4 oct 2017

La paupérisation selon Marx - 5e partie : Karl Kautsky contre Eduard Bernstein

Submitted by Anonyme (non vérifié)

Au congrès de la social-démocratie allemande à Lübeck en septembre 1901, Karl Kautsky rappela la conception marxiste de la paupérisation. Il le fit à l'occasion d'un discours « contre les conceptions révisionnistes d'Eduard Bernstein », celui-ci caricaturant justement la question.

Le marxisme n'a jamais parlé d'une paupérisation générale de manière unilatérale, c'est Eduard Bernstein qui a accusé le marxisme de le faire.

Voici ce que dit Karl Kautsky à ce congrès, rappelant que le marxisme n'a donc jamais posé la question en ces termes :

« Qu'en est-il avec la théorie de la paupérisation ?

Elle dit que tout doit devenir plus difficile, avant que cela puisse aller mieux, que le prolétariat coule toujours davantage dans la misère, jusqu'à ce qu'il soit devenu toujours plus sans résistance, et qu'ensuite un grand jour de la libération fait irruption.

Camarades, cette théorie de la paupérisation a-t-elle déjà été partagé par qui que ce soit cherchant à attirer l'attention sur un aspect important ?

Certainement pas. Cette théorie de la paupérisation est réfutée depuis bien longtemps, et même par personne d'autre que Karl Marx dans son Capital.

Cette formule n'est à comprendre que comme tendance, et pas comme une vérité obligatoire ; il n'est à comprendre qu'ainsi : le capital doit aller dans le sens de former une situation toujours plus misérable au prolétariat, afin d'augmenter sa plus-value.

Cela est connu ; mais Marx lui-même a défini l'effet contraire, lui-même a été un combattant précurseur de la protection des travailleurs, un des premiers qui a fait remarquer l'importance des syndicats, quand les autres socialistes n'en voulaient rien savoir, déjà en 1847.

Il a donc montré que cette tendance est absolument nécessaire, mais qu'elle ne conduit pas de manière absolument nécessaire à la pression vers le bas de l'ouvrier.

Mais nous nous distinguons en cela des réformistes bourgeois, qu'eux croient que cette tendance peut être dépassée en elle-même, qu'une paix sociale peut être instaurée, un état, où le capital n'aurait pas à aller dans le sens d'une pression vers le bas de l'ouvrier. »

Karl Kautsky parle d'une opposition à la misère par le prolétariat en lutte, mais l'enjeu est bien plus grand et il l'avait alors bien vu. Il s'agit d'une misère sociale, pas d'une misère dans un sens étroit.

Voici, de manière plus approfondie, ce que dit Karl Kautsky dans un ouvrage de 1899, intitulé Bernstein et le programme social-démocrate.

Après avoir cité Eduard Bernstein, qui considère qu'il faut lire la question de la paupérisation chez Karl Marx comme une affirmation du caractère absolu de celle-ci, et donc erronée, Karl Kautsky défend la profondeur du point de vue de Karl Marx.

« [Bernstein affirme:] Dans son article sur l'effondrement, H. Cunow fait une telle tentative d'interprétation dans l'objectif de s'extirper.

Quand Marx, à la fin du premier livre du Capital, parle de la « masse croissante de la misère », qui émerge avec la continuation de la production capitaliste, alors ce ne serait pas, explique-t-il, à comprendre comme un simple un recul absolu de la situation économique d'existence de l'ouvrier, mais comme un « recul de sa situation sociale générale par rapport au développement culturel continu, c'est-à-dire par rapport à la productivité et l'accroissement des besoins culturels généraux. »

Le concept de misère n'est ici pas ancré de manière fixe.

[Bernstein cite de nouveau Cunow:] « Ce qui sépare, dans sa formation éducative, un ouvrier d'une catégorie précise d'un « seigneur du travail », et apparaît comme une condition souhaitable, peut avec un ouvrier qualifié d'une autre catégorie, qui est peut-être supérieur dans l'esprit à son « seigneur du travail », être considéré comme une telle quantité de « misère et de pression », l'amenant à se révolter par indignation » (Neue Zeit).

Malheureusement, Marx parle dans les phrases concernées non pas simplement de la masse grandissante de la misère, mais également « d'esclavage, d'abrutissement, d'exploitation ».

Devions-nous comprendre tous mots également dans un sens étroit ? Par exemple dire de l'abrutissement de l'ouvrier, qu'il n'est que relatif en comparaison à l'augmentation de la civilisation en général ?

Je ne suis pas enclin à cela et Cunow également pas. Non, Marx parle dans le passage concerné de manière tout à fait positive : « un nombre toujours plus restreint de magnats du capital » qui « usurpent tous les avantages » du processus de transformation capitaliste, et de « croissance de la masse de la misère, de la pression », etc. etc. (Le capital).

On peut tirer de cette comparaison la théorie de l'effondrement, pas le principe d'une misère morale par rapport à des supérieurs à l'esprit inférieur, comme on peut en trouver dans n'importe quel bureau d'études, dans toutes les organisations hiérarchiques. »

C'est ce que j'appelle toucher le point central de la question.

Bernstein fait subitement de la misère sociale, de la contradiction croissante entre les manière de subvenir à leurs besoins du bourgeois et du prolétaire la misère morale par rapport à des supérieurs à l'esprit inférieur, comme on peut en trouver dans les bureaux d'études, la misère morale du génie inconnu.

Considérer la misère comme un phénomène social, et non pas physique, c'est chez Bernstein tirer les mots dans un sens étroit.

Je rappelle ici le passage connu dans la réponse de Lassalle :

« Toute souffrance et privation humaine dépend uniquement du rapport des moyens de satisfaction aux besoins et aux habitudes de vie existant à la même époque.

Toute souffrance et privation humaines, et toutes les satisfactions humaines, c'est-à-dire toute situation humaine, n'est mesurée que par la comparaison avec la situation dans laquelle d'autres personnes de la même époque sont en rapport avec les nécessités habituelles de la vie.

Chaque position d'une classe est donc toujours mesurée uniquement par sa relation avec la position des autres classes du même temps. »

Rodbertus s'exprimait de la même manière déjà en 1850, dans sa première lettre sociale à von Kirchmann :

« La pauvreté est un concept social, c'est-à-dire relatif.

J'affirme en ce sens que les besoins légitimes des classes travailleuses, depuis qu'elles sont pris par ailleurs une position sociale plus élevée, ont considérablement augmenté et que ce ne serait pas juste, aujourd'hui, alors qu'elles ont pris position plus élevée, que de ne pas parler d'une aggravation de leur situation matérielle, même avec des salaires n'ayant pas changé…

Si on ajoute à cela, que l'augmentation de la richesse nationale est le moyen d'augmenter leur revenu, alors qu'elle n'est profitable qu'aux autres classes, alors il est clair que dans cette dichotomie entre réclamation et satisfaction, entre stimulus et renoncement forcé, la situation économique des classes travailleuses doit être rompue. »

Que Marx pensait pareillement, cela est clair lorsqu'on voit qu'il parle de l'augmentation de la misère dans Le capital, l’œuvre où il souligne tellement la renaissance physique de la classe ouvrière anglaise par les lois sur les usines.

Et Engels remarquait en 1891, l'année de la rédaction du programme d'Erfurt, que la contradiction entre capital et travail reposait sur le fait que la classe des capitalistes gardait pour elle la plus grande part de la masse croissante de produits, « alors que la partie revenant à la classe ouvrière (calculée par tête) ou bien ne s'accroît que très lentement et de façon insignifiante, ou bien reste stationnaire, ou bien encore, dans certaines circonstances, peut diminuer, non pas doit diminuer. » (Travail salarié et Capital [la traduction française est fautive, oubliant les derniers mots]) »

La chose est absolument claire : il n'y a pas de misérabilisme dans le marxisme.

Rubriques: