contre les agents trotskistes, nos camarades du Parti n'ont pas remarqué, ont laissé échapper le fait que le trotskisme actuel n'est plus ce qu'il était, disons, sept ou huit ans plus tôt ; que le trotskisme et les trotskistes sont passé durant ce temps par une sérieuse évolution qui a modifié profondément le visage du trotskisme ; qu'en conséquence, la lutte contre le trotskisme, les méthodes de lutte contre ce dernier, doivent être radicalement changées»...

9 mai 2014

L'industrialisation et le développement d'une armée de cadres permit au Parti bolchevik de former une société socialiste, au grand dam des bourgeoisies des pays impérialistes, qui n'auront de cesse de critiquer la « dictature » et par la suite le « totalitarisme ».

L'URSS signifiait en effet alors une nouvelle citoyenneté, avec des individus s'assumant comme membres de la société. Dans le domaine des arts et des lettres, le réalisme socialiste s'imposait comme la forme la plus élevée de civilisation, l'URSS produisant toute une série d'artistes assumant l'héritage, suivant le réalisme et ancrés dans le peuple.

Sur tous les plans, la société de l'URSS progressait à pas de géant ; les masses se mobilisaient pour le socialisme, les plans étaient régulièrement finis en avance, comme par exemple le deuxième plan quinquennal de l’industrie réalisé en avril 1937, avec neuf mois d'avance...

25 avr 2014

Lénine fut grièvement blessé lors d'un attentat mené contre lui par les Socialistes Révolutionnaires de gauche, et sa santé déclinant, c'est en novembre 1922 qu'il fit son dernier discours, au Soviet de Moscou. Il rappelait que « la NEP [la nouvelle politique économique] continue d'être le mot d'ordre principal, immédiat, universel d'aujourd'hui », et conclut « en disant de la Russie de la NEP sortira la Russie socialiste ».

C'était bien entendu une affirmation en faveur de la construction du socialisme en Russie même. Mais à la suite de la vague gauchiste se produisit une vague droitière, niant cette possibilité même. C'était l'expression de la capitulation...

13 mai 2013

Le matérialisme dialectique est la théorie générale du Parti marxiste-léniniste. Le matérialisme dialectique est ainsi nommé parce que sa façon de considérer les phénomènes de la nature, sa méthode d’investigation et de connaissance est dialectique, et son interprétation, sa conception des phénomènes de la nature, sa théorie est matérialiste.

Le matérialisme historique étend les principes du matérialisme dialectique à l’étude de la vie sociale ; il applique ces principes aux phénomènes de la vie sociale, à l’étude de la société, à l’étude de l’histoire de la société...

7 avr 2013

Le réalisme socialiste est la conception matérialiste dialectique dans les lettres et les arts. Formulée dans les années 1930 en Union Soviétique, le réalisme socialiste est une série d'exigences, à laquelle les lettres et les arts ne doivent pas se « conformer », mais inversement correspondre afin de produire de véritables œuvres d'art.

 

La conception du réalisme socialiste se fonde, en effet, sur le principe de la théorie du reflet, au cœur du matérialisme dialectique, qui considère l'univers comme mouvement dialectique de la matière éternelle, en marche vers le communisme...

25 déc 2011

Il existe dans les pays impérialistes une profonde tradition révisionniste qui se revendique de Mao Zedong, mais en pratiquant une escroquerie sur les plans politique, idéologique et culturel. Mao Zedong n'est en effet assumé que pour le folklore, que pour la forme ; ses thèses sont modifiées, changées, « adaptées » au besoin du jour...

22 déc 2011

132ème anniversaire du camarade Staline, nous avons besoin de communistes d'acier comme lui pour combattre l'opportunisme dans nos propres rangs.  Le MCI a besoin de communistes d'acier comme Staline pour faire face à tous les opportunistes, révisionnistes et traîtres existant en son sein. Le 21 décembre est né quelqu'un qui est toujours une grande référence majeure du marxisme-léninisme, un exemple dans sa pratique, Iosif Vissarionovitch Djougachvili, plus connu sous le nom de Staline, et également connue dans la clandestinité par son surnom de Koba. Vive le 132ème anniversaire du camarade Staline!

8 mai 1967

La trahison de la dictature du prolétariat (1967)

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Ecrit par les rédactions du Hongqi et du Renmin Ribao. Selon une lettre du nouveau responsable de la propagande Wang Li à la direction de l'agence de presse Chine Nouvelle : « Il paraît que le président Mao l'a corrigé et critiqué lui-même. Cet article fait suite aux débats de la séance élargie du bureau politique. »

Le livre sur le « perfectionnement individuel » des communistes est l'œuvre représentative du plus haut des responsables qui, bien que du Parti, se sont engagés dans la voie capitaliste. Ce livre est une grande herbe vénéneuse qui s'oppose au marxisme-léninisme et à la pensée de Mao Zedong. Son poison s'est répandu par tout le pays et dans le monde. Il faut donc entreprendre une critique à fond de ce livre.

Quelle est donc l'essence de ce sinistre ouvrage sur le « perfectionnement individuel » des communistes ?

Dans son essence, ce triste ouvrage trahit la doctrine marxiste­ léniniste sur la dictature du prolétariat. Et trahir cette doctrine,c'est trahir intégralement et radicalement le marxisme­ léninisme, c'est trahir complètement, radicalement la cause révolutionnaire du prolétariat...

13 sep 1963

Sur la question de Staline (1963)

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Rédaction du Renmin Ribao et Rédaction du Hongqi, 13 Septembre 1963

La question de Staline est une grande question, une question d'importance mondiale qui a eu des répercussions au sein de toutes les classes du monde et qui, jusqu'à présent encore, est largement controversée. Les classes et les partis politiques ou factions politiques qui représentent les différentes classes ont des opinions divergentes sur cette question. 

21 déc 1949

Au pays de Staline - Fernand Grenier (décembre 1949)

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Fernand Grenier, décembre 1949

22 mai 1948

Vos lettres du 17 mai 1943 et du 20 mai 1943, portant les signatures des camarades Tito et Kardelj ont été reçues.

Le CC du PC (b) estime que les dirigeants du Parti communiste yougoslave font avec ces lettres un nouveau pas sur la voie qui aggrave les erreurs de principe les plus grossières dont le CC du PC (b) a souligné le danger et la nuisance dans sa lettre du 4 mai 1943.

27 mar 1948

Dans votre lettre, vous exprimez, le désir que nous vous communiquions quels sont les autres faits qui provoquent le mécontentement de l'URSS et qui entraînent l'aggravation des rapports entre l'URSS et la Yougoslavie.

De tels faits existent, en réalité, et bien qu'ils soient étrangers au rappel des conseillers civils et militaires, nous estimons nécessaire dé vous les communiquer.

14 mar 1946

QUESTION. - Comment jugez-vous le dernier discours prononcé par M. Churchill aux Etats-Unis?

RÉPONSE. -
 J'estime que ce discours est un acte dangereux, qui vise à semer des germes de discorde entre les Etats alliés et à rendre plus difficile leur collaboration.

QUESTION. - Peut-on estimer que le discours de M. Churchill compromet la paix et la sécurité mondiale?

9 fév 1946

LE PRÉSIDENT : La parole est à Joseph Vissarionovitch Staline. (L’apparition de Staline à la tribune est saluée par les électeurs d’une ovation enthousiaste qui dure plusieurs minutes. Tous les assistants, debout dans la salle du Grand Théâtre, acclament Staline : « Pour le grand Staline, hourra ! » « Vive le grand Staline, hourra ! » « Pour notre cher Staline, hourra ! »)

25 nov 1936

Rapport présenté au VIIIe congres extraordinaire des Soviets de l'URSS le 25 novembre 1936.

I - LA COMMISSION DE LA CONSTITUTION, SA FORMATION ET SES TACHES

Camarades,

17 nov 1935

 

31 déc 1934

Le Comité central du Parti communiste français adresse un vibrant salut bolchevik au camarade Staline, à l'occasion de son cinquante-cinquième anniversaire.

Nous saluons en Staline le meilleur disciple et le continuateur de Lénine, le chef du glorieux Parti bolchevik qui a assuré la victoire d'Octobre et le triomphe de l'édification du socialisme, le chef du prolétariat mondial, le chef des millions d'exploités du monde entier, qui veulent secouer le joug du capitalisme, battre le fascisme et se libérer par la révolution.

La vie du camarade Staline est un modèle de fermeté révolutionnaire, de fidélité et de dévouement à la cause des travailleurs...

3 avr 1930

Staline - Réponse aux camarades kolkhoziens (1930)

Submitted by Anonyme (non vérifié)

10 mai 1905

La social-démocratie, c'est l'union du mouvement ouvrier et du socialisme. Karl Kautsky.

Ils sont vraiment par trop importuns, nos "menchéviks" ! Je parle des "menchéviks" de Tiflis. Ayant eu vent des divergences dans le parti, les voilà qui vont répétant : qu'on le veuille ou non, partout et toujours nous parlerons de ces divergences ; qu'on le veuille ou non, nous nous en prendrons en toutes circonstances aux "bolchéviks" ! Et ils s'en prennent à nous comme des possédés. A tous les carrefours, entre eux ou devant des étrangers, bref, n'importe où, ils clament la même chose : méfiez-vous de la "majorité", ces gens ne sont pas des nôtres, ils ne sont pas sûrs ! Non contents de leur champ d'action "habituel", ils ont porté "l'affaire" dans les publications légales et par là, ils ont porté "l'affaire" une fois de plus, montré au monde leur... importunité...

S'abonner à Staline